Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Crimes de guerre"

En savoir plus

MODE

La haute couture, de l’art au business

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité : colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la Défense camerounais

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le F-35 grand absent de Farnborough

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Collectif"

En savoir plus

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

  • En direct : le défilé du 14-Juillet sur les Champs-Élysées

    En savoir plus

  • EN IMAGES : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • La délicate opération de renflouement du Costa Concordia a commencé

    En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

Afrique

Les rebelles du M23 menacent de reprendre la ville de Goma

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/08/2013

Les rebelles congolais du Mouvement du 23 mars ont menacé samedi de reprendre la ville de Goma, au Nord-Kivu, si les accords conclus avec le gouvernement en novembre n'étaient pas respectés. Le dialogue entre Kinshasa et le M23 est au point mort.

Le Mouvement du 23 mars (M23) a menacé samedi de reprendre Goma, ville clé de l'Est de la République démocratique du Congo, si le gouvernement ne respectait pas ses engagements, a-t-on appris auprès du président politique du Mouvement, Bertrand Bisimwa.

"Si le gouvernement ne respecte pas la déclaration (du 24 novembre) des chefs d'Etats de la CIRGL (Conférence internationale sur la région des Grands Lacs), cela nous donne le pouvoir de revoir nos positions et de les ramener (nos positions) à Goma", a déclaré à l'AFP Bertrand Bisimwa, interrogé par l'AFP à Bunagana, à la frontière avec l'Ouganda.

Après une offensive-éclair, le M23 a occupé fin novembre Goma, capitale de la province riche et instable du Nord-Kivu (est). Il s'en est retiré sous la pression des Etats de la CIRGL et contre la promesse de l'ouverture d'un dialogue avec Kinshasa. Ce dialogue, commencé en décembre à Kampala, est pour l'heure au point mort.

"Les positions qui nous avaient été assignées par la CIRGL, nous les avons respectées. Le retrait de la ville de Goma a été effectif. Mais le déploiement de la compagnie du M23 à l'aéroport de la ville de Goma n'a jamais été effectué, la démilitarisation de la ville n'a jamais été effective", a accusé Bertrand Bisimwa.

"Nous avons respecté notre part du contrat, nous voulons que le gouvernement respecte sa part", a-t-il conclu.

Le M23 est actif depuis mai 2012. Il est essentiellement composé de Tutsi congolais intégrés dans les forces régulières congolaises, les FARDC, à la faveur d'un accord de paix signé en 2009. Ils se sont mutinés en avril 2012, estimant que cet accord n'avait jamais été pleinement respecté.

Les positions du M23 sont adossées au Rwanda et à l'Ouganda, accusés par des experts de l'ONU de soutenir le M23 - ce que ces pays ont toujours réfuté.

Le 14 juillet, après environ deux mois de trêve, des combats ont repris entre le M23 et l'armée près de Goma. Des obus de la rébellion avaient alors touché la capitale provinciale. Pour prévenir une telle menace, la Mission de l'ONU pour la stabilisation de la RDC (Monusco) a établi une zone de sécurité autour de la région de Goma-Sake.

Cette région compte un million d'habitants, dont plusieurs dizaines de milliers de déplacés de guerre. Sa sécurisation sera assurée par la Monusco et sa brigade d'intervention, au mandat offensif et dotée de 3.000 hommes.

Cette mission est la première de cette brigade, encore incomplète, qui doit combattre des groupes armés de l'Est congolais. Sa mise en service était très attendue par la population, mais beaucoup regrettent que la zone sécurisée ne s'étende pas aux zones sous contrôle du M23, principale rébellion du Nord-Kivu.

AFP

Première publication : 03/08/2013

  • RD CONGO

    Washington appelle le Rwanda à ne plus soutenir les rebelles en RDC

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Combats meurtriers autour de Goma, l'ONU prête à employer "la force armée"

    En savoir plus

  • RD CONGO

    L'ONU crée une force armée pour combattre les rebelles dans l'est de la RDC

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)