Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

SUR LE NET

Cambodge : les travailleurs exigent une hausse des salaires

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

FRANCE

Visée par une pétition, Carla Bruni-Sarkozy menace de porter plainte

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/07/2013

L'ancienne première dame Carla Bruni-Sarkozy, visée par une pétition en ligne exigeant qu'elle reverse de l'argent public dépensé pour réaliser un site internet à son nom, a menacé dimanche de porter plainte pour défendre son "honneur".

Elle déclare vouloir défendre son "honneur". L’ancienne première dame Carla Bruni-Sarkozy, visée par une pétition en ligne exigeant qu'elle reverse de l'argent public dépensé pour réaliser un site internet à son nom durant le mandat présidentiel de son mari Nicolas Sarkozy, a menacé dimanche 28 juillet de porter plainte.

"Madame Carla Bruni-Sarkozy se réserve de poursuivre tout propos qui porterait atteinte à son honneur dès lors qu'il serait imputé à la fondation qui porte son nom d'avoir bénéficié de financements qui n'ont jamais existé", selon un communiqué transmis par son avocat, Me Richard Malka.

La controverse est née de la publication d’un rapport de la Cour des comptes le 15 juillet sur la gestion de l'Élysée, dans lequel l’institution épinglait le fait que Carla Bruni-Sarkozy ait bénéficié d'"un site internet spécifique dédié" pour un coût à la charge de la présidence - et donc du contribuable - s'élevant à 410 000 euros sur la période janvier 2011-mai 2012.

Mais ce site, créé, selon l’ancienne Première dame, pour venir en aide aux "publics vulnérables", nécessitait-il un tel investissement ? Non, estime Nicolas Bousquet, développeur de sites web, qui à travers une pétition en ligne exige donc de l'ex-Première dame qu'elle reverse les 410 000 euros sous forme de dons "à des associations caritatives qui œuvrent pour les plus démunis".

"Lorsque j'ai fait [cette pétition], j’avais deux buts en tête. D’abord, celui de corriger une injustice, puisque ce site a été financé avec de l’argent public. Or, à une époque où on nous parle sans cesse d’austérité, je trouve scandaleux ce genre de pratique. Une personnalité politique devrait financer son site Internet sur ses propres deniers", a affirmé l’auteur de la fronde au "Journal du dimanche".

"Fausses informations"

Ces allégations sont démenties par l’avocat de la chanteuse qui affirme que le site en question  - qui "a cessé d'exister en mai 2012"  - n’a jamais bénéficié du "moindre centime" en provenance de la présidence de la République. L'avocat, désireux de "clarifier" les choses, dénonce les "fausses informations" circulant ces jours-ci sur "un prétendu et imaginaire financement du site internet de la Fondation Carla Bruni-Sarkozy par des fonds publics".

L'épouse de Nicolas Sarkozy avait créé en avril 2009 sa propre structure caritative, sous l'égide de la Fondation de France. L'objectif affiché : "faciliter l'accès à la culture et aux pratiques artistiques pour les publics vulnérables", notamment via le soutien financier à des initiatives sociales et culturelles déjà existantes, selon son site. Les activités de la fondation ont démarré en septembre 2009 et en l'espace de quatre ans elle a déjà distribué "près de 8 millions d'euros d'aide sur le terrain en faveur des plus démunis", peut-on lire.

Hébergée par la plate-forme Change.org depuis le 25 juillet, la pétition avait recueilli dimanche en fin de journée plus de 72 600 signatures électroniques.

Avec dépêches

Première publication : 29/07/2013

  • MUSIQUE

    François Hollande est-il "le pingouin" de Carla Bruni ?

    En savoir plus

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    Perquisitions au bureau et au domicile de Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

  • MAROC

    Le couple Sarkozy se "ressource" dans une villa prêtée par le roi Mohammed VI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)