Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Culture

Disparition d’une célèbre fresque du graffeur Banksy à Londres

"No ball game" à l'angle de Tottenham High Road et Philip Lane

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/08/2013

Pour la deuxième fois en six mois, un graffiti du plasticien britannique Banksy s’est volatilisé. Le responsable, une entreprise londonienne, a découpé un pan du mur situé dans le quartier de Tottenham pour le revendre aux enchères.

Depuis une dizaine de jours, l’une des œuvres du célèbre graffeur britannique Banksy a disparu du mur sur lequel elle avait été peinte en 2009, dans le quartier de Tottenham au nord de Londres. La fresque intitulée "No ball game" ("Ballon interdit") et qui fait partie des plus célèbres productions du mystérieux artiste a été littéralement découpée du mur.

La société d’événementiel Sincura Group, qui a rapidement revendiqué cet acte, compte vendre la fresque aux enchères à Miami en 2014. "Cette œuvre a été victime à plusieurs reprises de tentatives de dégradation, notamment en 2012 par King Robbo, grand rival de Banksy […] Afin de préserver cette œuvre nous avons décidé de la retirer [de la rue] et de la restaurer pour qu’elle retrouve sa gloire passée", a indiqué la compagnie britannique sur son site internet. Dans un communiqué, elle affirme également avoir agi avec l’accord du propriétaire du mur. Un acte légal, donc, empêchant les autorités d’intervenir.

Disparition d'un symbole de Tottenham

Mais à Tottenham, la pilule passe mal. Véritable sanctuaire de l’art populaire, il s’agit de l’un des quartiers les plus pauvres d’Europe. C’est également là que les révoltes de l’été 2011 avaient débuté.

Amputés de l’un des symboles qui faisait la fierté du quartier, bon nombre d’habitants crient à l’exploitation commerciale d’un véritable pan de leur identité. D’autant plus que Sincura Group n’en est pas à son premier coup d’essai. Il y a six mois, la société avait fait retirer une autre fresque, réalisée en 2012, dont la vente a généré 900 000 dollars (environ 680 000 euros).

Dans le but d’apaiser les tensions, Sincura Group a annoncé son intention de reverser une partie des bénéfices de la vente de la fresque à une association caritative locale.

Première publication : 05/08/2013

  • CARNET DE ROUTE

    Carcasses de voitures et graffitis, les stigmates des rues du Caire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)