Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Moyen-orient

Libération d'un photographe franco-américain détenu par une milice en Syrie

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/07/2013

Jonathan Alpeyrie, un photographe franco-américain, a été libéré et est rentré le 24 juillet à Paris. Il avait été enlevé le 29 avril en Syrie par une milice. Le Quai d’Orsay n'a pas souhaité divulguer de détails sur les conditions de sa libération.

Le photographe franco-américain Jonathan Alpeyrie a été enlevé fin avril par une "milice" en Syrie où il a passé 81 jours en captivité avant d'être libéré, a indiqué samedi son agence Polaris images dont le siège est à New York.

Jonathan Alpeyrie était arrivé mercredi à Paris, selon le ministère français des Affaires étrangères qui n'avait pas souhaité divulguer de détails sur les circonstances de son enlèvement et sur les conditions de sa libération.

Selon Polaris images, le photographe s'est rendu en avril dans la région de Yabroud, au nord de Damas, où "il couvrait depuis dix jours les bombardements des villages de la région par l'aviation et l'artillerie" de l'armée de Bachar al-Assad.

"Il a été enlevé le 29 avril par une milice syrienne", indique Polaris images dans un communiqué sans plus de précisions. Le terme de "milice" peut désigner un groupe rebelle ou un groupe pro-Assad, à l'instar des shabihas, les très redoutés nervis du régime syrien. "Tout son équipement et ses effets lui ont été retirés", ajoute Polaris.

"Le 20 juillet, après 81 jours de captivité, Alpeyrie a été libéré, conduit au Liban, et il est enfin arrivé à Paris cette semaine", souligne l'agence de photographie.

Contactés par l'AFP, Jonathan Alpeyrie et le patron de Polaris images, Jean-Pierre Pappis, n'ont pas souhaité répondre aux questions sur les conditions de la captivité et de la libération du photographe.

Né en 1979, M. Alpeyrie a travaillé dans plusieurs zones de conflit, selon son site personnel. La nouvelle de sa détention en Syrie n'était pas connue. Il arrive régulièrement que famille, employeur et autorités du pays d'un journaliste disparu ou enlevé taisent sa captivité pour faciliter sa libération. C'est notamment le cas en Syrie ou en Afghanistan.

En avril, deux Français retenus en otage avaient ainsi été libérés. Pierre Borghi, 29 ans, détenu pendant plus de quatre mois et ancien employé de l'ONG française Solidarités International, avait retrouvé la liberté le jour-même où un autre Français, salarié de l'ONG Acted, kidnappé le 27 janvier en plein centre de Kaboul, avait été libéré dans des circonstances inconnues. Leur captivité avait été tenue secrète par les autorités françaises.

Selon l'organisation de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières (RSF), une quinzaine de journalistes étrangers sont portés disparus ou ont été enlevés en Syrie.

Deux journalistes français, Didier François, grand reporter à la radio Europe 1, et Edouard Elias, un photographe indépendant missionné par la radio, ont disparu en Syrie en juin. Un photographe polonais, Marcin Suder, a été enlevé mercredi par des hommes armés dans le nord-ouest du pays. Depuis le 15 mars 2011, au moins 24 journalistes et 60 citoyens-journalistes ont été tués par les forces du régime ou de l'opposition, alors qu'ils couvraient le conflit syrien, rappelle RSF.

AFP

Première publication : 27/07/2013

  • SYRIE

    Les options militaires en Syrie présentées au Sénat américain

    En savoir plus

  • ARMEMENT

    Londres vend du matériel militaire à la Syrie et à l'Iran

    En savoir plus

  • SYRIE

    Rebelles syriens contre djihadistes : les forces anti-Assad se déchirent

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)