Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

Amériques

Le pape François : "qui suis-je pour juger les gays qui cherchent le Seigneur ?"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/07/2013

De retour des Journées Mondiales de la Jeunesse au Brésil, le pape François s'est prononcé contre la stigmatisation et la marginalisation des homosexuels. Le souverain pontife a en revanche condamné le "lobby gay".

Le pape François a adopté un ton conciliant à l’égard des homosexuels en déclarant, lundi 29 juillet, qu’il ne lui revenait pas de juger les catholiques gays. C’est lors de sa première conférence de presse, dans l’avion qui le ramenait de Rio vers Rome, que le pape François s’est clairement opposé à la stigmatisation des homosexuels. Tout en condamnant le "lobby gay", le souverain pontife s’est interrogé tout haut : "Si une personne est gay et cherche le Seigneur avec bonne volonté, qui suis-je pour la juger ?".

Evoquant une enquête interne sur l’homosexualité présumée du prélat à la tête de la Banque du Vatican, le pape François a affirmé qu’elle n’avait "rien trouvé sur lui". "Je n'ai encore vu personne au Vatican sur la carte d'identité duquel est inscrit gay. On affirme qu'il y en a. Le catéchisme de l'Eglise catholique dit très bien qu'on ne doit pas marginaliser ces personnes, qui doivent être intégrées dans la société" a ajouté le souverain pontife.

Contre le "lobby gay"

Le ton du pape François apparaît plus conciliant que celui de son prédécesseur Benoît XVI, qui n’avait jamais dévié de la tradition catholique associant clairement l’homosexualité à un péché. Selon l’agence Reuters, le pape s’inscrit au contraire dans le catéchisme de l’Eglise, qui ne condamne que les actes et non l’orientation homosexuelle.

Le pontife s’est en revanche clairement exprimé sur les groupes de pression, qu’il considère comme néfastes. "Sur le lobby gay, je n'ai rien trouvé. Les lobbies ne sont pas bons", a-t-il affirmé en s’appuyant sur les exemples des groupes de pression politiques ou francs-maçons. Une façon de tordre le cou aux rumeurs autour du "lobby gay" du Vatican, qui avaient défrayé la chronique au moment de la renonciation de Benoît XVI en février dernier.

Avec dépêches

Première publication : 29/07/2013

  • BRÉSIL

    JMJ : la visite réussie du pape des pauvres au pays de la théologie de la libération

    En savoir plus

  • ÉGLISE CATHOLIQUE

    À Rio, le pape François prend position contre la dépénalisation des drogues

    En savoir plus

  • ÉGLISE CATHOLIQUE

    La plage de Copacabana a accueilli la messe inaugurale des JMJ au Brésil

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)