Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Asie - pacifique

L'homme d'affaires Mamnoon Hussain élu président du Pakistan

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/07/2013

Les parlementaires ont désigné Mamnoon Hussain, un proche du Premier ministre Nawaz Sharif, comme chef de l'État, un poste honorifique au Pakistan. L'homme d'affaire de 73 ans qui succède à Asif Ali Zardari prêtera serment le 9 septembre.

L'homme d'affaires Mamnoon Hussain a été élu mardi par les parlementaires pour succéder au président Asif Ali Zardari à la tête du Pakistan, géant musulman en proie à la montée en puissance des talibans.

Le candidat de la Ligue musulmane (PML-N) a devancé sans difficulté son seul rival pendant ce scrutin sans surprise qui s'est déroulé quelques heures après une attaque spectaculaire des talibans pakistanais du TTP contre une prison du nord du pays ayant permis de libérer près de 250 détenus.

Au Pakistan, le président est élu par un comité restreint formé des membres du parlement national et de députés des assemblées des quatre provinces. Chaque province disposait du même nombre de voix dans cette présidentielle, une mesure destinée à préserver un minimum d'équilibre dans ce pays où plus de la moitié de la population vit au Pendjab.

L'élection initialement prévue pour le 6 août avait été avancée à mardi par la Cour Suprême, une décision décriée par le Parti du peuple pakistanais (PPP) du président Zardari, formation qui est passée dans l'opposition après sa déconfiture aux législatives de mai remportées par La Ligue musulmane (PML-N) de M. Sharif.

Frustré par la décision de la Justice, le PPP, aujourd'hui la principale formation de l'opposition, a boycotté ce scrutin qu'il n'avait mathématiquement aucune chance de remporter.

A la suite du boycottage du PPP, du désistement de certains candidats et du rejet d'autres candidatures, deux aspirants seulement restaient en lice pour le titre de président de la République islamique du Pakistan.

Mamnoon Hussain, un ténor de la PML-N qui a fait fortune dans le textile et a été brièvement gouverneur de la province méridionale du Sind en 1999, affrontait Wajihuddin Ahmed, un ex-juge de la Cour suprême à la retraite qui défend les couleurs du Tehreek-e-Insaf (PTI), formation ascendante de l'ex-gloire du cricket Imran Khan.

Cet homme âgé de 73 ans, né en Inde comme plusieurs autres dirigeants pakistanais de sa génération, avant la partition des Indes britanniques en août 1947, a la confiance du Premier ministre Nawaz Sharif qui devrait rester le grand maître du jeu politique pakistanais.

Un amendement constitutionnel en 2010 avait en effet redonné plus de pouvoir à la chambre basse du parlement et au Premier ministre, ce qui n'avait toutefois pas empêché le président Zardari de tirer les ficelles.

Le mandat de ce dernier à la tête de ce pays de 180 millions d'habitants coutumier des coups d'Etat militaires a été marqué par une première transition démocratique entre deux gouvernements civils, mais miné par la recrudescence des attentats perpétrés par des groupes islamistes armés ou mafieux et une crise énergétique qui plombe le secteur industriel.

Maintenant qu'il n'est plus à la tête de l'Etat, Asif Ali Zardari pourrait quitter le Pakistan pour éviter d'être assassiné comme son ex-épouse Benazir Bhutto, en décembre 2007, et le chef de sa garde personnelle, tué à la mi-juillet dans un attentat. En s'exilant, il pourrait aussi échapper à d'éventuelles accusations de corruption, estiment les commentateurs.

M. Zardari a tenté sans succès au cours de la dernière année de placer son fils Bilawal Bhutto Zardari, jeune diplômé d'Oxford, au premier plan dans la machine du PPP afin de faciliter une transition au sein même de ce parti.

"Il y a une crise de leadership au PPP(...). Bilawal n'est toujours pas en position de gérer les affaires du parti. Il a besoin des appuis de son père. Si Zardari quitte le Pakistan, il ne pourra appuyer son fils", considère l'analyste Hasan Askari.

AFP

Première publication : 30/07/2013

  • PAKISTAN

    Élu Premier ministre, Nawaz Sharif demande la fin des tirs de drones américains

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    L'ancien Premier ministre Nawaz Sharif prêt à former un gouvernement

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Législatives : Nawaz Sharif et Imran Khan élus au Parlement fédéral

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)