Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le Bal des vampires" : Roman Polanski sort les crocs !

En savoir plus

FOCUS

Le Caire surveille de près les islamistes radicaux tentés par l'EI

En savoir plus

Asie - pacifique

Polémique autour des propos du vice-Premier ministre japonais sur les nazis

© AFP | Le vice-Premier ministre japonais, Taro Aso

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/08/2013

Après avoir déclaré que le Japon pourrait s’inspirer de la réforme de la Constitution allemande par les nazis, le vice-Premier ministre japonais a retiré ses propos jeudi. Cette déclaration avait suscité une vive polémique.

Le vice-Premier ministre japonais a retiré ses propos, mais le mal est fait. En déclarant que le Japon pourrait s’inspirer de la manière dont le régime nazi avait réformé la Constitution allemande, Taro Aso s’est attiré une volée de critiques.

Des propos énoncés lundi 29 juillet par l’homme politique de droite, lors d'un débat organisé par un groupe conservateur sur la réforme de la Constitution pacifiste, imposée au Japon en 1947 par l’occupant américain. "La Constitution de l'Allemagne de Weimar a été modifiée avant que personne ne s'en aperçoive (...) Pourquoi ne pas s'inspirer de cette technique?", s'était interrogé Taro Aso.

Des déclarations blessantes

En réaction à cette sortie, la Chine et les deux Corée ont exprimé des critiques. Le porte-parole du ministère sud-coréen des Affaires étrangères a notamment estimé mardi que les déclarations de M. Aso "blessaient beaucoup de gens" et heurtaient "les peuples des pays voisins du Japon envahis par l'armée impériale nippone dans le passé". "Les dirigeants politiques japonais doivent faire attention à ce qu'ils disent", a ajouté Cho Tai-young.

Le Centre Simon Wiesenthal, une ONG américaine spécialisée dans l'histoire de l’Holocauste, a pour sa part affirmé que "les seules leçons en matière de gouvernement que des responsables puissent tirer du Troisième Reich nazi portent sur les choses à ne pas faire".

Susciter un débat de fond sur la Constitution

De son côté, le gouvernement japonais a tenu à souligner que les propos du vice-Premier ministre ne reflétaient en rien la position officielle. "Le gouvernement Abe ne considèrera jamais le régime nazi de façon positive", a déclaré le porte-parole Yoshihide Suga lors d'une conférence de presse jeudi. Le même jour, Taro Aso a fait marche arrière et retiré ses propos.

"J'ai mis en avant les changements apportés par le régime nazi à la Constitution de Weimar pour montrer qu'il s'agit d'un mauvais exemple de changements effectués sans débat de fond ou sans l'accord des citoyens", s’est rattrapé le vice-Premier ministre. "J'aimerais retirer la déclaration dans laquelle j'ai cité le régime nazi en exemple".

Le Premier ministre du Japon, Shinzo Abe, a plusieurs fois exprimé le souhait de modifier la Constitution de 1947, afin notamment de permettre aux forces japonaises de pratiquer une "auto-défense collective" pour, par exemple, venir en aide à un pays allié.

Avec dépêches

Première publication : 01/08/2013

  • JAPON

    Après sa victoire électorale, Shinzo Abe attendu au tournant... économique

    En savoir plus

  • JAPON

    Mafia japonaise : même les yakuzas ont leur journal

    En savoir plus

  • JAPON

    L'épouse du Premier ministre japonais désavoue la politique nucléaire de son mari

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)