Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Didier Guillaume : "Le Medef se comporte très mal"

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

FRANCE

À Nantes, deux lesbiennes contraintes de reconnaître les droits du père de leur enfant

© Photo Flickr | Le palais de justice de Nantes

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/08/2013

Une décision de justice, rendue à Nantes lundi, oblige un couple de lesbiennes à reconnaître les droits de visite et d'hébergement du père de leur enfant : un "simple géniteur" au départ, qui a finalement changé d'avis.

Il ne devait être qu’un simple géniteur, il a finalement changé d’avis. Un couple de lesbiennes s'est vu contraint par la justice de reconnaître les droits de visite et d'hébergement du père biologique de l’enfant, lorsque ce dernier a décidé de reconnaître son fils sept mois après la naissance et a finalement eu "envie d’être père".

Lundi 29 juillet, le juge des affaires familiales du tribunal de Nantes a donc tranché sur cette délicate question : quelle doit être la place du géniteur dans la conception d’un enfant voulu par un couple homosexuel ? La justice a décidé d’organiser "des rencontres progressives [entre le géniteur et l'enfant] pour s'orienter vers un droit de visite et d'hébergement classique", a indiqué l'avocate de la mère, Me Anne Bouillon. Les deux femmes ne feront pas appel de cette décision qui, "comme des milliers d'autres, est conforme à l'état du droit", a précisé Me Bouillon dans un communiqué.

L'enfant, né il y a près de deux ans à Orléans, a été conçu hors relation sexuelle. "On est dans une conception artisanale", avec "le meilleur ami du couple à qui a été demandé d'être le donneur de sperme", a expliqué l'avocate du père, Me Magali Castelli-Maurice. Aujourd'hui, "il a quelque chose à construire avec l'enfant qu'il ne connaît pas", a-t-elle ajouté.

La mère, bouleversée, a de son côté fait valoir devant le juge que "la famille : c'est moi et ma compagne. On n'avait pas prévu que ce monsieur viendrait revendiquer ses droits. Cela bouleverse notre famille", selon des propos rapportés par Me Bouillon.

Inventer "une coparentalité à trois"

"Ce projet parental initial était construit entre deux femmes", a affirmé l'avocate du couple."Il y a un monsieur qui a rendu service à ma cliente et sa compagne. Il a changé d'avis et voulu prendre sa place de père. Dont acte. Il le fait dans un cadre organisé par la justice", a commenté l'avocate.

Pour cette dernière, c'est surtout la question la réorganisation familiale qui va maintenant être posée : "Comment les familles homoparentales doivent se préparer à composer [...] une coparentalité à trois", alors qu’aux yeux de la justice "il n’y a que deux parents".

Les questions concernent donc plus précisément "la place de la compagne, la future épouse de la maman" et son statut de "beau-parent". Cette compagne "ne pourra adopter que dans le cadre de l'adoption simple. Et il faut que le père consente à cette adoption", souligne l'avocate, pour qui "tout cela est en jachère". "Elle n'aura aucun droit sur l'enfant si le père refuse l'adoption simple".

Cette affaire pose également la question de "l'accès à la procréation médicalement assistée", conclut Me Bouillon. Si ces deux femmes "avaient eu accès à la PMA, les choses se seraient passées différemment parce que le don de sperme est anonyme".

Avec dépêches

Première publication : 01/08/2013

  • VATICAN

    Le pape François : "qui suis-je pour juger les gays qui cherchent le Seigneur ?"

    En savoir plus

  • CAMEROUN

    Cameroun: deux hommes condamnés à de la prison pour homosexualité

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La Californie légalise de nouveau le mariage gay

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)