Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

Les rebelles du M23 menacent de reprendre la ville de Goma

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/08/2013

Les rebelles congolais du Mouvement du 23 mars ont menacé samedi de reprendre la ville de Goma, au Nord-Kivu, si les accords conclus avec le gouvernement en novembre n'étaient pas respectés. Le dialogue entre Kinshasa et le M23 est au point mort.

Le Mouvement du 23 mars (M23) a menacé samedi de reprendre Goma, ville clé de l'Est de la République démocratique du Congo, si le gouvernement ne respectait pas ses engagements, a-t-on appris auprès du président politique du Mouvement, Bertrand Bisimwa.

"Si le gouvernement ne respecte pas la déclaration (du 24 novembre) des chefs d'Etats de la CIRGL (Conférence internationale sur la région des Grands Lacs), cela nous donne le pouvoir de revoir nos positions et de les ramener (nos positions) à Goma", a déclaré à l'AFP Bertrand Bisimwa, interrogé par l'AFP à Bunagana, à la frontière avec l'Ouganda.

Après une offensive-éclair, le M23 a occupé fin novembre Goma, capitale de la province riche et instable du Nord-Kivu (est). Il s'en est retiré sous la pression des Etats de la CIRGL et contre la promesse de l'ouverture d'un dialogue avec Kinshasa. Ce dialogue, commencé en décembre à Kampala, est pour l'heure au point mort.

"Les positions qui nous avaient été assignées par la CIRGL, nous les avons respectées. Le retrait de la ville de Goma a été effectif. Mais le déploiement de la compagnie du M23 à l'aéroport de la ville de Goma n'a jamais été effectué, la démilitarisation de la ville n'a jamais été effective", a accusé Bertrand Bisimwa.

"Nous avons respecté notre part du contrat, nous voulons que le gouvernement respecte sa part", a-t-il conclu.

Le M23 est actif depuis mai 2012. Il est essentiellement composé de Tutsi congolais intégrés dans les forces régulières congolaises, les FARDC, à la faveur d'un accord de paix signé en 2009. Ils se sont mutinés en avril 2012, estimant que cet accord n'avait jamais été pleinement respecté.

Les positions du M23 sont adossées au Rwanda et à l'Ouganda, accusés par des experts de l'ONU de soutenir le M23 - ce que ces pays ont toujours réfuté.

Le 14 juillet, après environ deux mois de trêve, des combats ont repris entre le M23 et l'armée près de Goma. Des obus de la rébellion avaient alors touché la capitale provinciale. Pour prévenir une telle menace, la Mission de l'ONU pour la stabilisation de la RDC (Monusco) a établi une zone de sécurité autour de la région de Goma-Sake.

Cette région compte un million d'habitants, dont plusieurs dizaines de milliers de déplacés de guerre. Sa sécurisation sera assurée par la Monusco et sa brigade d'intervention, au mandat offensif et dotée de 3.000 hommes.

Cette mission est la première de cette brigade, encore incomplète, qui doit combattre des groupes armés de l'Est congolais. Sa mise en service était très attendue par la population, mais beaucoup regrettent que la zone sécurisée ne s'étende pas aux zones sous contrôle du M23, principale rébellion du Nord-Kivu.

AFP

Première publication : 03/08/2013

  • RD CONGO

    Washington appelle le Rwanda à ne plus soutenir les rebelles en RDC

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Combats meurtriers autour de Goma, l'ONU prête à employer "la force armée"

    En savoir plus

  • RD CONGO

    L'ONU crée une force armée pour combattre les rebelles dans l'est de la RDC

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)