Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Afrique

Présidentielle au Mali : Ibrahim Boubacar Keita "largement " en tête, selon des résultats partiels

© Pierre Réné-Worms / FRANCE 24

Vidéo par Clea BROADHURST

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/07/2013

L'ancien Premier ministre Ibrahim Boubacar Keïta dispose d'une "large avance" au premier tour de la présidentielle malienne du 28 juillet, d'après les premiers résultats officiels basés sur le dépouillement d'un tiers des bulletins de vote.

L'ancien Premier ministre Ibrahim Boubacar Keïta, favori de l'élection présidentielle au Mali, dispose "d'une avance confortable sur les autres candidats, d’après les premiers résultats officiels communiqués mardi 30 juillet à la presse par le gouvernement à Bamako.

Il pourrait même remporter ce scrutin, organisé six mois après l'intervention militaire de la France pour chasser des rebelles islamistes et touaregs du nord du Mali, dès le premier tour dimanche selon le ministre de l'Administration territoriale, le colonel Moussa Sinko Coulibaly qui s'exprimait devant la presse peu avant 17H00 locales (et GMT). Celui que ses compatriotes surnomment IBK, est suivi de l'ex-ministre Soumaïla Cissé, 63 ans, autre favori de l'élection, qui devance Dramane Dembélé, 46 ans, a précisé le colonel.

Participation exceptionnelle

"Les écarts sont importants" et "si ces écarts sont confirmés, il n'y aura pas de deuxième tour" fixé au 11 août, a encore avancé le ministre de l’Intérieur, assurant que "toutes les dispositions étaient prises" pour une bonne organisation du second tour si cela s'imposait.

Le scrutin a connu une forte participation. "Au moment où je vous parle, le taux que nous avons est de 53,5 %, un taux à l'échelle nationale" tandis que pour Bamako, la capitale, ce chiffre "tourne autour de 60 %", a encore affirmé le colonel Moussa Sinko Coulibaly. Ce dernier a, en outre, avancé que le dépouillement pourrait se terminer mardi ou mercredi au plus tard.

Le camp Cissé conteste les premiers résultats officiels

Contestation des partisans de Cissé

Si le premier tour n'a pas été entaché, comme le redoutaient certains au vu de la situation sécuritaire, par des incidents majeurs, les premiers résultats officiels ont toutefois été contestés par les supporters de l'autre favori du scrutin, Soumaïla Cissé.

Le camp de Soumaïla Cissé a contesté dès mardi soir les premières tendances. "Ce que le ministre a dit n'est pas proche de la vérité. [...] Ce qu'il a dit n'est pas juste. On ne sera pas d'accord", a déclaré à la presse Gagnon Coulibaly, coordinateur de la campagne de Soumaïla Cissé.


Avec dépêches

Première publication : 30/07/2013

  • MALI

    Présidentielle au Mali : les deux principaux camps affirment être en tête

    En savoir plus

  • MALI

    Présidentielle au Mali : satisfaction à Paris, défis à Bamako

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Le décompte des voix a commencé au Mali

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)