Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un président en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Après neuf ans de travaux, le canal de Panama prêt à accueillir des navires géants

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Erdogan et l'effet boomerang"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les électeurs britanniques ne sont pas tous des vieux cons racistes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#PrayForIstanbul : le spectre de Daech

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Mali, 2 500 hommes vont renforcer le contingent de la mission de l'ONU

En savoir plus

EUROPE

Déraillement en Espagne : sur Facebook, le conducteur se vantait d'aller vite

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/07/2013

L'un des conducteurs du train qui a déraillé mercredi en Galice est sous la garde de la police à l'hôpital. Selon les médias espagnols, il se serait vanté sur Facebook, il y a plusieurs mois, de l'allure à laquelle son train roulait.

Au surlendemain de la catastrophe ferroviaire à Saint-Jacques de Compostelle, qui a tué 80 personnes, selon un dernier bilan, les autorités ont officiellement reconnu que la vitesse du train était excessive et à l'origine du déraillement des wagons. C'est donc l'erreur humaine qui expliquerait pourquoi le train roulait à 190 km/h au lieu de 90 km/h à l'entrée du virage précédent la gare. 

Tous les regards sont maintenant tournés vers l'un des conducteurs, qui avait lui-même reconnu, alors qu'il communiquait par radio avec la gare depuis sa cabine où il est resté coincé après le déraillement, avoir roulé à deux fois la vitesse autorisée. L'homme, placé sous surveillance policière à l'hôpital, doit être entendu par la police vendredi 26 juillet. Aucune interpellation n'a pour le moment été ordonnée, a indiqué le Tribunal supérieur de justice de Galice.

Si la justice reste prudente, les médias espagnols pointent du doigt le comportement du conducteur, décrit comme un fan de vitesse. Sa page Facebook, qui a disparu depuis du réseau social, comportait, selon le journal espagnol "ABC", une photo datée du 8 mars 2012 représentant un compteur de vitesse, l'aiguille en face du 200 km/h. Sur les commentaires, Francisco José Garzón Amo semble se vanter d'une telle vitesse, indiquant que le compteur n'était "pas truqué". 

Un seul homme peut-il être tenu responsable d'une telle catastrophe ? "Selon le principal syndicat de conducteur de trains, une seule erreur humaine ne suffit pas à expliquer ce drame. Il souligne ainsi que certains systèmes de contrôle de vitesse n’étaient pas en place sur ce segment des voies", rapporte Roméo Langlois, envoyé spécial de FRANCE 24 à Saint-Jacques de Compostelle. En attendant, deux enquêtes, judiciaire et administrative, ont été ouvertes. Il s'agit de la tragédie ferroviaire la plus grave dans le pays depuis 1944.

La vidéo de l'accident de train


Première publication : 26/07/2013

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Espagne : selon "El Pais", le train dépassait largement la vitesse autorisée

    En savoir plus

  • CATASTROPHE FERROVIAIRE

    Les principaux accidents ferroviaires en Europe ces 25 dernières années

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    En images : déraillement d'un train à Saint-Jacques de Compostelle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)