Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Kagame en visite à Paris, ses partisans et opposants défilent dans la capitale

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"La Robe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Parlemantaires français en Syrie, Bachar Al Assad interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quand agriculture rime avec futur

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

Amériques EUROPE

Affaire Snowden : Washington ne demandera pas la peine de mort

© AFP | Un magazine met dos à dos Edward Snowden et Barack Obama.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/07/2013

Les États-Unis se sont officiellement engagés à n’utiliser ni la torture ni la peine de mort contre l’ancien consultant des renseignements américains s’il était extradé depuis la Russie.

Des responsables politiques des États-Unis et de Russie se sont impliqués publiquement vendredi 26 juillet dans les discussions sur le sort d’Edward Snowden, bloqué depuis plus d’un mois à l’aéroport de Moscou.

Washington réclame l’extradition de l’ancien sous-traitant de l’Agence nationale de sécurité (NSA) américaine, qui avait révélé au public l’existence de programmes d’espionnage à grande échelle des citoyens et des alliés des États-Unis.

Dans une lettre au gouvernement russe datée du 23 juillet et rendue publique vendredi, le ministre de la Justice américain Eric Holder a garanti que Snowden ne serait soumis ni à la torture ni à la peine de mort et qu’il bénéficierait de toutes les protections des tribunaux civils américains s’il était jugé aux États-Unis.

Le sort de Snowden "pas à l’agenda" de Poutine

De son côté, le porte parole du président russe a déclaré que Vladimir Poutine ne souhaitait pas que l’affaire nuise aux relations de son pays avec les États-Unis.

"Le chef de l'Etat s'est dit très déterminé à empêcher que cela se produise", a dit Dmitri Peskov aux journalistes.

Il a pris soin de souligner que le président russe n'était pas personnellement impliqué dans les pourparlers entre le FSB russe et le FBI américain et a réaffirmé que Moscou "n'a pas livré, ne livre pas et ne livrera personne".

"Autant que je sache, Snowden n'a fait aucune demande qui nécessite d'être examinée au niveau du chef de l'Etat. En conséquence, cette question n'a pas été et n'est pas à l'agenda" de Vladimir Poutine, a déclaré M. Peskov

Mercredi, l'avocat d'Edward Snowden, avait affirmé qu'il n'avait pas l'intention de quitter pour le moment la Russie. Selon lui, le jeune informaticien n'a toujours pas obtenu le laissez-passer lui permettant de sortir de la zone de transit.

Aux États-Unis, Lon Snowden, le père d’Edward, s’est exprimé sur la chaîne de télévision NBC. "Il a fait ce qu'il pensait être juste. Il a partagé la vérité avec le peuple américain", a-t-il déclaré au sujet des révélations de son fils sur l’ampleur des programmes américains de surveillance.
 

Avec dépêches

Première publication : 26/07/2013

  • ESPIONNAGE

    Scandale Prism : la NSA dans le collimateur judiciaire de 19 associations

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Edward Snowden a demandé officiellement l'asile politique provisoire à la Russie

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Pour Poutine, Washington a "coincé" Snowden en Russie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)