Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Radical"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: des morts trop télégéniques

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique - forum pour la paix : comment relever le défi de la réconciliation nationale ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - l'UE contre la Russie : les "mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

  • MH17 : jour de deuil aux Pays-Bas, Washington évoque une "erreur" de tir

    En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Plusieurs compagnies aériennes annulent leurs vols vers Israël

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Gaza : "Nous devons aller jusqu'au bout de la mission", prévient Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les boîtes noires vont être analysées au Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Transferts : Patrice Evra quitte Manchester United pour la Juventus Turin

    En savoir plus

Afrique

Selon Al-Qaïda, les pro-Morsi défient l'armée avec l'aide de Washington

© AFP

Vidéo par Valériane GAUTHIER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/10/2013

Alors que les sit-in des pro-Morsi continuent de défier le pouvoir, le chef d'Al-Qaïda accuse l'armée d'avoir "comploté" avec Washington pour renverser l'ex-président islamiste. Il appelle aussi les Égyptiens à rejeter la démocratie pour la charia.

Efforts diplomatiques samedi au Caire

L'émissaire de l'Union européenne, Bernardino Leon, ainsi que les deux envoyés spéciaux des États-Unis, le n°2 du département d'État Williams Burns et l'ambassadrice au Caire, Anne Patterson, ont rencontré samedi Nabil Fahmy, ministre des Affaires étrangères du gouvernement mis en place par l'armée.

Ils ont aussi rencontré une délégation de partisans de Mohamed Morsi. Ces derniers ont déclaré aux médiateurs internationaux qu'ils respectaient les revendications portées par les manifestations de masse qui ont conduit à sa chute. Mais ils ont aussi demandé à ce que le chef d'état-major des armées et ministre de la Défense, le général Abdel Fattah al Sissi, reste à l'écart de tout accord politique.

La tension ne faiblit pas en Égypte. Les partisans du président égyptien islamiste Mohamed Morsi, destitué par l'armée il y a un mois, continuaient samedi 3 août de défier militaires et policiers. Non seulement les pro-Morsi ont  refusé la veille de quitter deux places du Caire occupées depuis un mois mais ils ont également appelé les manifestants à marcher sur des QG de l'armée et de la police.

Samedi, le gouvernement égyptien a de nouveau exhorté aux protestataires de mettre fin à leurs sit-in et s'est engagé à les intégrer au processus de transition politique s'ils obéissaient à cette injonction. "Vos sit-in incessants n'ont aucune utilité sur les plans politique et juridique", a déclaré samedi Hany Abdel Latif, porte-parole du ministère de l'Intérieur. "Vous pouvez y mettre fin sans dommage, vous serez intégrés politiquement."

La veille, la police a tiré des gaz lacrymogènes et chargé devant un complexe abritant des médias égyptiens, que les islamistes accusent de complaisance à l'égard du pouvoir mis en place par l'armée, alors que des émissaires occidentaux tentent d'ultimes médiations pour éviter un bain de sang.

"La légitimité repose sur la charia"

"Les croisés, les laïcs et l'armée américanisée (d' Égypte) se sont entendus (...), grâce à l'argent des pays du Golfe et un complot des Américains, pour renverser le gouvernement de Mohamed Morsi", a déclaré samedi Ayman al-Zawahiri, en réponse aux déclarations du secrétaire d'État américain John Kerry qui a estimé que les militaires avaient en fait "rétabli la démocratie" en déposant M. Morsi à la demande de "millions et de millions" de manifestants. En évoquant les "croisés", l'Égyptien qui a succédé à Oussama ben Laden vise spécifiquement les chrétiens de la communauté copte, 6 à 10 % de la population égyptienne.

Il a également pressé les partisans de Mohamed Morsi de rejeter la démocratie et les élections pour se concentrer sur l'application intégrale de la charia, la loi islamique. "Je donne ce conseil à tous ceux qui ont soutenu Morsi, et je leur dis en premier lieu qu'il faut admettre que la légitimité ne repose pas sur les élections et la démocratie, mais sur la charia", a-t-il dit dans un message audio posté samedi sur des forums djihadistes. "La charia, ce n'est pas l'élection de Morsi comme président d'une république, comme président d'un État laïc et nationaliste", a-t-il ajouté.

"Deux nouveaux sit-in vont être mis en place"

ElBaradei prone le dialogue, les faucons prônent la force

Vendredi, les Frères musulmans avaient appelé leurs partisans à venir grossir "pacifiquement" les rangs des deux sit-in sur les places Rabaa al-Adawiya et Nahda du Caire, qu'ils occupent depuis un mois. Les autorités martèlent depuis deux jours qu'elles s'apprêtent à les en déloger de force.

Amnesty International demande une enquête sur la torture

Amnesty International a appelé à l'ouverture immédiate d'une enquête sur des allégations selon lesquelles des partisans du président évincé ont torturé des opposants au Caire. L'organisation de défense des droits de l'homme avertit toutefois que le gouvernement intérimaire en Égypte ne doit pas prendre le prétexte de ces faits de tortures présumées "pour punir collectivement tous les partisans de Morsi et avoir recours à un usage excessif de la force pour disperser leurs sit-in".

Le vice-président par intérim et prix Nobel de la Paix, Mohamed ElBaradei, a estimé qu'il ne pourrait pas contenir longtemps les faucons du gouvernement et de l'armée qui, fort d'un soutien croissant de la population, prônent la manière forte contre les manifestants islamistes.

"Des gens sont vraiment furieux contre moi parce que je dis : prenons notre temps, parlons avec eux. L'humeur, maintenant, c'est plutôt 'écrasons-les'", a-t-il assuré dans un entretien avec le "Washington Post", ajoutant : "Je tiens le fort, mais je ne tiendrai pas longtemps".

"Situation explosive"

En annonçant la dispersion imminente des protestataires, les autorités s'appuient sur le mécontentement d'une très grande partie du peuple égyptien à l'égard du gouvernement de M. Morsi, relayé par la presse, dressée de manière quasi-unanime contre les occupants des places Rabaa et Nahda. Mais cette impatience est tempérée par le ballet diplomatique dont Le Caire est le théâtre depuis des jours, la communauté internationale, Union européenne en tête, pressant à la fois les autorités de faire preuve de retenue et les Frères musulmans à évacuer les places.

L'un de ces médiateurs européens, le chef de la diplomatie allemande Guido Westerwelle a jugé jeudi soir que la situation était "explosive" en Égypte. L'émissaire de l'Union européenne Bernardino Leon, arrivé jeudi, a poursuivi péniblement ses efforts de médiation vendredi. Et le secrétaire d'État adjoint américain William Burns est arrivée dans la soirée au Caire pour une visite-surprise.

Avec dépêches

Première publication : 03/08/2013

  • ÉGYPTE

    L'armée égyptienne : un empire économique très discret

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Malgré les injonctions de l'armée, les partisans de Morsi refusent de céder

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Reportage : les plaintes de voisinage pourraient justifier l'expulsion des pro-Morsi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)