Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Afrique

Le gouvernement égyptien charge la police de mettre fin aux sit-in des pro-Morsi

© AFP

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/07/2013

Le gouvernement intérimaire en Égypte a chargé mercredi le ministère de l'Intérieur de prendre "les mesures nécessaires" pour mettre fin aux sit-in des partisans du président déchu Mohamed Morsi au Caire, pour cause de sécurité nationale.

La tension monte d'un cran entre le pouvoir égyptien et les partisans du président déchu Mohamed Morsi. Le gouvernement a déclaré mercredi 31 juillet qu'il considérait les sit-in organisés par les Frères musulmans comme une menace pour la sécurité nationale et a annoncé qu'il allait intervenir pour y mettre fin.

Le chef des Frères musulmans sera jugé pour 'incitation au meutre"

Le Guide suprême des Frères musulmans égyptiens, Mohamed Badie, actuellement recherché, ainsi que deux autres dirigeants de la confrérie emprisonnés seront jugés pour "incitation au meurtre", ont indiqué mercredi des sources judiciaires.

Ils sont accusés d'avoir incité au meurtre de personnes qui manifestaient devant le quartier général des Frères musulmans au Caire le 30 juin, trois jours avant le renversement par l'armée du président Mohamed Morsi.

Les Frères musulmans, mouvement auquel appartient Mohamed Morsi, observent des sit-in en plusieurs endroits du Caire et ont fait savoir qu'ils resteraient sur place jusqu'à ce que le président, déposé le 3 juillet par l'armée et placé en détention, soit rétabli dans ses fonctions.

"La poursuite de situations dangereuses sur les places Rabaa al-Adawiya (nord-est du Caire) et Al-Nahda (près de l'université du Caire), le terrorisme qui en découle ainsi que les rues bloquées ne sont plus acceptables", a déclaré le gouvernement dans un communiqué.

"Le gouvernement a décidé de prendre toutes mesures nécessaires pour faire face à ces risques", qualifiés de "menace pour la sécurité nationale", pour y mettre un terme, ajoute le communiqué. La police devrait donc intervenir très prochainement pour évacuer les protestataires, au risque de provoquer un bain de sang.

Une menace immédiatement rejetée par les partisans de Mohamed Morsi. "Rien ne va changer" a déclaré un porte-parole de la coalition islamiste, Gehad el-Haddad, accusant les nouvelles autorités de "chercher à terroriser les Égyptiens".

Avec dépêches

Première publication : 31/07/2013

  • DIPLOMATIE

    Égypte : Paris appelle à la libération de Mohamed Morsi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Reportage : en Egypte, la Troisième voie veut faire entendre sa voix

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Égypte : la répression contre les Frères musulmans tourne au bain de sang

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)