Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Economie

Barnaby Jack, le hacker qui piratait les distributeurs de billets, est mort

© Capture d'écran YouTube

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 29/07/2013

Le célèbre hacker Barnaby Jack est décédé. Ce Néo-Zélandais s'était fait connaitre après voir réussi à vider le contenu de distributeurs automatiques sans débiter aucun compte client. Il s'apprêtait à dévoiler comment pirater un pacemaker.

La communauté des "White Hats" (chapeaux blancs) est en deuil. L’une des plus grandes figures de ce mouvement de hackers, qui revendiquent des "piratages bien intentionnés" pour améliorer les systèmes et technologies informatiques, est décédé jeudi 25 juillet. Barnaby Jack, âgé de 35 ans, a été retrouvé sans vie à son domicile de San Francisco. Les causes de sa mort sont encore inconnues et une enquête a été ouverte.

Ce Néo-Zélandais s’était fait connaître en 2010 après avoir démontré lors d’une conférence Black Hat, la prestigieuse réunion annuelle sur la sécurité informatique, qu’il était possible de vider des distributeurs automatiques de billets sans débiter aucun compte client. Le spécialiste avait mis au point sa technique appelée "jackpotting" en achetant sur Internet deux distributeurs et en les analysant pendant près de deux ans.

Sécuriser les appareils électroniques

Barnaby Jack s’était ensuite intéressé à la dangerosité des systèmes électroniques dans le domaine médical. En 2011, alors qu’il était employé par la compagnie américaine de sécurité informatique McAfee, il avait cette fois-ci réussi à montrer qu’il pouvait pirater une pompe à insuline située à 100 mètres de distance et à injecter une dose mortelle à un patient.

Depuis plusieurs mois, il travaillait plus particulièrement sur les brèches de sécurité des pacemakers. Il devait ainsi donner le 1er août prochain à Las Vegas une conférence à ce sujet lors d'une nouvelle réunion Black Hat. Il avait prévu de dévoiler à son auditoire comment pirater ce type de matériel médical à distance.

"Le logiciel que j’ai mis au point permet d’éteindre les pacemakers ou les DAIs (NDLR : défibrillateur automatique implantable) à proximité, de lire ou d’écrire sur la mémoire des appareils et dans le cas du DAI, d'autoriser la délivrance d'une décharge électrique de 830 volts", expliquait-t-il récemment au site internet Vice.

Mais loin de vouloir nuire à la vie d’autrui, Barnaby Jack justifiait ses piratages par la volonté d’améliorer la fiabilité des appareils électroniques : "J’ai fait ça dans le but d’expliquer le mécanisme des pacemakers et de soulever les problèmes que j’y ai trouvés, dans l’espoir que les fabricants les sécurisent mieux".

"Nous ne voulons pas que les gens perdent confiance dans ces appareils, mais n’importe quelle menace, si petite soit-elle, doit être éliminée", s’était-il également défendu lors d’une interview à Bloomberg.

Pour les autres hackers qui l’ont côtoyé, "ce pirate au grand coeur" a laissé une forte empreinte dans le domaine informatique. "Un vrai visionnaire. Ces dernières recherches critiques dans le domaine médical, notamment sur les pacemakers, vont laisser un héritage qui ne sera jamais oublié", a ainsi affirmé Jennifer Steffens, la PDG de IOActive, la firme où travaillait Jack Barnaby. "Barnaby avait la capacité de prendre des recherches technologiques complexes et de les rendre accessibles au plus grand nombre", ont également réagi les responsables de la conférence Black Hat dans un communiqué.

Première publication : 29/07/2013

  • TECHNOLOGIES

    Apple essuie l'affront de pirates informatiques

    En savoir plus

  • CYBERSÉCURITÉ

    Quantum Dawn 2 : quand Wall Street joue à la guerre informatique

    En savoir plus

  • ESPIONNAGE

    Jester, ce "hacker patriote" américain qui veut punir le "traître" Snowden

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)