Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

Zimbabwe : la police arrête un proche du Premier ministre Tsvangirai

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/07/2013

À trois jours des élections générales, Morgan Komichi, un proche du Premier ministre Morgan Tsvangirai, a été arrêté par la police. Il avait affirmé dans la semaine avoir retrouvé dans des poubelles des bulletins de vote au nom de Tsvangirai.

La police a arrêté dimanche un vice-ministre et proche du Premier ministre Morgan Tsvangirai, qui a rendu public le fait que des bulletins de vote au nom de Tsvangirai avaient été retrouvés dans une poubelle.

"Vers 6H00 (locales, 04H00 GMT), notre vice-président national, l'honorable Morgan Komichi, également ministre-adjoint des Transports, a été arrêté chez lui par la police", a déclaré à Harare lors d'une conférence de presse Nelson Chamisa, membre du Mouvement pour un changement démocratique (MDC), le parti de Tsvangirai.

La porte-parole de la police, Charity Charamba, a confirmé cette arrestation qui intervient à trois jours des élections générales, prévues mercredi, mais n'a pas précisé les accusations portées contre M. Komichi.

"Oui, il a été arrêté", a simplement déclaré à l'AFP cette porte-parole.

M. Komichi avait apporté cette semaine à la Commission électiorale du Zimbabwe (ZEC) une enveloppe de bulletins de vote au nom de Tsvangirai, retrouvés selon lui dans les poubelles du Centre de conférence internationale d'Harare, où les membres des forces de sécurité ont voté à l'avance les 14 et 15 juillet.

M. Chamisa a accusé la ZEC d'avoir exigé que M. Komichi soit interrogé et de se livrer ainsi à une "chasse aux sorcières", au lieu d'enquêter sur cette question de bulletins jetés.

"Il est incontestable que vraiment, il s'agit d'authentiques bulletins de vote, et que ces bulletins ont été trouvés dans des poubelles, mais, bien sûr, ils veulent savoir qui est notre informateur", a dit M. Chamisa.

"Nous pensons que c'est à la ZEC de répondre aux interrogations, et non à Komichi", a-t-il ajouté: "s'il y a une quelconque enquête, l'objet de cette enquête devrait être la ZEC".

Les Zimbabwéens sont appelés aux urnes mercredi pour des élections générales. Pour la présidentielle, ils devront départager le président au pouvoir depuis 33 ans, Robert Mugabe, et son Premier ministre Morgan Tsvangirai. L'élection doit mettre fin au fragile gouvernement de cohabitation instauré en 2009, après la dernière présidentielle et sous la pression internationale, pour éviter une guerre civile dans le pays.

M. Chamisa a réitéré ses craintes d'une élection "truquée". "Les développements dont nous sommes témoins démontrent clairement un manquement à la crédibilité de cette élection. Il démontre une faille pour l'intégrité de cette Commission", a affirmé ce responsable du MDC.

"Les listes d'électeurs ne nous ont pas été données, nous ne savons pas qui imprime les bulletins de vote. Nous ne savons pas où ces bulletins sont imprimés", a souligné M. Chamisa.

En 2008, Tsvangirai avait obtenu 47% des suffrages, devançant Mugabe (43%). Aussitôt, les partisans du chef de l'Etat avaient déclenché une vague de violences, faisant quelque 200 morts. Face au risque d'embrasement, Tsvangirai avait retiré sa candidature, laissant le champ libre à Mugabe, dont il est devenu Premier ministre dans une cohabitation difficile.

AFP

Première publication : 28/07/2013

  • ZIMBABWE

    Le président du Zimbabwe se dit sûr de sa victoire aux élections générales

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Des femmes taxées 5 dollars pour avoir accouché dans la douleur au Zimbabwe

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    L'Union européenne allège ses sanctions visant le Zimbabwe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)