Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Doutes sur l'identité du second bourreau de Daesh

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Franck Baudino, médecin et PDG de Health 4 Development (H4D)

En savoir plus

POLITIQUE

"L’islam n’est pas organisé en France"

En savoir plus

POLITIQUE

Affaire Fillon - Jouyet : "dommage" que les Français ne puissent pas entendre les enregistrements

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : les revendications des militaires entendues par le pouvoir

En savoir plus

FOCUS

En Iran, un éventuel accord sur le nucléaire divise la population

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pierre Cardin, 92 ans, éternel créateur du futur

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : l'offensive d'Obama face à l'immigration

En savoir plus

Afrique

Égypte : Paris appelle à la libération de Mohamed Morsi

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/07/2013

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a appelé à la libération de l'ancien président Mohamed Morsi. En visite au Caire, la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a affirmé que ce dernier était en bonne santé.

"La situation est très critique. Nous appelons au refus de la violence et à la libération des prisonniers politiques, y compris l'ancien président Morsi", a déclaré, mardi 30 juillet, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, lors d'un entretien avec la presse. Le chef de la diplomatie française a également appelé les nouvelles autorités du Caire "au dialogue" et a condamné les "brutalités".

Des propos qui interviennent après que la représentante de la diplomatie de l'Union européenne (UE), Catherine Ashton, s'est entretenue avec le président déchu au Caire.

"Il va bien. Il a l'air en bonne santé", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse donnée à l'issue de son entrevue. Elle a évoqué une "discussion chaleureuse" de deux heures avec l'ancien président, qu'elle a rencontré dans l'endroit où il est détenu au secret par l'armée depuis le coup d'État du 3 juillet. "Il a accès aux informations, à la télévision, aux journaux", a ajouté la chef de la diplomatie européenne. Catherine Ashton s'est toutefois refusée à donner des détails sur sa localisation.

"Nous avons parlé pendant deux heures"



Morsi n'est pas apparu en public depuis son renversement et n'a officiellement reçu aucune visite. Sa famille elle-même a déploré récemment ne pouvoir le rencontrer. "Je veillerai à ce que sa famille sache qu'il va bien", a-t-elle ajouté. Lors de sa précédente visite au Caire le 17 juillet, Ashton avait déploré n'avoir pu le rencontrer.

La veille, Catherine Ashton s'était également entretenue avec le président par intérim Adly Mansour et son vice-président chargé des relations internationales, Mohamed ElBaradei. Elle avait également rencontré le nouvel homme fort de l'Égypte, le général Abdel Fattah al-Sissi, à la fois chef de l'armée, ministre de la Défense et vice-Premier ministre.

"Descendez pour reconquérir vos droits"

Mobilisation moins importante des pro-Morsi mardi
Dans la soirée, plusieurs milliers de ses partisans, déterminés à poursuivre leur bras de fer avec l'armée, ont défilé en plusieurs endroits du Caire pour réclamer le retour au pouvoir du premier président élu démocratiquement du pays. La mobilisation était toutefois plus modeste qu'en d'autres occasions au cours du mois écoulé, et loin du "million de personnes" ambitionné par les organisateurs.

La détermination des manifestants n'était pas pour autant atteinte. "C'est par la force de notre volonté que nous vaincrons, affirme sur FRANCE 24 Mohammad Fathallah, un activiste. En 1954, nous avons subi un autre coup militaire. À l'époque, des miliers des nôtres sont morts en prison. En 2013, nous ne fléchirons pas. Les temps ont changé."

De son côté, le vice-président du pays Mohamed El Baradei, prix Nobel de la paix, a douché une nouvelle fois les espoirs des pro-Morsi, réaffirmant que l'ancien président avait "échoué" et rejetant l'idée qu'il puisse participer au processus de transition. Toutefois, a-t-il souligné, "les Frères musulmans font toujours partie du processus politique, et nous voulons qu'ils y prennent part".

Avec dépêches

Première publication : 30/07/2013

  • ÉGYPTE

    Reportage : en Egypte, la Troisième voie veut faire entendre sa voix

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Impasse entre l'armée égyptienne et les islamistes, Ashton se rend au Caire

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Égypte : la répression contre les Frères musulmans tourne au bain de sang

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)