Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Et si la gauche assouplissait les 35 heures?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime l'entreprise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

  • Contre-offensive des pro-russes à l'Est, Kiev en appelle à l'Otan

    En savoir plus

  • La mère de Steven Sotloff implore le "calife" de l’EI d’épargner son fils

    En savoir plus

  • Macron prêt à autoriser "toutes les entreprises" à déroger aux 35 heures

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

Afrique

Présidentielle : le camp Mugabe revendique la victoire avec "70% à 75% des voix"

© AFP

Vidéo par Caroline DUMAY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/08/2013

Alors que les résultats officiels ne sont pas attendus avant le 5 août, le camp de Robert Mugabe revendique haut et fort sa victoire à l'élection présidentielle. L'opposant Morgan Tsvangirai dénonce, lui, une "énorme farce".

Le président zimbabwéen sortant, Robert Mugabe, s'acheminait vendredi 2 août vers une victoire écrasante à l'élection présidentielle de mercredi, selon les estimations de ses partisans.

Les pro-Tsvangirai envisagent de manifester massivement

Le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), parti du Premier ministre Morgan Tsvangirai, pourrait appeler ses partisans à des manifestations de masse pour dénoncer "l'énorme farce" des élections de mercredi au Zimbabwe. "Des manifestations et une action de masse sont des options envisagées", a déclaré le porte-parole du parti, Douglas Mwonzora.

L'opposition a dénoncé de nombreuses irrégularités et des tentatives d'intimidation menées par les militants de la Zanu-PF (Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique).

Pour Rugare Gumbo le porte-parole du parti présidentiel, Robert Mugabe mettrait même K.-O. son principal rival, Morgan Tsvangirai, avec qui il était jusqu'à présent associé dans un gouvernement de cohabitation."La prédiction, c'est que le président devrait avoir de 70 à 75% [des voix]. C'est le sentiment, d'après ce que je vois remonter du terrain", a-t-il déclaré. "Je crois que nous aurons une majorité des deux tiers environ", à l'Assemblée, où le parti de l’opposant  Tsvangirai était majoritaire, a-t-il ajouté. Un score dont le décompte officiel de la Commission électorale s'approchait en début de soirée.

Faisant fi de ses propres injonctions – Mugabe avait menacé de sanctions quiconque divulguerait des résultats préliminaires avant l’annonce officielle, le 5 août – le plus vieux chef d’État du monde, au pouvoir depuis 33 ans, semble donc assumer sans complexe son avance sur son adversaire.

Un scrutin "nul et non avenu"

Dans le camp de l’opposant et Premier ministre Morgan Tsvangirai, on crie plutôt à la "farce électorale" et l'on ne cesse de dénoncer de massives malversations. Alors que l’Union africaine a estimé que ces élections avaient été "libres, honnêtes et crédibles", le Premier ministre a lui estimé que le scrutin était "nul et non avenu".

Ces allégations de fraudes sont également rapportées par l’ONG Zimbabwe Election Support Network (ZESN), qui avait déployé des observateurs pendant le scrutin. Son président Solomon Zwana a affirmé que "quel que soit le résultat, la crédibilité des élections (...) est sérieusement compromise". En cause : "un effort systématique visant à priver les électeurs urbains de leurs droits électoraux. Jusqu'à un million d'électeurs ont été privés de leurs droits", a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse.

Selon l’ONG, "99% électeurs des zones rurales ont été enregistrés sur les listes électorales contre 70% pour les zones urbaines", précise Caroline Dumay, l’envoyée spéciale de FRANCE 24 en Afrique du Sud. 

Les sondages crédibles sont rares

Les sondages crédibles sont rares, mais une enquête menée en mars et avril par le cabinet américain Williams indiquait que 61 % des Zimbabwéens avaient une bonne opinion du MDC, le mouvement de Tsvangirai, contre 27 % pour la Zanu-PF du président Mugabe.

Le vieux président, dont les précédentes élections ont été marquées par des violences et des tricheries, avait promis que le scrutin serait exemplaire. Lors de la dernière présidentielle en 2008, Morgan Tsvangirai avait pris l'avantage avec 47 % des voix au premier tour, contre 43 % à Robert Mugabe. Les partisans du président s'étaient alors déchaînés contre leurs opposants, faisant près de 200 morts. 

Pour éviter une guerre civile, Morgan Tsvangirai avait retiré sa candidature, laissant le sortant seul en lice pour le second tour. Puis il avait accepté en 2009 de cohabiter avec Robert Mugabe, sous la pression de la communauté internationale, pour mettre fin aux violences. 

Les résultats du premier tour de la présidentielle ne sont pas attendus avant le 5 août. Un éventuel deuxième tour pourrait être organisé le 11 septembre si aucun des deux candidats n'obtient 50 % des voix.

Avec dépêches

Première publication : 02/08/2013

  • ZIMBABWE

    Zimbabwe : Mugabe revendique la victoire, Tsvangirai parle de "farce"

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    En dépit de ses dérives autoritaires, Robert Mugabe reste populaire

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Reportage : l'expropriation des fermiers blancs, enjeu de la présidentielle au Zimbabwe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)