Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

Amériques

La justice chilienne inculpe six ex-militaires pour détournement de fonds sous Pinochet

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/08/2013

Six ex-militaires ont été inculpés par la justice chilienne après neuf mois d’enquête dans le cadre d'une affaire de malversation. Tous sont soupçonnés d’avoir détourné 21 millions de dollars de fonds publics sous le régime de Pinochet.

Malgré les dizaines de milliers d’actes de tortures et d'arrestations de dissidents sous le règne du dictateur Augusto Pinochet, de nombreux Chiliens croyaient le régime autoritaire au-dessus de tout soupçon en matière de corruption. Il n’en fut rien. Après neuf mois d'enquête, la justice chilienne a annoncé, lundi 5 août, l'inculpation de six anciens militaires dans le cadre d'une affaire de détournement de 21 millions de dollars de fonds publics par le dictateur chilien. Parmi eux, les ex-généraux Jorge Ballerino et Ramon Castro sont suspectés d'avoir ouvert le premier compte secret de Pinochet auprès de la Riggs, sous le faux pseudonyme de "Daniel Lopez".

L'affaire avait été mise au jour en 2004 à la suite d'une enquête menée par le Sénat américain, qui avait découvert une centaine de comptes courants détenus au nom de Pinochet et de sa famille mais aussi sous 12 faux noms, notamment au sein de la banque Riggs à Washington.

Déception de la partie civile

Le juge Valderrama a toutefois clos son enquête sans avoir pu inculper les membres de la famille Pinochet. Il n'a notamment pas été en mesure de déterminer l'origine de la majeure partie de la somme provenant, entre autres, de commissions pour la vente d'armes ou de fonds de la présidence.

L’inculpation laisse un goût d’inachevé aux membres de la partie civile. L’avocat des plaignants Alfonso Insunza, a regretté "le manque d'intérêt sur le dossier qui contient de nombreuses zones d'ombre", sur l'antenne de radio Cooperativa. "Nous ne saurons jamais quel a été le véritable enrichissement illicite de Pinochet", a déploré sa collègue Carmen Hertz. La partie plaignante dispose de 15 jours pour faire appel.

La famille Pinochet "satisfaite"

De son côté, le petit-fils du dictateur décédé en 2006, Rodrigo Garcia, s'est dit "satisfait" de savoir que la justice a conclu qu'il n'y avait pas eu "d'acte illicite" commis par la famille.

En juin 2005, la Cour d'appel de Santiago avait ordonné la levée de l'immunité de Pinochet, 89 ans à l'époque, dans le cadre de cette affaire et l'avait inculpé pour fraude fiscale, mais l'ex-dictateur est décédé le 10 décembre 2006 d'une crise cardiaque. Il n’a jamais été jugé pour les tortures commises sous son régime pas plus que pour le détournement d’argent.

En octobre 2007, la veuve de Pinochet Lucia Hiriart (90 ans), ses cinq enfants, Lucia, Maria-Veronica, Jacqueline, Marco-Antonio et Augusto, ainsi que seize anciens collaborateurs, avaient été placés en détention pendant deux jours dans le cadre de cette affaire. Si le recours en appel de la partie civile n’aboutit pas, aucun des membres de la famille Pinochet n’aura été inquiété par l’affaire.

Avec dépêches


 

Première publication : 05/08/2013

  • CHILI

    La justice chilienne ordonne l'ouverture du testament de Pinochet

    En savoir plus

  • CHILI

    La France juge la dictature d'Augusto Pinochet à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)