Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Amériques

La justice chilienne inculpe six ex-militaires pour détournement de fonds sous Pinochet

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/08/2013

Six ex-militaires ont été inculpés par la justice chilienne après neuf mois d’enquête dans le cadre d'une affaire de malversation. Tous sont soupçonnés d’avoir détourné 21 millions de dollars de fonds publics sous le régime de Pinochet.

Malgré les dizaines de milliers d’actes de tortures et d'arrestations de dissidents sous le règne du dictateur Augusto Pinochet, de nombreux Chiliens croyaient le régime autoritaire au-dessus de tout soupçon en matière de corruption. Il n’en fut rien. Après neuf mois d'enquête, la justice chilienne a annoncé, lundi 5 août, l'inculpation de six anciens militaires dans le cadre d'une affaire de détournement de 21 millions de dollars de fonds publics par le dictateur chilien. Parmi eux, les ex-généraux Jorge Ballerino et Ramon Castro sont suspectés d'avoir ouvert le premier compte secret de Pinochet auprès de la Riggs, sous le faux pseudonyme de "Daniel Lopez".

L'affaire avait été mise au jour en 2004 à la suite d'une enquête menée par le Sénat américain, qui avait découvert une centaine de comptes courants détenus au nom de Pinochet et de sa famille mais aussi sous 12 faux noms, notamment au sein de la banque Riggs à Washington.

Déception de la partie civile

Le juge Valderrama a toutefois clos son enquête sans avoir pu inculper les membres de la famille Pinochet. Il n'a notamment pas été en mesure de déterminer l'origine de la majeure partie de la somme provenant, entre autres, de commissions pour la vente d'armes ou de fonds de la présidence.

L’inculpation laisse un goût d’inachevé aux membres de la partie civile. L’avocat des plaignants Alfonso Insunza, a regretté "le manque d'intérêt sur le dossier qui contient de nombreuses zones d'ombre", sur l'antenne de radio Cooperativa. "Nous ne saurons jamais quel a été le véritable enrichissement illicite de Pinochet", a déploré sa collègue Carmen Hertz. La partie plaignante dispose de 15 jours pour faire appel.

La famille Pinochet "satisfaite"

De son côté, le petit-fils du dictateur décédé en 2006, Rodrigo Garcia, s'est dit "satisfait" de savoir que la justice a conclu qu'il n'y avait pas eu "d'acte illicite" commis par la famille.

En juin 2005, la Cour d'appel de Santiago avait ordonné la levée de l'immunité de Pinochet, 89 ans à l'époque, dans le cadre de cette affaire et l'avait inculpé pour fraude fiscale, mais l'ex-dictateur est décédé le 10 décembre 2006 d'une crise cardiaque. Il n’a jamais été jugé pour les tortures commises sous son régime pas plus que pour le détournement d’argent.

En octobre 2007, la veuve de Pinochet Lucia Hiriart (90 ans), ses cinq enfants, Lucia, Maria-Veronica, Jacqueline, Marco-Antonio et Augusto, ainsi que seize anciens collaborateurs, avaient été placés en détention pendant deux jours dans le cadre de cette affaire. Si le recours en appel de la partie civile n’aboutit pas, aucun des membres de la famille Pinochet n’aura été inquiété par l’affaire.

Avec dépêches


 

Première publication : 05/08/2013

  • CHILI

    La justice chilienne ordonne l'ouverture du testament de Pinochet

    En savoir plus

  • CHILI

    La France juge la dictature d'Augusto Pinochet à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)