Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Afrique

En Tunisie, laïques et islamistes cherchent une solution à la crise politique

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/07/2013

Selon le porte-parole de l'Assemblée nationale constituante, un accord entre laïques et islamistes pourrait être rendu public ce dimanche. Des négociations sont en cours pour résoudre la crise politique provoquée par le meurtre de Mohamed Brahmi.

Les alliés laïques des islamistes au pouvoir en Tunisie ont dit samedi discuter d'un nouvel accord de partage du pouvoir, pour tenter d'apaiser les fortes tensions provoquées par l'assassinat de l'opposant Mohamed Brahmi il y a deux jours à Tunis.

Le porte-parole de l'Assemblée nationale constituante, chargée de rédiger une nouvelle Constitution, a dit samedi s'attendre à un accord dans les prochaines heures.

"La tendance est d'aller vers un élargissement de la base du pouvoir", a déclaré Mofdi Mseddi sur les ondes de la radio Shems FM.

L'initiative survient alors que des milliers de manifestants ont appelé à la démission du gouvernement dirigé par les islamistes d'Ennahda samedi lors des funérailles de l'opposant.

En vertu d'un accord de partage du pouvoir conclu en novembre 2011, dix mois après la chute du président Zine Ben Ali, les islamistes d'Ennahda tiennent le gouvernement et deux partis de gauche, le Congrès pour la République et Ettakatol, occupent respectivement la présidence et la présidence de l'Assemblée constituante.

L'assassinat, en février dernier, d'un autre opposant de la gauche laïque, Chokri Belaïd, avait débouché sur la démission du gouvernement d'Hamadi Jebali et la formation de l'actuel gouvernement dirigé par Ali Larayedh.

REUTERS

Première publication : 28/07/2013

  • TUNISIE

    Après l'assassinat de Mohamed Brahmi, la Tunisie face au spectre égyptien

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Journée de grève générale en Tunisie après le meurtre de Mohamed Brahmi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)