Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Afrique

Les Maliens se sont rendus aux urnes dans le calme

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/07/2013

Aucun incident majeur n’est venu émailler le premier tour de l’élection présidentielle malienne, qui s’est déroulé dans le calme dimanche. À Gao et à Bamako, la mobilisation a été très forte, selon les envoyées spéciales de FRANCE 24.

Le premier tour de l’élection présidentielle s'est déroulé dimanche 28 juillet dans le calme au Mali, où quelque sept millions d’électeurs étaient appelés aux urnes pour départager 27 candidats. Récapitulatif des événements de la journée.

  • Dans la capitale Bamako, la mobilisation a été très forte, selon Melissa Bell, envoyée spéciale de FRANCE 24 sur place. "Dans les QG des quatre candidats favoris, on commence déjà à avoir une idée des résultats. On attend plus de précisions dans les heures qui viennent," rapporte-t-elle, à 22 heures.

Participation relativement bonne à Bamako

  • À Gao, l’une des villes les plus occupées par les islamistes en 2012, la journée électorale a commencé très tôt et la mobilisation a été importante malgré de fortes chaleurs. À 15 heures, dans l’un des bureaux de vote de la ville, le taux de participation était déjà de 80 %, indique Philomène Rémy, envoyée spéciale de FRANCE 24 à Gao.

    Reportage à Bamako
    En dépit des menaces proférées par les djihadistes du Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), aucune attaque n’a eu lieu dans cette ville du Nord-Mali. "Le dispositif de sécurité à Gao était considérable, mais la prudence reste de mise jusqu’au coucher du soleil," explique Philomène Rémy. En plus de l’armée malienne, 650 soldats de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) ainsi qu'un contingent du Niger ont été déployés. Les soldats français, au nombre de mille dans la région de Gao, sont, eux, présents en périphérie de la ville. "Le dispositif de sécurité a totalement empêché les kamikazes d’agir," commente sur FRANCE 24 le spécialiste de politique internationale, Mathieu Mabin.
  • À Kidal, où les élections ont été préparées en quinze jours seulement, les Maliens ont été peu nombreux à voter en raisons de problèmes d’organisation. Beaucoup en effet ne savaient pas où ils devaient voter, d'après Donaig Le Du, envoyée spéciale de FRANCE 24 dans la ville.
    Reportage : l'affluence dans les bureaux de vote à Gao

    Les Touareg ont, quant à eux, toléré la tenue de ce vote, même si quelques incidents ont été relevés. Certains militants du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) se sont notamment rassemblés sur la piste de l’aéroport en scandant des slogans en faveur de l’indépendance du Nord-Mali. Quelques Maliens sur des vélomoteurs ont également paradé près des bureaux de vote en brandissant le drapeau de l’Azawad, rapporte Donaig Le Du.
  • En France, à Montreuil, ville de banlieue parisienne à la forte population malienne, des bureaux de vote ont été installés mais beaucoup d’électeurs n’ont pas pu voter. Dans l’un des foyers abritant les urnes, du matériel de vote n’a en effet pas été livré et le corps électoral a été absent, selon l'envoyée spéciale de FRANCE 24, Alexandra Renard. Les cartes biométriques permettant le vote n'ont également pas été remises à tous les électeurs.
  • Les résultats de cette élection, qui se tient avec plus d’un an de retard, ne sont pas attendus avant mardi. Le taux de participation, lui, pourrait atteindre un niveau record. Lors de la dernière élection présidentielle au Mali, 35 % des électeurs avaient voté.

Première publication : 28/07/2013

  • SUR LA ROUTE AU MALI

    À Gao, "tout le monde est prêt à voter : les jeunes, les anciens et même les vaches"

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    En images : au Mali, dernier jour de campagne pour Soumaïla Cissé

    En savoir plus

  • MALI - PRÉSIDENTIELLE

    Reportage : à Kidal, on votera malgré tout

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)