Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

Amériques

La justice chilienne inculpe six ex-militaires pour détournement de fonds sous Pinochet

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/08/2013

Six ex-militaires ont été inculpés par la justice chilienne après neuf mois d’enquête dans le cadre d'une affaire de malversation. Tous sont soupçonnés d’avoir détourné 21 millions de dollars de fonds publics sous le régime de Pinochet.

Malgré les dizaines de milliers d’actes de tortures et d'arrestations de dissidents sous le règne du dictateur Augusto Pinochet, de nombreux Chiliens croyaient le régime autoritaire au-dessus de tout soupçon en matière de corruption. Il n’en fut rien. Après neuf mois d'enquête, la justice chilienne a annoncé, lundi 5 août, l'inculpation de six anciens militaires dans le cadre d'une affaire de détournement de 21 millions de dollars de fonds publics par le dictateur chilien. Parmi eux, les ex-généraux Jorge Ballerino et Ramon Castro sont suspectés d'avoir ouvert le premier compte secret de Pinochet auprès de la Riggs, sous le faux pseudonyme de "Daniel Lopez".

L'affaire avait été mise au jour en 2004 à la suite d'une enquête menée par le Sénat américain, qui avait découvert une centaine de comptes courants détenus au nom de Pinochet et de sa famille mais aussi sous 12 faux noms, notamment au sein de la banque Riggs à Washington.

Déception de la partie civile

Le juge Valderrama a toutefois clos son enquête sans avoir pu inculper les membres de la famille Pinochet. Il n'a notamment pas été en mesure de déterminer l'origine de la majeure partie de la somme provenant, entre autres, de commissions pour la vente d'armes ou de fonds de la présidence.

L’inculpation laisse un goût d’inachevé aux membres de la partie civile. L’avocat des plaignants Alfonso Insunza, a regretté "le manque d'intérêt sur le dossier qui contient de nombreuses zones d'ombre", sur l'antenne de radio Cooperativa. "Nous ne saurons jamais quel a été le véritable enrichissement illicite de Pinochet", a déploré sa collègue Carmen Hertz. La partie plaignante dispose de 15 jours pour faire appel.

La famille Pinochet "satisfaite"

De son côté, le petit-fils du dictateur décédé en 2006, Rodrigo Garcia, s'est dit "satisfait" de savoir que la justice a conclu qu'il n'y avait pas eu "d'acte illicite" commis par la famille.

En juin 2005, la Cour d'appel de Santiago avait ordonné la levée de l'immunité de Pinochet, 89 ans à l'époque, dans le cadre de cette affaire et l'avait inculpé pour fraude fiscale, mais l'ex-dictateur est décédé le 10 décembre 2006 d'une crise cardiaque. Il n’a jamais été jugé pour les tortures commises sous son régime pas plus que pour le détournement d’argent.

En octobre 2007, la veuve de Pinochet Lucia Hiriart (90 ans), ses cinq enfants, Lucia, Maria-Veronica, Jacqueline, Marco-Antonio et Augusto, ainsi que seize anciens collaborateurs, avaient été placés en détention pendant deux jours dans le cadre de cette affaire. Si le recours en appel de la partie civile n’aboutit pas, aucun des membres de la famille Pinochet n’aura été inquiété par l’affaire.

Avec dépêches


 

Première publication : 05/08/2013

  • CHILI

    La justice chilienne ordonne l'ouverture du testament de Pinochet

    En savoir plus

  • CHILI

    La France juge la dictature d'Augusto Pinochet à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)