Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Afrique

Nouvelles manifestations anti-Ennahda à Sidi Bouzid

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/07/2013

Alors que le gouvernement tunisien doit se réunir ce lundi pour tenter de mettre fin aux violences qui agitent le pays, plusieurs centaines de manifestants anti-Ennahda se sont opposés aux forces de l'ordre à Sidi Bouzid.

Alors que le gouvernement a prévu une réunion de crise lundi 29 juillet pour faire face à la montée d'un courant anti-Ennahda, la police a dû une nouvelle fois user de la force pour disperser des manifestants rassemblés à Sidi Bouzid, dans le centre-ouest de la Tunisie. Les protestataires réclamaient la chute du gouvernement dirigé par les islamistes, a constaté un correspondant de l'AFP.

La police a fait usage de gaz lacrymogènes lorsque les manifestants, rassemblés devant le gouvernorat (préfecture) et scandant des slogans contre Ennahda, le parti islamiste au pouvoir, ont commencé à lui lancer des pierres, selon la même source. "Ghannouchi assassin", "À bas le parti des Frères (musulmans), à bas les tortionnaires du peuple", ont-ils notamment scandé.


Ce week-end déjà, plusieurs mouvements anti-Ennahda avaient eu lieu dans plusieurs villes du pays, pour s’indigner notamment de l'assassinat du député d'opposition Mohamed Brahmi.

Sit-in nocturne

Dimanche soir, entre 4 000 et 5 000 manifestants, dont plusieurs députés et dirigeants de l'opposition laïque, s’étaient ainsi rassemblés peu avant la rupture du jeûne du ramadan en un sit-in nocturne devant le siège de l'Assemblée nationale constituante (ANC) pour exiger la démission du gouvernement et la dissolution de la constituante.

En face d’eux, séparé des partisans de l'opposition par des barrières métalliques et des fourgons de police, le camp pro-gouvernement islamiste s'était formé après la rupture du jeûne et la prière de la nuit pour atteindre quelque 5 000 personnes. "Le peuple est musulman et ne capitulera pas", scandaient les partisans du gouvernement qui, selon un message partagé sur Facebook, ont mobilisé pour un nouveau sit-in lundi sur la même place.

Dans un appel télévisé, le président de l'ANC, Mustapha Ben Jaafar, a prôné "la retenue" et a invité les députés à occuper leurs sièges pour "finir le travail sur la Constitution", avançant la fin du mois d'août comme date limite à son adoption.

"Gouvernement de salut national"

Mais depuis l’assassinat de Mohamed Brahmi, tué jeudi 25 juillet de 14 balles tirées à bout portant, de nombreux élus – plus d’une soixantaine sur les 217 députés - ont décidé de boycotter l’ANC. "Après l'assassinat de Mohamed Brahmi, le gouvernement incompétent doit démissionner et laisser la place à un gouvernement de salut national", a ainsi déclaré Samir Taïeb, figure connue de la contestation.

Les autorités ont désigné les auteurs de l'assassinat comme étant des salafistes djihadistes proches d'Ansar al-Charia, une organisation dont des membres sont soupçonnés d'être liés à Al-Qaïda. Mais Ansar al-Charia a démenti dimanche toute implication, dans un communiqué publié sur sa page officielle Facebook, affirmant n'avoir "aucun lien avec cet assassinat politique qui fait partie de tentatives connues pour pousser le pays vers le chaos".

Le ministère de l'Intérieur avait publié vendredi une liste de 14 suspects impliqués selon lui dans le meurtre de Brahmi mais aussi dans celui en février de Chokri Belaïd, autre opposant de gauche, critique acerbe des islamistes.

Avec dépêches

Première publication : 29/07/2013

  • TUNISIE

    Réunion de crise à Tunis après des manifestations devant l'Assemblée constituante

    En savoir plus

  • TUNISIE

    En Tunisie, laïques et islamistes cherchent une solution à la crise politique

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Aux funérailles de Mohamed Brahmi, la foule scande "nous te vengerons"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)