Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

Afrique

Le pédophile espagnol grâcié par le roi du Maroc arrêté en Espagne

© AFP | Daniel Galvan Vina

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/08/2013

Le ministère de l'Intérieur espagnol a indiqué que le pédophile multirécidiviste condamné à 30 ans de prison, mais qui avait bénéficié par erreur d'une grâce accordée par le roi du Maroc Mohammed VI, a été arrêté lundi à Murcie, en Espagne.

Sa cavale aura été de courte durée. Daniel Galvan Vina, le pédophile espagnol grâcié par erreur le 31 juillet par le roi du Maroc Mohammed VI, a été interpellé par les autorités espagnoles lundi 5 août à Murcie, dans le sud-est de l’Espagne. Selon une source judiciaire, il doit comparaître dès mardi devant le tribunal madrilène de l'Audience nationale, l'une des principales institutions judiciaires du pays. Un juge décidera alors si Galvan doit purger sa peine en Espagne ou non.

Condamné en 2011 à 30 ans de prison pour des viols sur onze mineurs de quatre à quinze ans au Maroc, le "violeur de Kénitra", dont la récente libération a provoqué de vives protestations dans le royaume, est parvenu à quitter le territoire marocain alors que le roi était revenu sur sa grâce 48 heures après l’avoir prononcée.

Mohammed VI "a été plus loin" que la demande de Juan Carlos

En parallèle, Mohammed VI a décidé de révoquer, lundi 5 août, le directeur de l'administration pénitentiaire. "L'enquête a conclu que ladite administration, lorsqu'elle a été sollicitée par le Cabinet royal, a transmis par inadvertance des informations erronées de la situation pénale de l'intéressé", indique un communiqué du palais royal.

Du côté de la Maison royale espagnole, un porte-parole a déclaré lundi que le roi Juan Carlos s’était simplement intéressé à la situation des prisonniers hispaniques au Maroc", durant sa rencontre en juillet avec le roi Mohammed VI. Il a ajouté que la Madrid n'avait jamais sollicité une telle mesure et que Mohammed VI "a été plus loin" que l'intérêt exprimé par Juan Carlos en l'informant quelques jours après sa visite qu'il avait décidé de grâcier 48 prisonniers espagnols.

Toutefois, lors d'une rencontre avec le Premier ministre marocain, Abdelilah Benkiran, le roi Juan Carlos avait "demandé formellement que l'un d'eux, un camionneur atteint de diabète et d'une maladie du cœur, puisse rentrer en Espagne pour y purger sa peine", toujours selon le porte-parole. N’ayant pas profité de la grâce royale, la situation de cet homme, condamné pour trafic de haschich, "n'a pas encore été résolue."

Confusion de listes de prisonniers ?

Un article du journal "El Pais" fait état d’une version des faits quelque peu divergente. Le quotidien affirme notamment, selon des informations fournies par l’ambassadeur espagnol à Rabat et des sources concordantes, que le gouvernement espagnol aurait bel et bien demandé le transfert de Daniel Galvan Vina, mais en aucun cas son pardon.

Madrid "a transmis deux listes de prisonniers au Maroc. L’une contenant les demandes de pardon pour 15 prisonniers, l’autre demandant le transfert de 33 détenus. Les deux listes ont probablement été mélangées puisque le roi leur a tous accordé le pardon", écrit le quotidien espagnol.

Le ministère marocain de la Justice a indiqué que deux hauts fonctionnaires allaient se rendre en Espagne mardi pour discuter de ce dossier avec leurs homologues espagnols.

Avec dépêches

Première publication : 05/08/2013

  • MAROC

    Le roi du Maroc annule la grâce accordée au pédophile espagnol

    En savoir plus

  • MAROC

    Une manifestation contre le "violeur de Kénitra" durement réprimée à Rabat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)