Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Amériques

Assange condamne le verdict prononcé contre le soldat Manning

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/07/2013

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a vivement condamné le verdict prononcé à l'égard de Bradley Manning. Le soldat, condamné pour espionnage, avait remis plusieurs milliers de documents confidentiels au site internet WikiLeaks.

Il a tenu à prendre ouvertement la défense de la "plus importante source journalistique que le monde ait jamais vu". Le fondateur du site WikiLeaks, Julian Assange, a condamné, mardi 30 juillet dans la soirée, le verdict prononcé par un tribunal militaire contre le soldat Bradley Manning à l’origine des plus importantes fuites de documents confidentiels de l’histoire américaine.

Assange - cloîtré dans l’ambassade d’Équateur à Londres depuis plus d’un an afin d’échapper à une possible extradition vers la Suède où la justice entend le poursuivre pour deux affaires d’agressions sexuelles présumées-, a accusé Barack Obama de pêcher par "extrémisme" en matière de sécurité nationale. Selon lui, le soldat n’a pas bénéficié d’un procès équitable. "C’est un précédent dangereux et un exemple de l’extrémisme en matière de sécurité nationale. C’est un jugement qui manque de clairvoyance, qui est intolérable et qui doit être cassé", a-t-il déclaré.

Bradley Manning, qui a été reconnu coupable mardi d’espionnage mais non de "collusion avec l’ennemi", avait fourni au site WikiLeaks plusieurs centaines de milliers de documents confidentiels alors qu’il était employé comme analyste de rang subalterne en Irak.

Il a été condamné pour cinq chefs d’espionnage et 14 autres chefs d’inculpation. Il risque une peine de prison pouvant aller jusqu’à 136 ans de réclusion.

La sévérité de la peine apparaît comme un avertissement à l’adresse des lanceurs d’alerte, déterminants pour la survie de l’organisation de Julian Assange. "En 2008, Barack Obama, alors candidat à la présidence, faisait campagne sur un programme qui louait le fait d’alerter l’opinion comme un acte de courage et de patriotisme", a commenté Assange. "Ce programme a été complètement trahi par les actes de Barack Obama", a-t-il conclu. 

Le fondateur de WikiLeaks pourrait également tomber sous le coup d’une extradition vers les États-Unis pour répondre des faits impliquant Bradley Manning.

Avec dépêches

Première publication : 31/07/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Manning non coupable de collusion avec l'ennemi, condamné pour espionnage

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Bradley Manning, la taupe de Wikileaks, attend son verdict

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    L'effet Bradley Manning sur WikiLeaks

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)