Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mercato : l’AS Monaco prête Radamel Falcao à Manchester United

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

Asie - pacifique

Polémique autour des propos du vice-Premier ministre japonais sur les nazis

© AFP | Le vice-Premier ministre japonais, Taro Aso

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/08/2013

Après avoir déclaré que le Japon pourrait s’inspirer de la réforme de la Constitution allemande par les nazis, le vice-Premier ministre japonais a retiré ses propos jeudi. Cette déclaration avait suscité une vive polémique.

Le vice-Premier ministre japonais a retiré ses propos, mais le mal est fait. En déclarant que le Japon pourrait s’inspirer de la manière dont le régime nazi avait réformé la Constitution allemande, Taro Aso s’est attiré une volée de critiques.

Des propos énoncés lundi 29 juillet par l’homme politique de droite, lors d'un débat organisé par un groupe conservateur sur la réforme de la Constitution pacifiste, imposée au Japon en 1947 par l’occupant américain. "La Constitution de l'Allemagne de Weimar a été modifiée avant que personne ne s'en aperçoive (...) Pourquoi ne pas s'inspirer de cette technique?", s'était interrogé Taro Aso.

Des déclarations blessantes

En réaction à cette sortie, la Chine et les deux Corée ont exprimé des critiques. Le porte-parole du ministère sud-coréen des Affaires étrangères a notamment estimé mardi que les déclarations de M. Aso "blessaient beaucoup de gens" et heurtaient "les peuples des pays voisins du Japon envahis par l'armée impériale nippone dans le passé". "Les dirigeants politiques japonais doivent faire attention à ce qu'ils disent", a ajouté Cho Tai-young.

Le Centre Simon Wiesenthal, une ONG américaine spécialisée dans l'histoire de l’Holocauste, a pour sa part affirmé que "les seules leçons en matière de gouvernement que des responsables puissent tirer du Troisième Reich nazi portent sur les choses à ne pas faire".

Susciter un débat de fond sur la Constitution

De son côté, le gouvernement japonais a tenu à souligner que les propos du vice-Premier ministre ne reflétaient en rien la position officielle. "Le gouvernement Abe ne considèrera jamais le régime nazi de façon positive", a déclaré le porte-parole Yoshihide Suga lors d'une conférence de presse jeudi. Le même jour, Taro Aso a fait marche arrière et retiré ses propos.

"J'ai mis en avant les changements apportés par le régime nazi à la Constitution de Weimar pour montrer qu'il s'agit d'un mauvais exemple de changements effectués sans débat de fond ou sans l'accord des citoyens", s’est rattrapé le vice-Premier ministre. "J'aimerais retirer la déclaration dans laquelle j'ai cité le régime nazi en exemple".

Le Premier ministre du Japon, Shinzo Abe, a plusieurs fois exprimé le souhait de modifier la Constitution de 1947, afin notamment de permettre aux forces japonaises de pratiquer une "auto-défense collective" pour, par exemple, venir en aide à un pays allié.

Avec dépêches

Première publication : 01/08/2013

  • JAPON

    Après sa victoire électorale, Shinzo Abe attendu au tournant... économique

    En savoir plus

  • JAPON

    Mafia japonaise : même les yakuzas ont leur journal

    En savoir plus

  • JAPON

    L'épouse du Premier ministre japonais désavoue la politique nucléaire de son mari

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)