Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Afrique

Reportage : à Kidal, on votera malgré tout

© FRANCE 24 | Le gouverneur forme les agents électoraux à Kidal

Vidéo par Julien SAUVAGET , Donaig LE DU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/07/2013

Jusqu’à l’intervention militaire française, les islamistes et les Touareg se disputaient le nord du Mali, qui échappait alors au contrôle du gouvernement. À deux jours du scrutin présidentiel, les préparatifs sont pourtant en cours à Kidal.

À Kidal, dans le nord du Mali, la préparation de l'élection présidentielle du 28 juillet doit se faire à grande vitesse. Les autorités maliennes ne sont revenues que le 15 juillet dans cette ville jusque-là occupée par les rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).

"Il faut faire la lumière sur tous les crimes commis au nord-Mali." Florent Veel, responsable Afrique pour la FIDH.

"C'est très important que Kidal puisse voter comme les autres régions du Mali", déclare le colonel Adama Kamissoko, gouverneur de la région récemment revenu à son poste.

L'accord signé à Ouagadougou entre le gouvernement et le MNLA prévoit que c’est le futur président du Mali qui mènera les négociations sur le statut du Nord.

Certains à Kidal considèrent donc le scrutin comme un mal nécessaire. "Ça ne me fait pas plaisir, reconnaît Mohamed Ag Inazoum, président d’un bureau de vote pour le compte du MNLA, nos dirigeants nous ont dit d’accepter mais on ne vote pas."

"Tout se prépare pour que le vote puisse avoir lieu demain dans une ville sous tension"

Jusqu’ici, les groupes du Nord jouent le jeu. On estime que 40 % des 17 000 électeurs présents à Kidal sont allés chercher leur carte, malgré les tensions dans une ville où cohabitent les casques bleus, les militaires français, les troupes régulières maliennes et les combattants du MNLA.

Première publication : 26/07/2013

  • SUR LA ROUTE AU MALI

    À Hombori, au sud de Gao, la population veut "de vraies élections"

    En savoir plus

  • MALI

    En images : IBK en campagne dans le fief du putschiste Sanogo

    En savoir plus

  • SUR LA ROUTE AU MALI

    Dounabakegoudou : "On ne votera pas pour quelqu'un qui ne nous donne pas d'argent"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)