Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Afrique

Égypte : le gouvernement impute la responsabilité des violences aux islamistes

© AFP

Vidéo par France 3

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/07/2013

Les Frères musulmans affirment que des dizaines de leurs partisans ont été tués dans une attaque des forces de l'ordre. Le ministère de l'Intérieur rejette la responsabilité de ces violences sur les islamistes et nie l'usage de balles réelles.

France 24 s'excuse après avoir diffusé des images du palais présidentiel d'al-Ittihadia en les présentant comme celles de la place Rabaa al-Adawiya.

Nouveaux incidents meurtriers en Égypte : au moins 66 partisans du président égyptien destitué Mohamed Morsi ont été tués dans une attaque tôt samedi 27 juillet au matin sur la route de l'aéroport du Caire, affirment les Frères musulmans. Une information qui n'a pas été confirmée de source indépendante. La confrérie affirme également qu'il y a plus de 1 000 blessés.

Gehad el-Haddad, porte-parole des Frères musulmans, a raconté que les violences se sont produites aux abords du sit-in que les pro-Morsi observent de manière continue depuis le 3 juillet près de la mosquée Rabaa al-Adawiya. Des heurts ont éclaté à l'aube entre manifestants et policiers qui ont échangé jets de pierres et tirs de gaz lacrymogènes, a indiqué l'agence de presse égyptienne Mena, ajoutant que des tirs de chevrotine d'origine inconnue ont été entendus.

De son côté le ministère de l'intérieur a rejeté la responsabilité des affrontements sur les islamistes et a assuré que la police n'avait pas tiré à balles réelles sur eux.

Le bilan définitif de ces violences n'est pas encore connu. Un journaliste de l'AFP a dénombré dans l'hôpital de campagne des pro-Morsi 37 cadavres. Selon une médecin sur place, le docteur Amal Ahmad Ibrahim, ils ont tous été tués par des tirs à balles réelles, précisant qu'un nombre indéterminé d'autres corps avaient été acheminés vers d'autres établissements. Le ministère de la Santé a pour sa part fait état de 29 morts dans les hôpitaux d'État, ce qui porterait donc le bilan de samedi à 66 morts.

"Les affrontements ont été très violents".


Plus de 200 personnes - des pro-Morsi en majorité - ont trouvé la mort dans des violences politiques depuis la destitution de Mohamed Morsi.

Pro et anti-Morsi se sont affrontés dans les rues vendredi

Ce nouvel incident surivent au lendemain d'une journée sous haute tension en Égypte où partisans et opposants à l'ancien président Mohamed Morsi se sont affrontés dans plusieurs villes du pays. Depuis la destitution de Mohamed Morsi, ses partisans protestent dans le secteur de la mosquée de Rabaa al-Adaouiya, dans le faubourg de Nasr City, pour réclamer son retour au pouvoir. Des milliers d'entre eux y vivent dans un village de tentes installé depuis plusieurs semaines.

Au moins sept personnes ont été tuées vendredi dans des heurts entre des manifestants rivaux dans la ville d'Alexandrie (nord).

Cité par le journal "Al Ahram", le ministre de l'Intérieur, Mohamed Ibrahim, a déclaré qu'il serait mis fin aux rassemblements des partisans de Mohamed Morsi au Caire "prochainement et de manière légale", à la suite de plaintes déposées par les habitants des quartiers concernés.

Avec dépêches 

Première publication : 27/07/2013

  • REPORTAGE

    Égypte : rester chez soi, le pari de ceux qui ne soutiennent aucun camp

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Mohamed Morsi placé en détention pour ses liens avec le Hamas

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Appel de l'armée égyptienne à manifester vendredi : un "appel à la guerre civile" pour le camp Morsi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)