Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Les quatre journalistes français otages en Syrie ont été libérés

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

asie

Guerre de Corée : Pyongyang célèbre les 60 ans de l'armistice

©

Vidéo par Nathalie TOURRET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/08/2013

Un gigantesque défilé militaire a été organisé samedi à Pyongyang pour commémorer les 60 ans de la fin de la guerre de Corée. L'occasion pour la Corée du Nord d'exposer des missiles de longue portée.

La Corée du Nord a exposé samedi des missiles de longue portée lors d'une grandiose parade marquant le 60ème anniversaire de l'armistice de la guerre de Corée, sous le regard de son dirigeant Kim Jong-Un et de la presse internationale invitée pour l'occasion.

Les missiles montés sur des remorques ont traversé l'immense place Kim Il-Sung de Pyongyang pavoisée aux couleurs du pays où des milliers de soldats et de spectateurs ont crié "Protégeons Kim Jong-Un de nos vies" lorsque le jeune Kim a fait son apparition dans la tribune.

D'autres types de missiles, des chars, des lance-roquettes multiples et des canons auto-moteur ont été présentés tandis que des avions de combat et des hélicoptères fendaient le ciel lourd de nuages.

Kim Jong-Un, en costume mao de couleur sombre, a marché jusqu'à l'estrade sur un tapis rouge, tandis que les gardes le saluaient sur fond de musique militaire.

Dans le ciel nuageux étaient déployées de larges bannières et des ballons, et la place était décorée de drapeaux nord-coréens.

"Combattons, combattons, combattons (...) pour notre république", chantaient les soldats.

Sur la place, veillaient les figures tutélaires de Kim Il-Sung et de son fils Kim Jong-Il, père de Kim Jong-Un, dont deux portraits géants ornent le fronton du Grand palais des études du peuple.

L'armistice du 27 juillet 1953 a mis fin à trois années de combats meurtriers qui ont dévasté la péninsule coréenne, scindée en un Nord communiste allié à Pékin et Moscou, et un Sud capitaliste allié à Washington.

Le défilé devait être étroitement suivi à l'étranger pour savoir si, comme elle le prétend, la Corée du Nord a fait des progrès tangibles dans son programme de développement de missiles balistiques.

La dernière parade de cette envergure organisée dans la capitale nord-coréenne remonte au 15 avril l'an dernier pour commémorer le centenaire de la naissance du fondateur de la République Populaire Démocratique de Corée (RPDC), Kim Il-Sung.

Les 60 ans de l'armistice interviennent au moment où les deux Corées tentent d'apaiser durablement les tensions surgies après un tir réussi de fusée -- considéré par Séoul comme un essai de missile intercontinental --, un nouvel essai nucléaire, et des menaces répétées de frappes contre ses ennemis.

A l'acmé de ces tensions, le Nord avait annoncé en mars la rupture unilatérale de l'armistice signé sous l'égide des Nations unies, et ne se sentait plus lié par lui. Mais Séoul a toujours récusé des rodomontades sans conséquences.

Samedi, Choe Ryong-Hae, le plus haut gradé de l'armée nord-coréenne, a glorifié "l'Histoire fière et victorieuse" écrite par la dynastie Kim.

"Le respecté dirigeant Kim Jong-Un a élevé le niveau de notre armée et de la solidarité parmi le peuple", a-t-il dit.

"Un environnement pacifique est plus important que toute autre chose pour notre pays qui aspire à construire son économie et améliorer la vie de son peuple", a poursuivi l'officiel avant de menacer: la Corée du Nord doit être "prête à repousser toute attaque de l'extérieur".

Le vice-président chinois Li Yuanchao, qui s'est entretenu cette semaine avec Kim Jong-Un, était présent dans la tribune d'honneur.

Au cours de la guerre de Corée (1950-1953), la Chine a envoyé des centaines de milliers de soldats dans la péninsule, "vagues humaines" qui obligèrent les troupes du général américain Douglas MacArthur, qui avaient envahi le Nord, à se replier.

Cet épisode est considéré comme un symbole des étroites relations entre les deux pays, qualifiées par Mao d'"aussi proches que le sont les lèvres des dents".

Mais ces relations se sont étiolées au cours des derniers mois.

La Chine dissimule de moins en moins son agacement vis-à-vis de son remuant voisin et de ses rodomontades nucléaires.

Le nouveau président chinois Xi Jinping, né un mois avant l'armistice de 1953, a adopté un ton inhabituellement dur, en déclarant en avril n'avoir aucune tolérance pour ceux "qui provoquent le chaos à des fins égoïstes", des mots considérés comme visant la Corée du Nord -- même si le pays n'était pas nommé.

Selon l'agence Chine nouvelle, Li Yuanchao a déclaré à Kim Jong-Un que la Chine oeuvrerait à la reprise des pourparlers sur la dénuclarisation de la péninsule coréenne.
 

AFP

Première publication : 27/07/2013

  • CORÉE DU NORD

    Reportage : Pyongyang célèbre en grande pompe l'armistice de 1953

    En savoir plus

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Les deux Corées s’accordent sur la réouverture de Kaesong

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD - ÉTATS-UNIS

    Pyongyang propose des négociations "à haut niveau" avec Washington

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)