Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"L'illusion du Front national doit être démasquée"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Liban : le "coup de com" de Marine Le Pen sur le voile ?

En savoir plus

POLITIQUE

Yannick Jadot : "Des responsables du PS veulent piéger Benoît Hamon"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Yannick Jadot : "Theresa May est du côté obscure de l'Europe"

En savoir plus

FOCUS

Crise migratoire en Europe : la formation des garde-côtes libyens est-elle suffisante?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rachida Brakni, combattante culturelle

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Irak : dans le piège de Mossoul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Paris et l'Île-de-France ont perdu 1,5 million de touristes en 2016

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Après le PSG, la magie de Monaco ?

En savoir plus

Amériques

Assange condamne le verdict prononcé contre le soldat Manning

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/07/2013

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a vivement condamné le verdict prononcé à l'égard de Bradley Manning. Le soldat, condamné pour espionnage, avait remis plusieurs milliers de documents confidentiels au site internet WikiLeaks.

Il a tenu à prendre ouvertement la défense de la "plus importante source journalistique que le monde ait jamais vu". Le fondateur du site WikiLeaks, Julian Assange, a condamné, mardi 30 juillet dans la soirée, le verdict prononcé par un tribunal militaire contre le soldat Bradley Manning à l’origine des plus importantes fuites de documents confidentiels de l’histoire américaine.

Assange - cloîtré dans l’ambassade d’Équateur à Londres depuis plus d’un an afin d’échapper à une possible extradition vers la Suède où la justice entend le poursuivre pour deux affaires d’agressions sexuelles présumées-, a accusé Barack Obama de pêcher par "extrémisme" en matière de sécurité nationale. Selon lui, le soldat n’a pas bénéficié d’un procès équitable. "C’est un précédent dangereux et un exemple de l’extrémisme en matière de sécurité nationale. C’est un jugement qui manque de clairvoyance, qui est intolérable et qui doit être cassé", a-t-il déclaré.

Bradley Manning, qui a été reconnu coupable mardi d’espionnage mais non de "collusion avec l’ennemi", avait fourni au site WikiLeaks plusieurs centaines de milliers de documents confidentiels alors qu’il était employé comme analyste de rang subalterne en Irak.

Il a été condamné pour cinq chefs d’espionnage et 14 autres chefs d’inculpation. Il risque une peine de prison pouvant aller jusqu’à 136 ans de réclusion.

La sévérité de la peine apparaît comme un avertissement à l’adresse des lanceurs d’alerte, déterminants pour la survie de l’organisation de Julian Assange. "En 2008, Barack Obama, alors candidat à la présidence, faisait campagne sur un programme qui louait le fait d’alerter l’opinion comme un acte de courage et de patriotisme", a commenté Assange. "Ce programme a été complètement trahi par les actes de Barack Obama", a-t-il conclu. 

Le fondateur de WikiLeaks pourrait également tomber sous le coup d’une extradition vers les États-Unis pour répondre des faits impliquant Bradley Manning.

Avec dépêches

Première publication : 31/07/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Manning non coupable de collusion avec l'ennemi, condamné pour espionnage

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Bradley Manning, la taupe de Wikileaks, attend son verdict

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    L'effet Bradley Manning sur WikiLeaks

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)