Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Magic on the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FRANCE

Le célèbre 36 quai des Orfèvres fête ses 100 ans

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/08/2013

Le siège historique de la police judiciaire de Paris, situé au 36, quai des Orfèvres et immortalisé notamment par le commissaire Maigret, fête son 100e anniversaire. Le déménagement de la PJ de ces locaux jugés trop vétustes est prévu d’ici 2017.

La police judiciaire (PJ) parisienne célèbre ce jeudi ses 100 ans, au moment où elle s'apprête à quitter son siège mythique, le fameux "36, quai des orfèvres", d’ici 2017.

Inspiration pour nombre de cinéastes et romanciers du monde entier, les locaux de la PJ, attenants au Palais de justice, face à la Seine, vont être déplacés dans un immeuble moderne, quartier des Batignolles, dans le XVIIe arrondissement de Paris. Ce déménagement est devenu au fil des années inévitable en raison de la vétusté du célèbre bâtiment, construit entre 1875 et 1880.

"Des conditions vraiment déplorables"

"On ne peut plus travailler avec des salles de garde à vue qui ne sont plus aux normes", confiait récemment au Figaro un haut responsable policier.

Les locaux pâtissent en effet de nombreux inconvénients : manque d’espace, électricité pas aux normes, difficulté d'accès et de stationnement pour les voitures des policiers, pas assez de moyens de surveillance.

"Certains bossent dans des conditions vraiment déplorables", assure le directeur de la PJ parisienne, Christian Flaesch. "Il faut vraiment offrir à ces policiers des locaux qui soient dignes du travail qu'ils fournissent", assure-t-il.

D'ici fin 2016, 1 700 enquêteurs d'élite, l'anti-gang, la brigade criminelle, la brigade des stupéfiants, mais aussi la brigade financière, située, elle, rue du Château des Rentiers, vont donc plier bagages. Le sort du "36" n'est, lui, pas encore tranché.

Un lieu historique

Un clap de fin émouvant pour un lieu qui a vu défiler tous les grands criminels : de Landru à Petiot en passant par Violette Nozière, Jacques Mesrine ou encore le tueur en série Guy Georges. Le bâtiment doit également sa renommée au personnage de fiction imaginé par l’écrivain belge Georges Simenon, le commissaire Maigret. Le 36, quai des Orfèvres est en effet le point de ralliement d'intrigues menées par le policier des années 1930 à la fin des années 1960.

À l'occasion de ce 100e anniversaire, La Poste a annoncé la mise en vente, le 13 septembre prochain, de plus de 1,5 millions de timbres d'une valeur de 0,63 euros représentant la façade de la bâtisse sur un fond bleu nuit.

Avec dépêches

Première publication : 01/08/2013

COMMENTAIRE(S)