Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

EUROPE

Espagne : le conducteur du train accusé d'"homicide par imprudence"

© AFP | Francisco José Garzon Amo, le conducteur du train.

Vidéo par Roméo LANGLOIS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/07/2013

Le conducteur du train qui a déraillé à Saint-Jacques-de-Compostelle, en garde à vue depuis jeudi, a été transféré de l'hôpital au commissariat. Les enquêteurs le soupçonnent d'"homicide par imprudence". La vitesse serait la cause de l'accident.

En Espagne, l’enquête sur les causes de la catastrophe ferroviaire de Saint-Jacques-de-Compostelle, qui a coûté la vie à 78 personnes le 24 juillet, s’oriente vers une faute du conducteur du train, qui avait lui-même admis circuler au moment du déraillement à une vitesse deux fois supérieure à celle autorisée. Le cheminot de 52 ans, Francisco José Garzon Amo, a été placé en garde à vue dès le 25 juillet pour "des faits présumés d'homicide par imprudence".

Légèrement blessé dans l’accident, le conducteur du train a été transféré de l’hôpital vers le commissariat, où il sera interrogé par les enquêteurs sur les conditions de l’accident. Au moins 78 personnes ont perdu la vie, le 24 juillet, lorsque le train en provenance de Madrid a déraillé dans un virage serré à quatre kilomètres de la gare de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Les policiers pourront notamment interroger le conducteur du train sur la retranscription d'une communication radio, révélée par le journal "El Pais", dans laquelle le cheminot admettait circuler à 190 kilomètres/heure au lieu des 80 autorisés. Une vitesse excessive que semble confirmer une vidéo de quelques secondes, apparemment filmée par une caméra de sécurité sur les voies, montrant le train qui surgit à toute vitesse à l'entrée du virage puis qui sort des rails et se couche sur le côté. Selon des sources proches de l’enquête citées par le journal "El Mundo", le cheminot parlait au téléphone au moment du drame.

Le conducteur pourrait être entendu par un juge dès dimanche

Ces éléments ont permis aux autorités espagnoles de rapidement mettre en cause la responsabilité du conducteur du train, qui travaille depuis 30 ans à la compagnie publique des chemins de fer Renfe. "Il y a des indices raisonnables pour considérer qu'il puisse avoir une éventuelle responsabilité dans ce qui s'est passé, ce que devront de toute façon déterminer le juge et l'enquête", a estimé le ministre de l'Intérieur, Jorge Fernandez Diaz, à l'occasion d'un déplacement sur les lieux de l'accident.

"Déjà, quatre kilomètres avant le lieu de l'accident, il s'est vu notifier de commencer à ralentir", soulignait plus tôt le président du gestionnaire du réseau Adif, Gonzalo Ferre, sur la télévision nationale.

"À cet endroit passent six trains chaque jour et ce conducteur y est passé 60 fois, c'est-à-dire que sa connaissance de la ligne doit être exhaustive et maximale, à un endroit où la vitesse est limitée de manière permanente à 80 kilomètres/heure", a renchéri le président de la Renfe, Julio Gómez-Pomar Rodríguez, sur la télévision Antena 3.

Le conducteur du train pourrait être entendu par un juge dès dimanche.

Avec dépêches
 

La vidéo de l'accident de train

Première publication : 27/07/2013

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Déraillement en Espagne : le conducteur du train refuse de répondre à la police

    En savoir plus

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Déraillement en Espagne : sur Facebook, le conducteur se vantait d'aller vite

    En savoir plus

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Espagne : selon "El Pais", le train dépassait largement la vitesse autorisée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)