Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Azzedine Alaïa, disparition d'un géant

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec Trump, la fin du rêve américain pour les musulmans ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Au Zimbabwe, "la tâche peu enviable de Mnangagwa"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le "vendredi noir" débarque en France

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dix viols par jour au travail : on fait quoi ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : "je ne suis pas à vendre"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Morgan Tsvangirai met en garde contre une extension du système Mugabe

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants esclaves en Libye : l'Europe coupable ?

En savoir plus

POLITIQUE

Emmanuel Macron face aux maires : jacobin ou girondin?

En savoir plus

EUROPE

Silvio Berlusconi après sa condamnation : "le gouvernement doit aller de l'avant"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/08/2013

Pour sa première déclaration depuis sa condamnation, Silvio Berlusconi s'est voulu rassurant dimanche sur le sort du gouvernement italien. Le Cavaliere s’adressait à un millier de partisans venus manifester leur soutien devant son domicile.

L'ancien président du Conseil italien Silvio Berlusconi s'est employé dimanche 4 août à rassurer sur le sort du gouvernement, alors que sa condamnation jeudi à un an de prison a provoqué de vives tensions au sein de la coalition gauche-droite dirigée par Enrico Letta.

"Le gouvernement doit continuer à adopter des mesures économiques et nous avons dit de manière claire et directe que le Parlement doit aller de l'avant pour voter ces mesures", a déclaré Silvio Berlusconi, debout sur une estrade face à un millier de sympathisants réunis devant son domicile romain.

"L'intérêt de l'Italie prime avant tout", a-t-il également clamé lors de ce discours précédé de l'hymne national italien. Visiblement ému et sensible, le Cavaliere a même été décrit en larmes par certains médias. "Votre proximité et votre chaleur me réconfortent après toutes les peines et douleurs de ces derniers jours", a-t-il ajouté.

"Je suis là, je reste là et je n'abandonne pas"

Malgré son ton conciliant à l'égard du gouvernement, Berlusconi n'a cependant pas ménagé ses critiques envers la magistrature. "Dans notre Constitution, il est écrit que la souveraineté appartient au peuple, il n'est pas écrit que la souveraineté appartient à la magistrature qui l'exerce comme bon lui semble", a-t-il lancé.

"Je suis là, je reste là et je n'abandonne pas et nous continuerons tous ensemble cette bataille pour la démocratie et la liberté pour que les citoyens n'aient pas peur de se retrouver en prison sans avoir commis aucune faute", a-t-il encore affirmé à la fin de son allocution d'une quinzaine de minutes.

Cette intervention publique était la première du Cavaliere depuis que la cour de cassation a confirmé à son encontre une peine d'un an de prison pour fraude fiscale, qu'il purgera à domicile en raison de son âge (76 ans).

Suite à cette condamnation, les parlementaires du parti du Peuple de la liberté (PDL) de Silvio Berlusconi ont menacé de démissionner collectivement, réclamant une grâce présidentielle pour leur chef et une réforme de la justice. La gauche a pour sa part dénoncé ces "menaces et chantages" assurant qu'elle se tenait prête à toute éventualité, y compris des élections anticipées.

La manifestation de ce dimanche, organisée en toute hâte par le PDL sous le mot d'ordre "Dimanche dans la rue pour la démocratie et la liberté", a rassemblé un nombre important de personnes, compte tenu de la forte chaleur sévissant à Rome (près de 40°C) et de la période des vacances.

Avec dépêches

Première publication : 04/08/2013

  • ITALIE

    La condamnation de Berlusconi fragilise la coalition gauche-droite italienne

    En savoir plus

  • ITALIE

    Condamné, Silvio Berlusconi dénonce un "acharnement judiciaire sans égal"

    En savoir plus

  • ITALIE

    Silvio Berlusconi peut-il aller en prison ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)