Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

  • Christophe de Margerie : disparition d’un patron Total

    En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Confusion autour de la tenue du procès de Simone Gbagbo mercredi

    En savoir plus

  • Un présumé terroriste canadien abattu après avoir fauché deux militaires

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Ligue des Champions : à Nicosie, le PSG veut consolider sa première place

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

Afrique

Au moins 94 morts dans des combats tribaux au Darfour

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/07/2013

Au moins 94 personnes ont été tuées ces deux derniers jours lors de violents affrontements entre tribus rivales dans la région du Darfour, à l’ouest du Soudan, selon un chef tribal cité par l’AFP.

Au moins 94 personnes ont été tuées ces dernières 48 heures dans des affrontements entre deux tribus rivales du Darfour, dans l'ouest du Soudan, moins d'un mois après la conclusion d'une trêve entre elles, a indiqué samedi un chef tribal.

Ahmed Khiri, qui se présente comme le chef des combattants de la tribu des Misseriya, a affirmé que les combats avaient éclaté vendredi après une tentative d'attaque de la tribu des Salamat. "Nous avons perdu huit de nos hommes et tué 86 des leurs", a-t-il précisé.

"Les Misseriya ont attaqué notre village et nous avons résisté, perdant 52 de nos hommes", a pour sa part affirmé un chef des combattants Salamat. "Un certain nombre" de leurs adversaires sont morts dans les combats, a-t-il ajouté sans plus de précision.

"Un comité est en train de tenter d'enterrer les corps", a expliqué le Misseriya Ahmed Khiri, affirmant se trouver sur les lieux des affrontements.

De précédents heurts entre Misseriya et Salamat en avril avaient conduit 50.000 personnes à fuir le sud-ouest du Darfour vers le Tchad voisin, a affirmé l'ONU.

A cette période, un chef de la tribu Salamat avait accusé la Réserve centrale, unité spéciale de la police du Darfour-Ouest, d'avoir participé à des combats entre Misseriya et Salamat.

Les troubles en question avaient causé la mort d'au moins 18 personnes à Rahad el-Berdi près de Umm Dukhun, non loin de la frontière tchadienne.

Les deux tribus ont signé le 3 juillet une trêve prévoyant le paiement de compensations à la partie adverse et le retour des réfugiés.

La mission commune ONU-Union africaine au Darfour (Minuad) considère que les rivalités tribales sont la principale source du regain de tension qui a fait près de 300.000 nouveaux déplacés dans les cinq premiers mois de 2013, soit deux fois plus que pendant les deux années précédentes combinées.

D'après des experts de l'ONU, des militants des droits de l'Homme et des responsables tribaux, les forces gouvernementales sont cependant impliquées dans ces affrontements.

Des rebelles issus de tribus locales au Darfour se sont soulevés contre Khartoum en 2003 pour dénoncer la domination économique et politique des élites arabes, déclenchant un conflit long et dévastateur qui a fait au moins 300.000 morts et 1,8 million de déplacés au Darfour, selon l'ONU. Khartoum parle de 10.000 morts.

Depuis une décennie, les rebelles du Darfour combattent le gouvernement dans un contexte d'instabilité accrue par les conflits tribaux, les enlèvements, vols de voitures et autres crimes dont beaucoup sont attribués à des milices liées au gouvernement et à des groupes paramilitaires.

AFP
 

Première publication : 27/07/2013

  • SOUDAN

    Sept Casques bleus tués lors d'une patrouille au Darfour

    En savoir plus

  • DARFOUR

    Le ministre soudanais de la Défense visé par un mandat d'arrêt de la CPI

    En savoir plus

  • SOUDAN

    Une cinquantaine de soldats de la Minuad capturés au Darfour

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)