Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

Afrique

Au Mali, le parti de Soumaïla Cissé dénonce "un bourrage des urnes"

© Pierre René-Worms / RFI

Vidéo par Nicolas FRÉBAULT , Fabien OFFNER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/08/2013

Alors que des résultats partiels donnent Ibrahim Boubacar Keïta largement en tête de l'élection présidentielle, le parti de Soumaïla Cissé dénonce des fraudes. La formation estime "sûr à 100%" un second tour avec IBK.

Au Mali, les partisans du candidat à la présidentielle Soumaïla Cissé ne cachent pas leur colère. Lors d'un meeting à Bamako, mercredi 31 juillet, la formation de l'ancien ministre des Finances a dénoncé les résultats partiels annoncés la veille et jugés prématurés. Selon cette première tendance, le candidat Ibrahim Boubacar Keïta, 68 ans, disposerait d'une large avance sur ses concurrents, et notamment sur Soumaïla Cissé, 63 ans, qui serait, lui, arrivé en deuxième position.

"Nous dénonçons un bourrage des urnes" lors du premier tour du scrutin tenu le 28 juillet, a déclaré Madou Diallo, responsable des jeunes de l'Union pour la République et la démocratie (URD) de Soumaïla Cissé. Madou Diallo n'a cependant pas fourni de détails sur les auteurs et l'ampleur des fraudes, ni sur les zones où elles se seraient produites.

Près de 700 000 voix en-deça de la majorité

"Malgré ce bourrage, selon nos chiffres, un second tour est inévitable pour départager notre candidat Soumaïla Cissé et Ibrahim Boubacar Keïta", a-t-il ajouté devant un millier de personnes. Selon les chiffres de l'URD, l'ancien Premier ministre Ibrahim Boubacar Keïta disposerait de 1 100 000 voix,  soit 700 000 en-deça de la majorité.

Le ministre "a annoncé un taux de participation de 53 % selon des résultats partiels. Cela donne à peu près 3 600 000 électeurs qui ont voté. Cela veut dire qu'il faudra au minimum 1 800 000 voix pour passer au premier tour, or, à ce jour, aucun candidat n'a plus d'un million de voix", a soutenu Madou Diallo. "Il est sûr à 100 % qu'il y a un second tour", a-t-il poursuivi. 

Mardi, le ministre de l'Administration territoriale, le colonel Moussa Sinko Coulibaly, avait  parlé d'écarts "importants" entre Ibrahim Boubacar Keïta et ses concurrents avant d'ajouter : "Si ces écarts sont confirmés, il n'y aura pas de deuxième tour". Pour Madou Diallo, le ministre de l'Administration territoriale "doit démissionner et une commission internationale de dépouillement des bulletins de vote doit prendre le relais".

Avec dépêches

Première publication : 01/08/2013

  • MALI

    Présidentielle au Mali : Ibrahim Boubacar Keita "largement " en tête, selon des résultats partiels

    En savoir plus

  • MALI

    Présidentielle au Mali : les deux principaux camps affirment être en tête

    En savoir plus

  • MALI

    Présidentielle au Mali : satisfaction à Paris, défis à Bamako

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)