Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

FRANCE

À Nantes, deux lesbiennes contraintes de reconnaître les droits du père de leur enfant

© Photo Flickr | Le palais de justice de Nantes

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/08/2013

Une décision de justice, rendue à Nantes lundi, oblige un couple de lesbiennes à reconnaître les droits de visite et d'hébergement du père de leur enfant : un "simple géniteur" au départ, qui a finalement changé d'avis.

Il ne devait être qu’un simple géniteur, il a finalement changé d’avis. Un couple de lesbiennes s'est vu contraint par la justice de reconnaître les droits de visite et d'hébergement du père biologique de l’enfant, lorsque ce dernier a décidé de reconnaître son fils sept mois après la naissance et a finalement eu "envie d’être père".

Lundi 29 juillet, le juge des affaires familiales du tribunal de Nantes a donc tranché sur cette délicate question : quelle doit être la place du géniteur dans la conception d’un enfant voulu par un couple homosexuel ? La justice a décidé d’organiser "des rencontres progressives [entre le géniteur et l'enfant] pour s'orienter vers un droit de visite et d'hébergement classique", a indiqué l'avocate de la mère, Me Anne Bouillon. Les deux femmes ne feront pas appel de cette décision qui, "comme des milliers d'autres, est conforme à l'état du droit", a précisé Me Bouillon dans un communiqué.

L'enfant, né il y a près de deux ans à Orléans, a été conçu hors relation sexuelle. "On est dans une conception artisanale", avec "le meilleur ami du couple à qui a été demandé d'être le donneur de sperme", a expliqué l'avocate du père, Me Magali Castelli-Maurice. Aujourd'hui, "il a quelque chose à construire avec l'enfant qu'il ne connaît pas", a-t-elle ajouté.

La mère, bouleversée, a de son côté fait valoir devant le juge que "la famille : c'est moi et ma compagne. On n'avait pas prévu que ce monsieur viendrait revendiquer ses droits. Cela bouleverse notre famille", selon des propos rapportés par Me Bouillon.

Inventer "une coparentalité à trois"

"Ce projet parental initial était construit entre deux femmes", a affirmé l'avocate du couple."Il y a un monsieur qui a rendu service à ma cliente et sa compagne. Il a changé d'avis et voulu prendre sa place de père. Dont acte. Il le fait dans un cadre organisé par la justice", a commenté l'avocate.

Pour cette dernière, c'est surtout la question la réorganisation familiale qui va maintenant être posée : "Comment les familles homoparentales doivent se préparer à composer [...] une coparentalité à trois", alors qu’aux yeux de la justice "il n’y a que deux parents".

Les questions concernent donc plus précisément "la place de la compagne, la future épouse de la maman" et son statut de "beau-parent". Cette compagne "ne pourra adopter que dans le cadre de l'adoption simple. Et il faut que le père consente à cette adoption", souligne l'avocate, pour qui "tout cela est en jachère". "Elle n'aura aucun droit sur l'enfant si le père refuse l'adoption simple".

Cette affaire pose également la question de "l'accès à la procréation médicalement assistée", conclut Me Bouillon. Si ces deux femmes "avaient eu accès à la PMA, les choses se seraient passées différemment parce que le don de sperme est anonyme".

Avec dépêches

Première publication : 01/08/2013

  • VATICAN

    Le pape François : "qui suis-je pour juger les gays qui cherchent le Seigneur ?"

    En savoir plus

  • CAMEROUN

    Cameroun: deux hommes condamnés à de la prison pour homosexualité

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La Californie légalise de nouveau le mariage gay

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)