Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les étudiants en colère

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Trump-Kim : rupture prononcée, paix envolée ?

En savoir plus

POLITIQUE

"Un personnage de roman" : Philippe Besson a suivi Emmanuel Macron pendant la campagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zabou Breitman, maîtresse de cérémonie de la 30e Nuit des Molières

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ministre rwandaise des Affaires étrangères : "Paris et Kigali ont pris un nouveau départ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

En savoir plus

L’invité du jour

Barthélémy Toguo : "Il n’y a pas assez de musées en Afrique"

En savoir plus

FOCUS

Vietnam : à l'école des futures stars du football

En savoir plus

L'INFO ÉCO

VivaTech : Paris, capitale des start-ups pendant 3 jours

En savoir plus

Moyen-orient

Un ex-espion du Mossad affirme qu'Israël a participé au programme nucléaire iranien

© Wikimedia Commons | Les débuts du site nucléaire de Bushehr en 1975

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 01/08/2013

Jeffrey "Shuki" Gould, ancien espion israélien, a entrepris d’écrire ses mémoires et vient d’en livrer un avant-goût : le Mossad aurait participé, en 1974, à la fondation du futur site nucléaire iranien de Bouchehr.

“J’ai 82 ans, qu’est-ce que vous voulez qu’ils me fassent”. Jeffrey “Shuki” Gould sait que les mémoires qu’il est en train d’écrire depuis sa retraite en Australie risquent de ne pas plaire à tout le monde. Cet ancien agent du Mossad, le service du renseignement extérieur israélien, a participé à trois guerres et doit avoir son lot d’histoires à raconter sur les secrets de l’État hébreu, rapporte le quotidien israélien Haaretz.

Il en a d'ailleurs fourni un avant-goût explosif, le 29 juillet, à Ausraelim, un site pour Israéliens vivant en Australie. Jeffrey Gould affirme, en effet, que le Mossad a participé à la fondation du site nucléaire de Bouchehr en Iran. Il raconte avoir lui-même supervisé le travail des 800 ouvriers, essentiellement des Afghans et des Indiens, sur ce site. “Paradoxalement, Jeffrey Gould et d’autres Israéliens ont contribué à la construction du réacteur nucléaire qui est aujourd’hui considéré comme une telle menace par Israël. Ce réacteur est devenu le fondement du programme nucléaire avancé iranien tel que nous le connaissons aujourd’hui”, souligne Ron Porat, qui anime le site Ausraelim.

Pour autant, Jeffrey Gould ne dit pas que l’État hébreu a sciemment aidé Téhéran à se mettre sur le chemin de la bombe nucléaire. En fait, il a travaillé à Bouchehr en 1974, sur un projet officiellement présenté comme un chantier de base navale à une époque où Israël et l’Iran coopéraient ouvertement. Mais avec le recul, l’ex-agent du Mossad en est aujourd’hui convaincu : “je suis assez sûr qu’une partie du chantier servait à jeter les bases de la future centrale nucléaire de Bouchehr”.

36 ans plus tard

L’agent du Mossad à la retraite a quitté Bouchehr en 1974. L’année suivante, les Iraniens ont officiellement signé à un accord avec les géants allemands Siemens et Telefunken pour l’établissement de deux réacteurs nucléaires dans cette ville côtière. Mais la révolution islamique de 1979 et la guerre avec l’Irak dans les années 1980 ont fait prendre beaucoup de retard au projet. Ce n’est qu’à partir de 1990 et avec, cette fois-ci, le soutien russe et non plus allemand que l’Iran se remet au travail à Bouchehr. La centrale n’est finalement inaugurée qu’en 2010, 36 ans après le passage de Jeffrey Gould. Le site est alors devenu le premier et seul site nucléaire en activité dans le pays, officiellement à des fins purement civiles.

Cependant, Jeffrey Gould ne pense pas que l'Iran "aurait les tripes" d'utiliser une bombe atomique pour mettre en œuvre la menace de l’ancien président Mahmoud Ahmanedijad “de rayer Israël de la carte”.

Première publication : 01/08/2013

  • DIPLOMATIE

    L'Iran possèdera l'arme nucléaire sous peu, selon Obama

    En savoir plus

  • ONU

    Benjamin Netanyahou veut fixer une "ligne rouge" à l'Iran

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Le "prisonnier X" trop encombrant pour le Mossad ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)