Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • Le camp Bouteflika crie victoire, l'opposant Ali Benflis dénonce des fraudes

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Afrique

Le gouvernement égyptien charge la police de mettre fin aux sit-in des pro-Morsi

© AFP

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/07/2013

Le gouvernement intérimaire en Égypte a chargé mercredi le ministère de l'Intérieur de prendre "les mesures nécessaires" pour mettre fin aux sit-in des partisans du président déchu Mohamed Morsi au Caire, pour cause de sécurité nationale.

La tension monte d'un cran entre le pouvoir égyptien et les partisans du président déchu Mohamed Morsi. Le gouvernement a déclaré mercredi 31 juillet qu'il considérait les sit-in organisés par les Frères musulmans comme une menace pour la sécurité nationale et a annoncé qu'il allait intervenir pour y mettre fin.

Le chef des Frères musulmans sera jugé pour 'incitation au meutre"

Le Guide suprême des Frères musulmans égyptiens, Mohamed Badie, actuellement recherché, ainsi que deux autres dirigeants de la confrérie emprisonnés seront jugés pour "incitation au meurtre", ont indiqué mercredi des sources judiciaires.

Ils sont accusés d'avoir incité au meurtre de personnes qui manifestaient devant le quartier général des Frères musulmans au Caire le 30 juin, trois jours avant le renversement par l'armée du président Mohamed Morsi.

Les Frères musulmans, mouvement auquel appartient Mohamed Morsi, observent des sit-in en plusieurs endroits du Caire et ont fait savoir qu'ils resteraient sur place jusqu'à ce que le président, déposé le 3 juillet par l'armée et placé en détention, soit rétabli dans ses fonctions.

"La poursuite de situations dangereuses sur les places Rabaa al-Adawiya (nord-est du Caire) et Al-Nahda (près de l'université du Caire), le terrorisme qui en découle ainsi que les rues bloquées ne sont plus acceptables", a déclaré le gouvernement dans un communiqué.

"Le gouvernement a décidé de prendre toutes mesures nécessaires pour faire face à ces risques", qualifiés de "menace pour la sécurité nationale", pour y mettre un terme, ajoute le communiqué. La police devrait donc intervenir très prochainement pour évacuer les protestataires, au risque de provoquer un bain de sang.

Une menace immédiatement rejetée par les partisans de Mohamed Morsi. "Rien ne va changer" a déclaré un porte-parole de la coalition islamiste, Gehad el-Haddad, accusant les nouvelles autorités de "chercher à terroriser les Égyptiens".

Avec dépêches

Première publication : 31/07/2013

  • DIPLOMATIE

    Égypte : Paris appelle à la libération de Mohamed Morsi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Reportage : en Egypte, la Troisième voie veut faire entendre sa voix

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Égypte : la répression contre les Frères musulmans tourne au bain de sang

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)