Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

Afrique

L'opposant Mohamed Brahmi assassiné avec la même arme que Chokri Belaïd

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/07/2013

D'après le ministère tunisien de l'Intérieur, un salafiste radical serait impliqué dans l'assassinat, jeudi, de l'opposant tunisien Mohamed Brahmi (photo). L'arme utilisée serait la même que pour le meurtre de Chokri Belaïd, le 6 février dernier.

Le ministre tunisien de l'Intérieur, Lofti ben Jeddou, a annoncé vendredi 27 juillet qu'un salafiste radical du nom de Boubaker Hakim, déjà recherché pour contrebande d'armes venant de la Libye voisine, était le principal suspect dans l'assassinat, ces cinq derniers mois, de deux opposants laïques de premier plan.

"La même arme automatique de calibre 9 mm qui a tué Chokri Belaïd a aussi tué Mohamed Brahmi", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Mohamed Brahmi, député de Sidi Bouzid, a été assassiné jeudi devant son domicile tunisois. Le 6 février, l'opposant Chokri Belaïd avait été assassiné de la même façon.

Funérailles nationales

La famille de Mohamed Brahmi a déclaré que ses funérailles auraient lieu samedi 27 juillet et qu'il serait inhumé près de la tombe de Chokri Belaïd, à Tunis. Le chef d’État Moncef Marzouki, a, quant à lui, demandé à l'armée d'organiser des funérailles nationales, a annoncé la présidence.

La chancelière allemande Angela Merkel a condamné vendredi le "lâche assassinat" de Mohamed Brahmi et demandé à ce que ses assassins et ceux de Belaïd soient rapidement traduits devant la justice.

Ces deux assassinats ont suscité une vive émotion en Tunisie, pays précurseur des "printemps arabes" de 2011 dirigé aujourd'hui par un gouvernement dominé par les islamistes d'Ennahda.

Appels à manifester

Les islamistes ont appelé au rassemblement après la prière du vendredi, tandis que l'opposition laïque veut manifester vendredi pour "renverser le gouvernement".

David Thomson, correspondant de FRANCE 24 à Tunis, soulignait toutefois en début d’après-midi que la foule était moins importante que lors des manifestations spontanées de jeudi.

"Pour le moment, la mobilisation n’est pas encore très forte : environ un millier de personnes sur l’avenue Bourguiba", a-t-il rapporté. Il a ajouté que de nombreux Tunisiens avaient accueilli la théorie du ministre de l’Intérieur avec scepticisme, se demandant comment une personne déjà activement recherchée pour un assassinat aurait pu en commettre un deuxième.

Avec dépêches

 

Première publication : 26/07/2013

  • TUNISIE

    Journée de grève générale en Tunisie après le meurtre de Mohamed Brahmi

    En savoir plus

  • TUNISIE

    La Tunisie sous le choc après l'assassinat de l'opposant Mohamed Brahmi

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Tunisie : les commanditaires du meurtre de Chokri Belaïd identifiés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)