Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Notre-Dame-des-Landes : Le choix de la raison ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Notre-Dame-des-Landes : Le choix de la raison ? (1ere partie)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Obiang : "La tentative de coup d'État en Guinée équatoriale a commencé en France"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : les mères courage inspirent les réalisateurs

En savoir plus

FACE À FACE

Emmanuel Macron à Calais : humanité et fermeté ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Vaudeville sino-américano-britannique"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Faillite du groupe britannique de BTP Carillion : mais que s'est-il donc passé ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Natalité : vers la fin de "l'exception française?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

William Lacy Swing : "La migration n’est pas un problème à résoudre, c’est une réalité humaine à gérer"

En savoir plus

Culture

Disparition d’une célèbre fresque du graffeur Banksy à Londres

"No ball game" à l'angle de Tottenham High Road et Philip Lane

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/08/2013

Pour la deuxième fois en six mois, un graffiti du plasticien britannique Banksy s’est volatilisé. Le responsable, une entreprise londonienne, a découpé un pan du mur situé dans le quartier de Tottenham pour le revendre aux enchères.

Depuis une dizaine de jours, l’une des œuvres du célèbre graffeur britannique Banksy a disparu du mur sur lequel elle avait été peinte en 2009, dans le quartier de Tottenham au nord de Londres. La fresque intitulée "No ball game" ("Ballon interdit") et qui fait partie des plus célèbres productions du mystérieux artiste a été littéralement découpée du mur.

La société d’événementiel Sincura Group, qui a rapidement revendiqué cet acte, compte vendre la fresque aux enchères à Miami en 2014. "Cette œuvre a été victime à plusieurs reprises de tentatives de dégradation, notamment en 2012 par King Robbo, grand rival de Banksy […] Afin de préserver cette œuvre nous avons décidé de la retirer [de la rue] et de la restaurer pour qu’elle retrouve sa gloire passée", a indiqué la compagnie britannique sur son site internet. Dans un communiqué, elle affirme également avoir agi avec l’accord du propriétaire du mur. Un acte légal, donc, empêchant les autorités d’intervenir.

Disparition d'un symbole de Tottenham

Mais à Tottenham, la pilule passe mal. Véritable sanctuaire de l’art populaire, il s’agit de l’un des quartiers les plus pauvres d’Europe. C’est également là que les révoltes de l’été 2011 avaient débuté.

Amputés de l’un des symboles qui faisait la fierté du quartier, bon nombre d’habitants crient à l’exploitation commerciale d’un véritable pan de leur identité. D’autant plus que Sincura Group n’en est pas à son premier coup d’essai. Il y a six mois, la société avait fait retirer une autre fresque, réalisée en 2012, dont la vente a généré 900 000 dollars (environ 680 000 euros).

Dans le but d’apaiser les tensions, Sincura Group a annoncé son intention de reverser une partie des bénéfices de la vente de la fresque à une association caritative locale.

Première publication : 05/08/2013

  • CARNET DE ROUTE

    Carcasses de voitures et graffitis, les stigmates des rues du Caire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)