Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

EUROPE

Déraillement en Espagne : le train roulait à 179 km/h au moment de l'accident

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/08/2013

Selon les boîtes noires, le train accidenté de Saint-Jacques de Compostelle roulait, lors de la catastrophe, à 179 km/h sur un tronçon limité à 80 km/h. Le conducteur avait stoppé sa communication téléphonique 11 secondes avant le déraillement.

D’après de nouvelles données extraites des boîtes noires, le train qui a déraillé le 24 juillet à Saint-Jacques de Compostelle, en Espagne, circulait à une vitesse de 179 kilomètres/heure lorsqu’il est sorti des rails. Quatre secondes plus tard, sa vitesse a été réduite à 153 km/h. L’accident, qui a fait 79 morts, a eu lieu dans un dangereux virage situé à quatre kilomètres de la gare d’arrivée où la vitesse est limitée à 80 km/h.

Les informations des boîtes noires, publiées vendredi par le tribunal supérieur de justice de Galice, permettent de retracer avec précision les deux dernières minutes du voyage, avant l’accident survenu à 20 heures 41 minutes 6 secondes. Elles indiquent notamment que le conducteur du train, qui était peu avant l'accident au téléphone avec le contrôleur, a cessé de parler 11 secondes avant le déraillement.

Le contrôleur ne s’est senti "à aucun moment coupable"

Le contrôleur du train, entendu vendredi comme témoin par le juge Luis Alaez chargé de cette enquête, a reconnu être l'auteur de cet appel téléphonique. Il a cependant affirmé qu’il ne s'était senti "à aucun moment coupable".

"Je l'ai déjà dit, mon téléphone portable était dans ma poche quand le train a déraillé", a-t-il déclaré aux médias à son arrivée au tribunal, expliquant qu'il se trouvait "assez bien physiquement, mais atteint psychologiquement".

"Le fait de consulter le chauffeur pour savoir si le train pouvait circuler sur une voie en particulier est quelque chose de normal (...) et n'est pas la cause du déraillement", avait auparavant estimé le juge, dans un arrêt rendu jeudi.

Le conducteur, Francisco José Garzon Amo, âgé de 52 ans, a quant à lui été mis en examen pour 79 homicides par imprudence et laissé en liberté sous contrôle judiciaire.

Avec dépêches

Première publication : 02/08/2013

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Déraillement en Espagne : juste avant l'accident, le conducteur téléphonait

    En savoir plus

  • CATASTROPHE FERROVIAIRE

    Déraillement en Espagne : le conducteur du train mis en examen mais libre

    En savoir plus

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Déraillement en Espagne : le conducteur du train refuse de répondre à la police

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)