Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Des internautes juifs et arabes se mobilisent pour la paix

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Apple mise sur la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Radical"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: des morts trop télégéniques

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique - forum pour la paix : comment relever le défi de la réconciliation nationale ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - l'UE contre la Russie : les "mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • MH17 : jour de deuil aux Pays-Bas, Washington évoque une "erreur" de tir

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costia Concordia

    En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Plusieurs compagnies aériennes annulent leurs vols vers Israël

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

  • Gaza : "Nous devons aller jusqu'au bout de la mission", prévient Israël

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

FRANCE

À Nantes, deux lesbiennes contraintes de reconnaître les droits du père de leur enfant

© Photo Flickr | Le palais de justice de Nantes

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/08/2013

Une décision de justice, rendue à Nantes lundi, oblige un couple de lesbiennes à reconnaître les droits de visite et d'hébergement du père de leur enfant : un "simple géniteur" au départ, qui a finalement changé d'avis.

Il ne devait être qu’un simple géniteur, il a finalement changé d’avis. Un couple de lesbiennes s'est vu contraint par la justice de reconnaître les droits de visite et d'hébergement du père biologique de l’enfant, lorsque ce dernier a décidé de reconnaître son fils sept mois après la naissance et a finalement eu "envie d’être père".

Lundi 29 juillet, le juge des affaires familiales du tribunal de Nantes a donc tranché sur cette délicate question : quelle doit être la place du géniteur dans la conception d’un enfant voulu par un couple homosexuel ? La justice a décidé d’organiser "des rencontres progressives [entre le géniteur et l'enfant] pour s'orienter vers un droit de visite et d'hébergement classique", a indiqué l'avocate de la mère, Me Anne Bouillon. Les deux femmes ne feront pas appel de cette décision qui, "comme des milliers d'autres, est conforme à l'état du droit", a précisé Me Bouillon dans un communiqué.

L'enfant, né il y a près de deux ans à Orléans, a été conçu hors relation sexuelle. "On est dans une conception artisanale", avec "le meilleur ami du couple à qui a été demandé d'être le donneur de sperme", a expliqué l'avocate du père, Me Magali Castelli-Maurice. Aujourd'hui, "il a quelque chose à construire avec l'enfant qu'il ne connaît pas", a-t-elle ajouté.

La mère, bouleversée, a de son côté fait valoir devant le juge que "la famille : c'est moi et ma compagne. On n'avait pas prévu que ce monsieur viendrait revendiquer ses droits. Cela bouleverse notre famille", selon des propos rapportés par Me Bouillon.

Inventer "une coparentalité à trois"

"Ce projet parental initial était construit entre deux femmes", a affirmé l'avocate du couple."Il y a un monsieur qui a rendu service à ma cliente et sa compagne. Il a changé d'avis et voulu prendre sa place de père. Dont acte. Il le fait dans un cadre organisé par la justice", a commenté l'avocate.

Pour cette dernière, c'est surtout la question la réorganisation familiale qui va maintenant être posée : "Comment les familles homoparentales doivent se préparer à composer [...] une coparentalité à trois", alors qu’aux yeux de la justice "il n’y a que deux parents".

Les questions concernent donc plus précisément "la place de la compagne, la future épouse de la maman" et son statut de "beau-parent". Cette compagne "ne pourra adopter que dans le cadre de l'adoption simple. Et il faut que le père consente à cette adoption", souligne l'avocate, pour qui "tout cela est en jachère". "Elle n'aura aucun droit sur l'enfant si le père refuse l'adoption simple".

Cette affaire pose également la question de "l'accès à la procréation médicalement assistée", conclut Me Bouillon. Si ces deux femmes "avaient eu accès à la PMA, les choses se seraient passées différemment parce que le don de sperme est anonyme".

Avec dépêches

Première publication : 01/08/2013

  • VATICAN

    Le pape François : "qui suis-je pour juger les gays qui cherchent le Seigneur ?"

    En savoir plus

  • CAMEROUN

    Cameroun: deux hommes condamnés à de la prison pour homosexualité

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La Californie légalise de nouveau le mariage gay

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)