Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

À Gao, "tout le monde est prêt à voter : les jeunes, les anciens et même les vaches"

© FRANCE 24

Texte par Philomène REMY

Dernière modification : 27/07/2013

Alors que le Mali élit son nouveau président le 28 juillet, la journaliste de FRANCE 24 Philomène Rémy sillonne le pays, de Bamako à Gao, pour comprendre les enjeux de cette élection. Lisez, chaque jour, son carnet de route.

Le Gao d'aujourd'hui n'est plus du tout le Gao du 26 janvier. Voilà ce que notre équipe a pensé immédiatement en entrant dans cette ville du Nord-Mali. Les magasins sont à nouveau ouverts, les femmes ont toutes retrouvé leur mobylette, si précieuse pour aller au marché, et les hommes sont à nouveau libres de fumer.

Cette population qui a subi l'occupation du MNLA puis du Mujao semble avoir retrouvé le sourire. Tous se préparent pour l’élection de dimanche. Mais les signes de la campagne électorale restent discrets dans la ville. Ici, il n'y a aucune affiche géante comme on peut en trouver dans la capitale Bamako. "Une campagne à la mesure de la taille de Gao" comme nous l'expliquait Cheick, originaire de la ville. Mais la mobilisation est très importante, plus forte que dans la capitale. Selon les derniers chiffres officiels, près de 80% des électeurs sont allés retirer leur carte biométrique. Comme nous l'a joliment dit l'un des sages de la ville, Kada Data Maiga : "Tout le monde est prêt : les jeunes, les anciens et même nos vaches".

"Ça va trop vite"

Un avis que ne partage par forcément le maire de la ville, monsieur Diallo. Pour lui, tout est un peu trop précipité: "Ça va trop vite. Tout ça pour toucher les subventions et les dons de la communauté internationale". Plus de 3 milliards d'euros de promesse de dons ont été faits par la communauté internationale au Mali. Mais le gouvernement de transition ne peut y accéder.

Évidemment quelques problèmes de logistique demeurent comme celui de l'électricité. Ici, il n'y a que 3 heures de courant par jour. Mais exceptionnellement ce soir, il y en aura toute la nuit. La seule inquiétude qui règne autour de l’élection à Gao est celle d’un attentat kamikaze. Il ne faut pas oublier que Gao a été la cible de plusieurs attaques ces derniers mois. Un lourd dispositif sécuritaire a été mis en place pour dimanche. À l'origine de ce dispositif, l'État malien. Les forces onusiennes de la Minusma et les forces françaises de l'opération Serval n'apparaîtront qu'en deuxième et troisième rideaux, en appui des forces maliennes.

Ce dimanche, 42 000 électeurs sont attendus dans les 87 bureaux de vote de Gao.


 

Première publication : 27/07/2013

  • SUR LA ROUTE AU MALI

    À Hombori, au sud de Gao, la population veut "de vraies élections"

    En savoir plus

  • MALI - PRÉSIDENTIELLE

    Reportage : à Kidal, on votera malgré tout

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    En images : au Mali, dernier jour de campagne pour Soumaïla Cissé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)