Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

SPORT

Les JO de Sotchi à l'épreuve des lois homophobes russes

© www.sochi2014.com

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 31/07/2013

Un député russe affirme que la récente loi interdisant "la propagande homosexuelle" s'appliquera lors des JO de Sotchi 2014. La communauté gay dénonce avec force cette législation, mais se refuse pour l'instant à boycotter les Jeux.

Organisés du 7 au 24 février 2014, les Jeux olympiques de Sotchi n’en finissent plus d’être sous le feu des critiques. Après avoir été montrés du doigt pour le retard pris dans la construction des équipements sportifs, l’explosion de leur budget (le plus cher de l’histoire avec 36 milliards d'euros), ou encore les dommages écologiques considérables, les JO d’hiver sont aujourd’hui la cible de la communauté homosexuelle.

Un peu plus d’un mois après le vote de la loi interdisant  "la propagande auprès des mineurs des relations sexuelles non traditionnelles", de nombreuses associations s’inquiètent des récents propos de Vitali Milonov, le député à l’origine de cette législation. Pour ce parlementaire russe, la "loi anti-gay" s’appliquera bien aux étrangers présents lors de la compétition sportive hivernale.

"Si une loi a été approuvée par l'assemblée législative et paraphée par le président, le gouvernement n'a aucun droit de la suspendre", a affirmé Vitali Milonov à l'agence de presse russe Interfax. Selon ce texte, les étrangers coupables de cette infraction risquent ainsi une amende pouvant aller jusqu'à 100 000 roubles (environ 2 300 euros), et pourront en outre être détenus 15 jours avant d'être expulsés. Pour preuve de son application, quatre Néerlandais ont déjà été arrêtés en juillet à Mourmansk pour "propagande de l’homosexualité" alors qu’ils tournaient un film sur les droits des gays.

Faire des Jeux une tribune

Face à cette homophobie croissante, plusieurs pétitions ont été lancées sur Internet pour alerter la communauté internationale sur la situation en Russie. Plutôt que de boycotter les Jeux, les associations homosexuelles veulent se servir de cet événement médiatique comme d’une tribune pour faire entendre leurs voix.

"Les prochains Jeux olympiques d’hiver en Russie commencent à faire parler d'eux dans les médias, mettant la Russie sous les projecteurs. C'est une occasion unique pour pousser les grands dirigeants à s’opposer à la répression anti-gay qui a lieu en Russie", peut-on ainsi lire sur le site de l'ONG internationale All Out qui demande l’abrogation des "lois homophobes" et qui a déjà recueilli près de 250 000 signatures.

Des athlètes homosexuels ont également rejoint ce mouvement. Le patineur de vitesse néo-zélandais Blake Skjellerup, quart de finaliste des JO de Vancouver en 2010, a déjà annoncé qu’il compte bien se rendre à Sotchi malgré ces menaces.

"Je suis contre le boycott car il n’y a aucune raison que je change, que je ne sois pas moi-même ou que je retourne dans le placard à cause de ma sexualité", a expliqué au site ESPN le sportif qui envisage de porter un badge arc-en-ciel, symbole de la communauté gay, lors des compétitions, même s’il risque des ennuis judiciaires avec les autorités russes.

Le patineur néozélandais Blake Skjellerup dénonce l'homophobie en Russie (en anglais)

Le patineur homosexuel américain Johnny Weir refuse également de tirer un trait sur les Jeux. Comme il l’a expliqué dans les colonnes du "Falls Church News-Press", il dénonce les lois homophobes, mais il ne veut pas compromettre sa carrière : "Le fait que la Russie arrête les miens et se mettent à haïr une minorité tout en violant des droits humains me fait mal au cœur (…) mais j’implore le monde de ne pas boycotter les JO (…) Ce serait la mort et la démolition de toute une vie de travail".

Alerté sur cette situation, le Comité international olympique (CIO) s’est pour sa part voulu rassurant. Il affirme avoir eu la confirmation de Moscou que ces nouvelles mesures législatives n’affecteront pas les participants aux Jeux.

"Les Jeux eux-mêmes devraient être ouverts à tous, sans discrimination, ce qui s'applique aux spectateurs, aux officiels, aux médias et, évidemment, aux athlètes. Nous nous opposerons dans les termes les plus forts à toute action qui mettrait en péril ce principe ", annonce le CIO dans un communiqué.
 

Première publication : 31/07/2013

  • JO d'hiver 2014 de Sotchi : le compte à rebours est lancé

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    JO de Sotchi : Poutine révoque le numéro deux du comité olympique russe

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES - RUSSIE

    Les chantiers de Sotchi-2014 accusent de sérieux retards

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)