Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

Moyen-orient

Polémique autour des propos déformés du président iranien sur Israël

© AFP

Vidéo par Florence GAILLARD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/08/2013

Les propos mal traduits du nouveau président iranien, le modéré Hassan Rohani, comparant Israël à une "blessure" qui devait "disparaître" ont provoqué de vives réactions des responsables de l'État hébreu.

La polémique entre Israël et l’Iran a enflé sur une simple erreur de traduction. Deux jours avant son investiture, les agences de presse ont relayé les propos du nouveau président iranien tenus vendredi 2 août selon lesquels Israël était "une blessure qui existe depuis des années dans le corps du monde musulman et [que] cette blessure [devait] disparaître". Des propos déformés que la télévision d'État iranienne s’est empressée de corriger.

Reconnaissant leur erreur, les agences de presse fautives, Mehr et Isna, ont rapidement retranscrit les véritables paroles du nouveau chef d’État qui n’a jamais déclaré que "cette blessure [devait] disparaître".

La version corrigée apporte en effet un discours plus nuancé. "Dans notre région, une blessure a été créée depuis des années dans le corps du monde islamique sous l'ombre de l'occupation de la terre sacrée de Palestine et de notre cher Qods (Jérusalem)" par Israël, a déclaré le nouveau président, selon les images diffusées par la télévision d'tat.

Ce discours a été tenu à l'occasion de la Journée Al-Qods, célébrée tous les ans depuis la révolution islamique de 1979 au dernier vendredi du mois de jeûne musulman du ramadan pour soutenir la cause palestinienne et dénoncer Israël.

"Le vrai visage" de Rohani

Israël, ennemi numéro un de la République islamique d'Iran n’a pas manqué de réagir aux propos erronés du président iranien. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a aussitôt affirmé que les propos du président iranien élu en juin montraient ses réelles intentions. "Le vrai visage de Rohani a été dévoilé plus tôt que prévu. Même si les Iraniens s'empressaient maintenant de nier ses propos, c'est ce qu'il pense et c'est le plan d'action du régime iranien", a aussitôt répliqué Netanyahu.

Avant de céder officiellement la place samedi à son successeur, l’ancien président Mahmoud Ahmadinejad s'en est pris à Israël devant la foule de manifestants à Téhéran. "Je vous informe, et Dieu m'est témoin, qu'une tempête dévastatrice va déraciner la base du sionisme", a-t-il professé, avant d’ajouter "Israël n'a pas de place dans cette région". Mais pour Thierry Coville, chercheur à l’Iris et spécialiste de l’Iran, "Hassan Rohani est un véritable modéré bien différent de son prédécesseur".

La négation de l'Holocauste et le déni du droit d'Israël à l'existence sont régulièrement affirmés par les principaux dirigeant iraniens, dont le Guide suprême Ali Khamenei. Durant ses deux mandats, Ahmadinejad a répété maintes fois qu'Israël serait "éliminé". Reste à savoir si le nouveau président se différenciera de ses prédécesseurs, dignes héritiers de la révolution en matière de politique étrangère.

Avec dépêches

Première publication : 02/08/2013

  • IRAN

    Facebook et voile islamique : la main tendue de Rohani à la jeunesse iranienne

    En savoir plus

  • IRAN

    Pour Rohani, le dossier nucléaire "ne peut être réglé que par la négociation"

    En savoir plus

  • IRAN

    Avec la victoire d'Hassan Rohani, le Mouvement vert retrouve la parole

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)