Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

EUROPE

Déraillement en Espagne : le train roulait à 179 km/h au moment de l'accident

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/08/2013

Selon les boîtes noires, le train accidenté de Saint-Jacques de Compostelle roulait, lors de la catastrophe, à 179 km/h sur un tronçon limité à 80 km/h. Le conducteur avait stoppé sa communication téléphonique 11 secondes avant le déraillement.

D’après de nouvelles données extraites des boîtes noires, le train qui a déraillé le 24 juillet à Saint-Jacques de Compostelle, en Espagne, circulait à une vitesse de 179 kilomètres/heure lorsqu’il est sorti des rails. Quatre secondes plus tard, sa vitesse a été réduite à 153 km/h. L’accident, qui a fait 79 morts, a eu lieu dans un dangereux virage situé à quatre kilomètres de la gare d’arrivée où la vitesse est limitée à 80 km/h.

Les informations des boîtes noires, publiées vendredi par le tribunal supérieur de justice de Galice, permettent de retracer avec précision les deux dernières minutes du voyage, avant l’accident survenu à 20 heures 41 minutes 6 secondes. Elles indiquent notamment que le conducteur du train, qui était peu avant l'accident au téléphone avec le contrôleur, a cessé de parler 11 secondes avant le déraillement.

Le contrôleur ne s’est senti "à aucun moment coupable"

Le contrôleur du train, entendu vendredi comme témoin par le juge Luis Alaez chargé de cette enquête, a reconnu être l'auteur de cet appel téléphonique. Il a cependant affirmé qu’il ne s'était senti "à aucun moment coupable".

"Je l'ai déjà dit, mon téléphone portable était dans ma poche quand le train a déraillé", a-t-il déclaré aux médias à son arrivée au tribunal, expliquant qu'il se trouvait "assez bien physiquement, mais atteint psychologiquement".

"Le fait de consulter le chauffeur pour savoir si le train pouvait circuler sur une voie en particulier est quelque chose de normal (...) et n'est pas la cause du déraillement", avait auparavant estimé le juge, dans un arrêt rendu jeudi.

Le conducteur, Francisco José Garzon Amo, âgé de 52 ans, a quant à lui été mis en examen pour 79 homicides par imprudence et laissé en liberté sous contrôle judiciaire.

Avec dépêches

Première publication : 02/08/2013

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Déraillement en Espagne : juste avant l'accident, le conducteur téléphonait

    En savoir plus

  • CATASTROPHE FERROVIAIRE

    Déraillement en Espagne : le conducteur du train mis en examen mais libre

    En savoir plus

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Déraillement en Espagne : le conducteur du train refuse de répondre à la police

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)