Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Présidentielle 2017 : convoqué par les juges, Fillon ira "jusqu'au bout"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Trainspotting 2" : moins camés, toujours aussi paumés !

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump optimiste? Ne vous faites pas avoir !"

En savoir plus

FOCUS

Japon : "Nippon Kaigi", le lobby révisionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mineurs et terroristes, bourreaux et victimes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Maroc : Rabat se retire de la zone contestée de Guerguerat

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benjamin Griveaux : "Notre objectif est de passer en tête face au FN"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benjamin Griveaux : "Le soutien de Bayrou prouve que Macron n'est pas un homme seul"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matmatah, le groupe breton a le vent en poupe

En savoir plus

EUROPE

Déraillement en Espagne : le conducteur du train refuse de répondre à la police

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/07/2013

Le conducteur du train qui a déraillé mercredi en Galice est toujours en garde à vue à l'hôpital où il est soigné. Mais il refuse de répondre à la police, qui cherche à savoir pourquoi le train roulait si vite au moment de l'accident.

Francisco José Garzón Amo, le conducteur du train qui a déraillé mercredi 25 juillet à l'entrée en gare de Saint-Jacques de Compostelle, n'a toujours pas parlé. Placé en garde à vue à l'hôpital où il est soigné depuis jeudi soir 20 h, il refuse de répondre aux questions de la police.

"La piste de l'erreur individuelle est privilégiée"

Les enquéteurs le soupçonnent d'avoir roulé trop vite : il avait lui-même reconnu, alors qu'il communiquait par radio avec la gare depuis sa cabine où il est resté coincé après le déraillement, avoir roulé à 190 km/h au lieu de 80 km/h à l'entrée du virage précédant la gare, soit deux fois la vitesse autorisée.

Le bilan définitif de cette catastrophe semble toujours un peu flou. Pendant la conférence de presse du chef de la police, le nombre de 78 corps retrouvés a été évoqué, alors que le bilan officiel s'élevait jusqu'à présent à 80 morts. Parmi les 72 cadavres identifiés, on dénombre plusieurs étrangers : un Français, un Algérien, un Mexicain et un Américain.

Âgé de 52 ans, le principal suspect travaille depuis 30 ans à la Renfe, la compagnie publique des chemins de fer espagnols, et depuis 2000 comme conducteur. Vendredi, de nombreux médias espagnols ont montré des captures d'écran de sa page Facebook, qui a été supprimée depuis, où l'homme se vantait de rouler à 200 km/h.

Mais l'erreur humaine pourrait ne pas être la seule en cause. L'enquête se concentre également sur de possibles lacunes dans le système de freinage. Comme l'atteste une vidéo de surveillance diffusée sur Internet jeudi, le train allait à une allure folle dans une courbe très dangereuse. Le train "a freiné trop tard", titrait vendredi le journal "El Pais". 

 

Avec dépêches

Première publication : 26/07/2013

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Déraillement en Espagne : sur Facebook, le conducteur se vantait d'aller vite

    En savoir plus

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Espagne : selon "El Pais", le train dépassait largement la vitesse autorisée

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    En images : déraillement d'un train à Saint-Jacques de Compostelle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)