Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un français sur deux est imposable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent possession du barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

EUROPE

Espagne : le conducteur du train accusé d'"homicide par imprudence"

© AFP | Francisco José Garzon Amo, le conducteur du train.

Vidéo par Roméo LANGLOIS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/07/2013

Le conducteur du train qui a déraillé à Saint-Jacques-de-Compostelle, en garde à vue depuis jeudi, a été transféré de l'hôpital au commissariat. Les enquêteurs le soupçonnent d'"homicide par imprudence". La vitesse serait la cause de l'accident.

En Espagne, l’enquête sur les causes de la catastrophe ferroviaire de Saint-Jacques-de-Compostelle, qui a coûté la vie à 78 personnes le 24 juillet, s’oriente vers une faute du conducteur du train, qui avait lui-même admis circuler au moment du déraillement à une vitesse deux fois supérieure à celle autorisée. Le cheminot de 52 ans, Francisco José Garzon Amo, a été placé en garde à vue dès le 25 juillet pour "des faits présumés d'homicide par imprudence".

Légèrement blessé dans l’accident, le conducteur du train a été transféré de l’hôpital vers le commissariat, où il sera interrogé par les enquêteurs sur les conditions de l’accident. Au moins 78 personnes ont perdu la vie, le 24 juillet, lorsque le train en provenance de Madrid a déraillé dans un virage serré à quatre kilomètres de la gare de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Les policiers pourront notamment interroger le conducteur du train sur la retranscription d'une communication radio, révélée par le journal "El Pais", dans laquelle le cheminot admettait circuler à 190 kilomètres/heure au lieu des 80 autorisés. Une vitesse excessive que semble confirmer une vidéo de quelques secondes, apparemment filmée par une caméra de sécurité sur les voies, montrant le train qui surgit à toute vitesse à l'entrée du virage puis qui sort des rails et se couche sur le côté. Selon des sources proches de l’enquête citées par le journal "El Mundo", le cheminot parlait au téléphone au moment du drame.

Le conducteur pourrait être entendu par un juge dès dimanche

Ces éléments ont permis aux autorités espagnoles de rapidement mettre en cause la responsabilité du conducteur du train, qui travaille depuis 30 ans à la compagnie publique des chemins de fer Renfe. "Il y a des indices raisonnables pour considérer qu'il puisse avoir une éventuelle responsabilité dans ce qui s'est passé, ce que devront de toute façon déterminer le juge et l'enquête", a estimé le ministre de l'Intérieur, Jorge Fernandez Diaz, à l'occasion d'un déplacement sur les lieux de l'accident.

"Déjà, quatre kilomètres avant le lieu de l'accident, il s'est vu notifier de commencer à ralentir", soulignait plus tôt le président du gestionnaire du réseau Adif, Gonzalo Ferre, sur la télévision nationale.

"À cet endroit passent six trains chaque jour et ce conducteur y est passé 60 fois, c'est-à-dire que sa connaissance de la ligne doit être exhaustive et maximale, à un endroit où la vitesse est limitée de manière permanente à 80 kilomètres/heure", a renchéri le président de la Renfe, Julio Gómez-Pomar Rodríguez, sur la télévision Antena 3.

Le conducteur du train pourrait être entendu par un juge dès dimanche.

Avec dépêches
 

La vidéo de l'accident de train

Première publication : 27/07/2013

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Déraillement en Espagne : le conducteur du train refuse de répondre à la police

    En savoir plus

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Déraillement en Espagne : sur Facebook, le conducteur se vantait d'aller vite

    En savoir plus

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Espagne : selon "El Pais", le train dépassait largement la vitesse autorisée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)