Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

Moyen-orient

Après trois ans, reprise des négociations de paix entre Israël et la Palestine

© AFP

Vidéo par Kristell BERNAUD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/07/2013

Les négociations entre Israéliens et Palestiniens, gelées depuis 2010, devraient reprendre le 30 juillet à Washington, selon plusieurs sources. En gage de bonne volonté, le gouvernement israélien a décidé de libérer une centaine de détenus arabes.

Et si l’optimisme relatif du chef de la diplomatie américaine John Kerry était justifié ? Selon des sources de chaque camp, les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens vont reprendre le 30 juillet à Washington après près de trois ans de suspension. C’est un responsable palestinien qui a révélé samedi à l'AFP cette information, qui confirme les propos tenus dans ce sens quelques jours plus tôt par le ministre israélien du Développement régional, Sylvan Shalom.

Israël confirme l’envoi d’un ambassadeur pro-républicain à Washington

Le gouvernement israélien a confirmé, dimanche 28 juillet, la nomination de Ron Dermer en tant qu'ambassadeur d'Israël à Washington. Né aux États-Unis, considéré comme proche des adversaires républicains du président Barack Obama, il est perçu comme un "faucon" sur le dossier palestinien.

Ce proche conseiller du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou ne cache pas son scepticisme à l'égard d'une solution à deux États qu'il a qualifiée par le passé de "solution enfantine à un problème complexe", rappelait début juillet le quotidien "Haaretz". 

Une première depuis septembre 2010
 
À l'issue de son sixième voyage dans la région, le secrétaire d'État américain avait annoncé la semaine dernière un accord pour une reprise prochaine des pourparlers, tout en assurant que les différends s’amenuisaient entre les deux parties. Pour rappel, Palestiniens et Israéliens ne se sont pas rencontrés officiellement depuis septembre 2010. Les dernières négociations avaient rapidement été rompues en raison de la poursuite de la colonisation israélienne à Jérusalem-Est et en Cisjordanie et de la question de Jérusalem-Est, dont les Palestiniens souhaitent faire leur future capitale.
             
S’il n’a pas encore confirmé cette information, le Premier ministre Benjamin Netanyahou a toutefois indiqué samedi 27 juillet sur sa page Facebook qu'"à l'heure actuelle, il [lui] semble de la plus haute importance que l'État d'Israël entre en négociations avec les Palestiniens".
 
Concernant la prochaine rencontre à Washington, des responsables américains seront présents à ces pourparlers qui seront dirigés côté palestinien par le négociateur en chef Saëb Erakat et côté israélien par la ministre de la Justice Tzipi Livni, en charge de ce dossier, selon le responsable palestinien interrogé par l’AFP sous couvert de l'anonymat.
 
Libération de plus de 100 détenus arabes
 
Selon les médias israéliens, Tzipi Livni sera accompagnée par Yitzhak Molcho, l'émissaire personnel du Premier ministre israélien. "Selon de hauts responsables à Jérusalem, la rencontre à Washington doit se pencher en premier lieu sur l'ordre du jour des discussions, incluant les sujets qui seront abordés et le calendrier", rapporte le journal israélien "Haaretz".
                                  
Afin d'améliorer les perspectives des discussions, le gouvernement israélien a approuvé, dimanche 28 juillet, la libération de plus de 100 détenus arabes, emprisonnés avant 1993, année de la signature des accords de paix d'Oslo. "J'ai donné mon accord à la libération de 104 Palestiniens, par étapes, une fois les négociations démarrées, puis en fonction de leur évolution", a écrit samedi Benjamin Netanyahou sur sa page Facebook, confiant avoir dû prendre une décision très pénible.
            
"Il s'agit d'une décision extrêmement difficile, a-t-il indiqué. C'est douloureux pour les familles endeuillées, c'est douloureux pour la nation toute entière et c'est aussi très douloureux pour moi."
 
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas avait fait de la libération de ces détenus, tous emprisonnés depuis plus de 20 ans, une condition à la reprise de négociations.

 Avec dépêches

Première publication : 28/07/2013

  • ISRAËL

    Tout accord de paix avec la Palestine passera par un référendum israélien

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Après trois ans de statu quo, Kerry relance un espoir de paix au Proche-Orient

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Kerry estime que les divergences entre Israéliens et Palestiniens diminuent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)