Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : 6ème anniversaire du début de la Révolution

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Impasse politique en RD Congo : Léonard She Okitundu est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Made for sharing" : avis partagés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Corée du Nord : que recherche Kim Jong Un ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Etats-Unis : Trump achève sa 4ème semaine à la Maison Balnche

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Agriculture biologique : le secteur qui monte, qui monte...

En savoir plus

TECH 24

Startups spatiales : la tête dans les étoiles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La "robolution" est-elle une menace ou une opportunité pour l'emploi ?

En savoir plus

REPORTERS

Profession : homme d’État

En savoir plus

Amériques

Deux enfants tués par un python au Canada : "Difficile à croire", selon les experts

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 06/08/2013

La mort de deux enfants, vraisemblablement tués par un python lundi au Canada, suscite des interrogations. Selon les experts, il s'agit d'un comportement inhabituel chez ce type d'animal.

L’émotion est grande à Campbellton, une localité située dans la province du Nouveau-Brunswick, dans l’est du Canada. Un python échappé d'une animalerie aurait tué deux enfants de 5 et 7 ans dans leur sommeil, dans la nuit de dimanche à lundi 6 août.

Venus passer la nuit chez un ami, les deux jeunes garçons dormaient dans une des chambres de l'appartement situé à l'étage directement au-dessus de ce magasin spécialisé dans la vente de serpents, d'alligators et de poissons exotiques. Le python se serait échappé d'une cage au rez-de-chaussée du bâtiment et aurait réussi à se faufiler dans le système d'aération.

Au petit matin, les forces de l'ordre ont été appelées sur les lieux. Une enquête a été diligentée pour connaître les circonstances du drame et une autopsie du corps des deux victimes doit avoir lieu ce mardi. "Selon l'enquête préliminaire, un serpent exotique s'est échappé pendant la nuit et s'est introduit dans le système de ventilation, puis s'est infiltré dans l'appartement", a indiqué la gendarmerie du Nouveau-Brunswick qui, à ce stade de l'enquête, "croit que les deux garçons ont été étranglés par le serpent". La gendarmerie n'a cependant pas souhaité révéler la taille du reptile, qui n'a pas été rendu à son propriétaire.

Scepticisme des experts

Lundi en fin de journée, les enquêteurs étaient donc très prudents dans leurs déclarations et s'en remettaient aux résultats des autopsies. En effet, nombre d’experts se montrent sceptiques. Selon eux, l'attaque de deux jeunes garçons par un serpent constricteur est extrêmement rare. Ainsi, David Rodrigue, directeur du Zoo Ecomuseum de Montréal, a émis des doutes sur l'antenne de Radio Canada : "C'est difficile à croire", ce type d'accident serait "un cas isolé et très très extraordinaire et très peu probable". D'après lui, le python est un animal qui mord pour se défendre et qui étrangle sa proie uniquement pour se nourrir.

Contacté par FRANCE 24, Antoine Gouygou, expert en reptiles au parc animalier Reptiland, situé dans le sud-ouest de la France, est d'accord sur ces points. Il précise pour sa part qu’il ne s’agit pas d’une strangulation mais d’une "constriction". "Le python fait une boucle et serre, et la victime meurt d’arrêt cardiaque et non de suffocation", explique-t-il, précisant qu’habituellement ce type de serpent attaque une proie dans le but de se nourrir. Selon lui, "ce n’est pas un comportement normal, les pythons n’ont pas pour habitude de s’en prendre aux humains de la sorte". Il estime que "tout dépend des circonstances du drame. Une odeur particulière, de rongeur par exemple, a pu attirer l’animal."

Le maire adjoint  de Campbellton, Ian Comeau, a déploré cet accident en reconnaissant que des habitants avaient par le passé regretté la présence d'un tel magasin animalier. Il a ajouté que l'arrêté municipal qui avait autorisé ce commerce serait certainement révisé.

Avec dépêches

Première publication : 06/08/2013

COMMENTAIRE(S)