Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Afrique

Soumaïla Cissé à France 24 : "Je veux un second tour sans fraude"

© AFP

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 03/08/2013

Sur FRANCE 24, Soumaïla Cissé, arrivé second du premier tour de la présidentielle malienne loin derrière Ibrahim Boubacar Keïta, a demandé des mesures qui garantissent la transparence du second tour du scrutin, qui se tiendra le 11 août.

Avec 19,44 % des voix au premier tour, loin derrière son rival Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) qui a engrangé 39,24 %, le candidat de l’Union pour la démocratie et la république (UDR), Soumaïla Cissé, est confiant. "J’avais toujours dit que je serai présent au second tour", a-t-il assuré dans un entretien réalisé par téléphone sur FRANCE 24. "La pente ne sera pas dure à remonter car il ne s’agit pas d’une prolongation d’un vote mais d’une nouvelle élection où tout est possible", a encore fait valoir le challenger.

La victoire est d’autant plus possible aux yeux du candidat UDR qu’"elle ne sera pas entachée de fraudes comme au premier tour". Le camp Cissé a assuré à l'issue du vote que la fraude avait porté un grave préjudice à leurs résultats. "Nous avons non seulement les preuves des fraudes électorales mais nous les avons soumises à la Cour constitutionnelle", a en outre, affirmé le candidat.

Plus de 403 000 bulletins déposés lors du premier tour, le 28 juillet, ont été déclarés nuls.

Cissé prêt à débattre avec IBK

L'homme politique de 63 ans entend d’ailleurs employer les neuf jours qui lui restent avant l’échéance électorale à proposer des mesures concrètes pour que la transparence du scrutin soit respectée. "Nous souhaitons que les bulletins de vote soient uniquement distribués dans les salles de vote et signés par chaque citoyen pour éviter que des bulletins de l’extérieur ne se retrouvent sous les boubous", a expliqué Soumaïla Cissé.

Le candidat arrivé en seconde position a également fait savoir qu’il était prêt à débattre avec son adversaire IBK. "Je n’ai aucun problème avec ça, il est important de débattre pour que les Maliens nous connaissent",  a-t-il encore déclaré.

Soumaïla Cissé entend bien faire valoir les caractéristiques qui le différencient d’IBK. "Je suis un candidat moderne, proche du peuple qui est allé à la rencontre des Maliens dans les régions contrairement à mon adversaire qui ne s’est déplacé que dans les grandes villes", a-t-il enfin conclu.

Si l’annonce d’un second tour a apaisé et rassuré les partisans de Soumaïla Cissé, son rival IBK, que d’aucuns donnaient victorieux dès le premier tour, n’a pas personnellement réagi aux résultats donnés vendredi.

Interrogé sur l'antenne de FRANCE 24, Mamadou Camara, directeur de cabinet d’Ibrahim Boubacar Keïta, a expliqué qu’avec le très bon score réalisé au premier tour et le ralliement de 13 candidats sous leur bannière, son camp était sûr de remporter la victoire.

Première publication : 02/08/2013

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    IBK et Cissé au second tour : duel entre deux figures de la politique malienne

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Présidentielle au Mali : IBK et Soumaïla Cissé s'affronteront au deuxième tour

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Au Mali, le parti de Soumaïla Cissé dénonce "un bourrage des urnes"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)