Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

Afrique

Le pédophile espagnol grâcié par le roi du Maroc arrêté en Espagne

© AFP | Daniel Galvan Vina

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/08/2013

Le ministère de l'Intérieur espagnol a indiqué que le pédophile multirécidiviste condamné à 30 ans de prison, mais qui avait bénéficié par erreur d'une grâce accordée par le roi du Maroc Mohammed VI, a été arrêté lundi à Murcie, en Espagne.

Sa cavale aura été de courte durée. Daniel Galvan Vina, le pédophile espagnol grâcié par erreur le 31 juillet par le roi du Maroc Mohammed VI, a été interpellé par les autorités espagnoles lundi 5 août à Murcie, dans le sud-est de l’Espagne. Selon une source judiciaire, il doit comparaître dès mardi devant le tribunal madrilène de l'Audience nationale, l'une des principales institutions judiciaires du pays. Un juge décidera alors si Galvan doit purger sa peine en Espagne ou non.

Condamné en 2011 à 30 ans de prison pour des viols sur onze mineurs de quatre à quinze ans au Maroc, le "violeur de Kénitra", dont la récente libération a provoqué de vives protestations dans le royaume, est parvenu à quitter le territoire marocain alors que le roi était revenu sur sa grâce 48 heures après l’avoir prononcée.

Mohammed VI "a été plus loin" que la demande de Juan Carlos

En parallèle, Mohammed VI a décidé de révoquer, lundi 5 août, le directeur de l'administration pénitentiaire. "L'enquête a conclu que ladite administration, lorsqu'elle a été sollicitée par le Cabinet royal, a transmis par inadvertance des informations erronées de la situation pénale de l'intéressé", indique un communiqué du palais royal.

Du côté de la Maison royale espagnole, un porte-parole a déclaré lundi que le roi Juan Carlos s’était simplement intéressé à la situation des prisonniers hispaniques au Maroc", durant sa rencontre en juillet avec le roi Mohammed VI. Il a ajouté que la Madrid n'avait jamais sollicité une telle mesure et que Mohammed VI "a été plus loin" que l'intérêt exprimé par Juan Carlos en l'informant quelques jours après sa visite qu'il avait décidé de grâcier 48 prisonniers espagnols.

Toutefois, lors d'une rencontre avec le Premier ministre marocain, Abdelilah Benkiran, le roi Juan Carlos avait "demandé formellement que l'un d'eux, un camionneur atteint de diabète et d'une maladie du cœur, puisse rentrer en Espagne pour y purger sa peine", toujours selon le porte-parole. N’ayant pas profité de la grâce royale, la situation de cet homme, condamné pour trafic de haschich, "n'a pas encore été résolue."

Confusion de listes de prisonniers ?

Un article du journal "El Pais" fait état d’une version des faits quelque peu divergente. Le quotidien affirme notamment, selon des informations fournies par l’ambassadeur espagnol à Rabat et des sources concordantes, que le gouvernement espagnol aurait bel et bien demandé le transfert de Daniel Galvan Vina, mais en aucun cas son pardon.

Madrid "a transmis deux listes de prisonniers au Maroc. L’une contenant les demandes de pardon pour 15 prisonniers, l’autre demandant le transfert de 33 détenus. Les deux listes ont probablement été mélangées puisque le roi leur a tous accordé le pardon", écrit le quotidien espagnol.

Le ministère marocain de la Justice a indiqué que deux hauts fonctionnaires allaient se rendre en Espagne mardi pour discuter de ce dossier avec leurs homologues espagnols.

Avec dépêches

Première publication : 05/08/2013

  • MAROC

    Le roi du Maroc annule la grâce accordée au pédophile espagnol

    En savoir plus

  • MAROC

    Une manifestation contre le "violeur de Kénitra" durement réprimée à Rabat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)