Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : fusillade à Sloviansk, les pro-russes demandent l'aide de Moscou

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad se rend dans la ville chrétienne de Maaloula pour la fête de Pâques

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

Afrique FRANCE

Présidentielle au Mali : satisfaction à Paris, défis à Bamako

© Pierre René-Worms, envoyé spécial de RFI au Mali

Vidéo par Melissa BELL

Texte par Thomas HUBERT

Dernière modification : 29/07/2013

Tandis que l'Élysée salue le "retour à l'ordre constitutionnel" après le premier tour de la présidentielle au Mali, les analystes mettent en garde contre tout triomphalisme tant que les candidats n'ont pas accepté les résultats.

Les réactions françaises de satisfaction s’enchaînent après le premier tour de l’élection présidentielle au Mali qui s'est tenu dans le calme dimanche 28 juillet. Le président François Hollande ouvre la valse des communiqués lundi au petit matin, saluant "le bon déroulement du scrutin présidentiel malien, marqué par une mobilisation importante et une absence d’incident majeur, selon les premières observations de la mission de l’Union européenne".

Pour l’Élysée, le scrutin est d’ores et déjà "une chance et un symbole" qui "consacre le retour du Mali à l’ordre constitutionnel, après la victoire obtenue sur les terroristes et la libération du territoire".

Quelques heures plus tard, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, en voyage en Malaisie, souligne l'implication de Paris dans une élection qui redonne au Mali "toutes ses chances pour devenir une nation démocratique" : "Pour la France, c'est un grand succès. Pour l'image de la France dans le monde aussi, c'est un plus considérable, qui a été perçu dans le monde entier."

"Un succès pour le Mali… mais aussi pour la France"

Le ministre français du Développement Pascal Canfin estime quant à lui : "C'est un succès, pour le Mali d'abord parce que ce sont eux qui ont organisé les élections, mais aussi pour la France quand on regarde les sept mois qui viennent de s'écouler", faisant référence à l'opération militaire française Serval contre l'occupation du nord du Mali par des groupes armés islamistes qui est en cours depuis le début de l'année.

INVITE MATIN 29/07 Gilles Yabi
(07:45)

Sur RFI lundi matin, Gilles Yabi, directeur pour l’Afrique de l’Ouest de l'ONG International Crisis Group (ICG), se réjouit d'une participation plus forte que lors des précédents scrutins. Dans l'attente de chiffres précis, il souligne toutefois qu'elle n'est pas "massive" comme celle observée par exemple en Côte d'Ivoire lors de la sortie de crise dans ce pays voisin, et que de nombreux Maliens emigrés ou réfugiés n'ont pas pu voter.

"Ce qu’il faut espérer maintenant, c’est que le processus électoral se poursuive et que les engagements des différents candidats qui ont été pris sur le respect des résultats soient tenus, en dépit des conditions d’élection qui étaient connues pour être imparfaites", avertit Gilles Yabi.

"Un scrutin où il y a beaucoup de failles"

Selon lui, l'analyse d'ICG reste à ce stade "très prudente". "Lorsque vous avez un scrutin où il y a beaucoup de failles, les perdants ont tout à fait la latitude de dénoncer ces failles comme étant responsables de résultats qui seraient biaisés et ne seraient donc pas crédibles. C’est cela la principale crainte, et pas celle d’un conflit post-électoral à l’ivoirienne par exemple", ajoute le spécialiste.

Dès dimanche soir, les partisans des deux principaux candidats, Ibrahim Boubacar Keita et Soumaïla Cissé, se sont rassemblés devant les bureaux de leurs favoris et ont affiché leur confiance dans la victoire à coup de klaxons dans les rues de Bamako.

Sur les réseaux sociaux lundi matin, certains observateurs maliens s'inquiétaient déjà de cet enthousiasme prématuré.

Gauthier Rybinski, spécialiste de la politique internationale à FRANCE 24, prévient qu'une contestation des résultats pourrait doucher l'enthousiasme affiché par les autorités françaises : "Si le président élu est considéré comme illégitime, la faute rejaillira à ce moment-là sur la France et sur les troupes françaises, accusées d’être des troupes d’occupation."

Première publication : 29/07/2013

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Le décompte des voix a commencé au Mali

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Les Maliens se sont rendus aux urnes dans le calme

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Hollande : au Mali, "c'est une victoire qui a été remportée"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)