Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

Afrique

Présidentielle au Zimbabwe : forte participation au premier tour, malgré les accusations de fraude

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/07/2013

D'après la commission électorale, la participation, mercredi, au premier tour de la présidentielle au Zimbabwe a été massive. Les observateurs ont décrit un vote "pacifique, ordonné et honnête", malgré les accusations de fraude de l'opposition.

Les Zimbabwéens ont massivement participé à l'élection présidentielle mercredi, malgré les accusations de fraude lancées par les partisans du Premier ministre Morgan Tsvangirai, qui tente de déboulonner l'inusable Robert Mugabe, 89 ans, et au pouvoir sans discontinuer depuis trente-trois ans.

La présidente de la Commission électorale (ZEC) a fait état d'une "forte participation", et le chef de la mission d'observateurs de l'Union africaine, le Nigérian Olusegun Obasanjo, a qualifié le scrutin de "pacifique, ordonné, libre et honnête", dans une première réaction juste après la fermeture des bureaux de vote à 19H00 (17H00 GMT).

Dans ce pays meurtri par les violences politiques depuis des années, la journée s'est déroulée dans le calme, mais le MDC, le parti de M. Tsvangirai, a dénoncé des irrégularités dans la composition des listes électorales, publiées à moins de vingt-quatre heures du vote.

Ayant rencontré les responsables de la Commission électorale mardi, le ministre des Finances --et lieutenant de M. Tsvangirai-- Tendai Biti a relevé qu'"ils admettent qu'il y a toujours deux millions de morts sur les listes électorales, mais ils disent que ces gens ne peuvent pas voter parce qu'ils sont morts". Deux autres millions de personnes (vivantes) n'ont pas pu s'inscrire sur les listes électorales, selon lui.

M. Biti a également affirmé que de nombreux citoyens n'avaient pas pu voter, leur nom ne figurant pas sur les listes. Il a accusé des partisans de Robert Mugabe d'avoir distribué de fausses attestations d'inscription, qui permettaient à ceux dont le nom était introuvable sur les listes de voter tout de même.

"J'ai toujours voté dans cette circonscription, et j'ai été choqué aujourd'hui en apprenant que mon nom n'était pas sur la liste", a expliqué Gilbert Matsika au bureau de Glen View 1, à Harare. On lui a dit d'aller se faire inscrire pour être sûr de voter aux élections suivantes, mais "je voulais voter aujourd'hui, pas plus tard", a-t-il raconté à l'AFP.

Eternel rival malheureux du chef de l'Etat jusqu'à présent, le Premier ministre Morgan Tsvangirai, 61 ans, a cependant prédit qu'il gagnerait "de façon assez retentissante", après avoir voté dans la matinée à Harare.

Les sondages crédibles sont rares, mais une enquête menée en mars et avril par le cabinet américain Williams indiquait que 61% des Zimbabwéens avaient une bonne opinion du MDC, le mouvement de M. Tsvangirai, contre 27% pour la Zanu-PF du président Mugabe.

Le vieux président Robert Mugabe, dont les précédentes élections ont été marquées par des violences et des tricheries, a promis que le scrutin serait juste.

"Je suis sûr que les gens vont voter librement, il n'y a aucune pression exercée sur qui que ce soit", a déclaré M. Mugabe après avoir voté dans une école primaire du faubourg de Highfield, à Harare.

Lors de la dernière présidentielle en 2008, M. Tsvangirai avait pris l'avantage avec 47% des voix au premier tour, contre 43% à Robert Mugabe. Les partisans du président s'étaient alors déchaînés contre leurs opposants, faisant près de 200 morts.

Pour éviter une guerre civile, M. Tsvangirai avait retiré sa candidature, laissant le sortant seul en lice pour le second tour. Puis il avait accepté en 2009 de cohabiter avec M. Mugabe, sous la pression de la communauté internationale, pour mettre fin aux violences.

Ce scrutin est maintenant censé les départager. Mais son caractère démocratique est discuté. Le chef de l'Etat est accusé par plusieurs ONG de défense des droits de l'homme d'avoir savamment créé un climat d'intimidation et découragé les voix dissidentes par le harcèlement policier.

Les résultats du premier tour de la présidentielle ne sont pas attendus avant lundi, un éventuel deuxième tour devant être organisé le 11 septembre pour départager MM. Mugabe et Tsvangirai si aucun n'obtient 50% des voix dès mercredi.

AFP

Première publication : 31/07/2013

  • ZIMBABWE

    En dépit de ses dérives autoritaires, Robert Mugabe reste populaire

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Présidentielle : le Zimbabwe vote sur fond de soupçons de fraude

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Zimbabwe : la police arrête un proche du Premier ministre Tsvangirai

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)