Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Afrique

Non-lieu pour Amina, la Femen jugée pour "avoir dénoncé la torture en prison"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/11/2013

La justice tunisienne a accordé ce lundi un non-lieu à Amina Sboui, la Femen qui comparaissait pour outrage et diffamation de fonctionnaire. Elle reste toutefois en détention pour avoir inscrit le mot Femen sur le mur d'un cimetière en mai dernier.

La justice tunisienne a prononcé lundi 29 juillet un non-lieu envers la Femen Amina Sbouï pour des faits d'outrages envers des gardiennes de prison qui auraient maltraité des prisonnières.

"Le tribunal a décidé un non-lieu pour Amina, c'est une victoire, la justice a commencé à comprendre qu'elle est injustement poursuivie", a déclaré son avocat, Ghazi Mrabet.

La jeune femme de 19 ans, détenue depuis deux mois, reste cependant en prison en attendant son éventuelle inculpation pour avoir inscrit le mot Femen sur le mur d'un cimetière à Kairouan (centre), a indiqué son avocat.

Debout cinq heures sous le soleil

Amina comparaissait avec une autre détenue, Rabiaâ, poursuivie pour les mêmes faits. L'audience a débuté peu avant 10 heures GMT au tribunal cantonal de M'saken, à 150 kilomètres au sud de Tunis, à la suite d'une plainte déposée par quatre gardiennes de prison à leur encontre.

Tout a commencé lorsqu'Amina a réagi en voyant sa co-accusée, Rabiaâ, punie en devant rester debout durant cinq heures sous un soleil de plomb pour avoir refusé de saluer les gardiennes. "Je suis jugée parce que j'ai dénoncé la torture et la violence exercées à l'égard des détenues" avait alors déclaré Amina en prenant place sur le banc des accusés.

S'adressant ensuite au juge, elle avait déclaré que "les tortionnaires [devaient] être poursuivis et condamnés", avant de lancer sous les applaudissements de ses sympathisants en quittant la salle d'audience : "la Tunisie est un État civil et ses femmes sont libres". La défense avait demandé l'acquittement et l'annulation des poursuites pour "graves vices de procédure".

Détenue pour "raisons politiques"

La Femen tunisienne, comme elle est souvent désignée, a été arrêtée le 19 mai pour avoir peint le mot "Femen" sur le muret d'un cimetière à Kairouan. Condamnée alors au versement d'une amende pour possession illégale d'aérosol d'autodéfense, elle avait été maintenue en détention le temps que la justice décide d'une éventuelle inculpation pour profanation de sépulture et atteinte aux bonnes mœurs.

L'organisation Human Rights Watch (HRW) a appelé à la libération conditionnelle d'Amina, estimant que la militante, qui avait fait scandale en posant seins nus à la manière des Femen en mars, était détenue pour des "raisons politiques".

Avec dépêches

Première publication : 29/07/2013

  • TUNISIE

    Amina, la Femen tunisienne, jugée pour "avoir dénoncé la torture en prison"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Les avocats d'Amina, la Femen tunisienne, dénoncent un "acharnement judiciaire"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Libérées dans la nuit à Tunis, les trois Femen sont arrivées à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)