Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Manuel Valls, le Tony Blair français ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Simple appareil"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le gazoduc "Force de Sibérie" : l'appel de la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Comme le disait ma grand-mère"

En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez.... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • Rythmes scolaires : la rentrée chahutée par des maires récalcitrants

    En savoir plus

  • Le siège du parti de l'ex-président Gbagbo mis à sac

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Washington annonce avoir mené un raid contre les Shebab somaliens

    En savoir plus

EUROPE

Espagne : le conducteur du train accusé d'"homicide par imprudence"

© AFP | Francisco José Garzon Amo, le conducteur du train.

Vidéo par Roméo LANGLOIS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/07/2013

Le conducteur du train qui a déraillé à Saint-Jacques-de-Compostelle, en garde à vue depuis jeudi, a été transféré de l'hôpital au commissariat. Les enquêteurs le soupçonnent d'"homicide par imprudence". La vitesse serait la cause de l'accident.

En Espagne, l’enquête sur les causes de la catastrophe ferroviaire de Saint-Jacques-de-Compostelle, qui a coûté la vie à 78 personnes le 24 juillet, s’oriente vers une faute du conducteur du train, qui avait lui-même admis circuler au moment du déraillement à une vitesse deux fois supérieure à celle autorisée. Le cheminot de 52 ans, Francisco José Garzon Amo, a été placé en garde à vue dès le 25 juillet pour "des faits présumés d'homicide par imprudence".

Légèrement blessé dans l’accident, le conducteur du train a été transféré de l’hôpital vers le commissariat, où il sera interrogé par les enquêteurs sur les conditions de l’accident. Au moins 78 personnes ont perdu la vie, le 24 juillet, lorsque le train en provenance de Madrid a déraillé dans un virage serré à quatre kilomètres de la gare de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Les policiers pourront notamment interroger le conducteur du train sur la retranscription d'une communication radio, révélée par le journal "El Pais", dans laquelle le cheminot admettait circuler à 190 kilomètres/heure au lieu des 80 autorisés. Une vitesse excessive que semble confirmer une vidéo de quelques secondes, apparemment filmée par une caméra de sécurité sur les voies, montrant le train qui surgit à toute vitesse à l'entrée du virage puis qui sort des rails et se couche sur le côté. Selon des sources proches de l’enquête citées par le journal "El Mundo", le cheminot parlait au téléphone au moment du drame.

Le conducteur pourrait être entendu par un juge dès dimanche

Ces éléments ont permis aux autorités espagnoles de rapidement mettre en cause la responsabilité du conducteur du train, qui travaille depuis 30 ans à la compagnie publique des chemins de fer Renfe. "Il y a des indices raisonnables pour considérer qu'il puisse avoir une éventuelle responsabilité dans ce qui s'est passé, ce que devront de toute façon déterminer le juge et l'enquête", a estimé le ministre de l'Intérieur, Jorge Fernandez Diaz, à l'occasion d'un déplacement sur les lieux de l'accident.

"Déjà, quatre kilomètres avant le lieu de l'accident, il s'est vu notifier de commencer à ralentir", soulignait plus tôt le président du gestionnaire du réseau Adif, Gonzalo Ferre, sur la télévision nationale.

"À cet endroit passent six trains chaque jour et ce conducteur y est passé 60 fois, c'est-à-dire que sa connaissance de la ligne doit être exhaustive et maximale, à un endroit où la vitesse est limitée de manière permanente à 80 kilomètres/heure", a renchéri le président de la Renfe, Julio Gómez-Pomar Rodríguez, sur la télévision Antena 3.

Le conducteur du train pourrait être entendu par un juge dès dimanche.

Avec dépêches
 

La vidéo de l'accident de train

Première publication : 27/07/2013

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Déraillement en Espagne : le conducteur du train refuse de répondre à la police

    En savoir plus

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Déraillement en Espagne : sur Facebook, le conducteur se vantait d'aller vite

    En savoir plus

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Espagne : selon "El Pais", le train dépassait largement la vitesse autorisée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)