Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Asie - pacifique

Cinq militaires indiens tués près de la frontière pakistanaise, Islamabad dément toute implication

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/08/2013

L'Inde accuse l'armée pakistanaise d'avoir participé à une attaque qui causé la mort de soldats indiens lundi soir, près de la frontière entre les deux pays, dans la région du Cachemire. Islamabad dément toute implication.

Cinq soldats indiens ont été tués par l'armée pakistanaise près de la frontière disputée avec le Pakistan, dans la région du Cachemire, ont indiqué mardi 6 août les autorités indiennes, une attaque démentie par Islamabad.

 

"Les troupes pakistanaises ont tout simplement attaqué les soldats indiens, violant le cessez-le-feu et tuant cinq de nos soldats" lundi soir, a déclaré à l'AFP un responsable de l'armée indienne au Cachemire, sous couvert d'anonymat. Selon une autre autre source militaire au Cachemire, un seul soldat, sur la patrouille de six hommes, a survécu à cette attaque qui s'est produite, selon l'Inde, à 200 km au sud de Srinagar, près de la Ligne de contrôle, frontière séparant les deux pays au Cachemire, dans les montagnes de l'Himalaya.

 

Démenti pakistanais

 

Par la voie diplomatique, New Delhi a "protesté vigoureusement" auprès d'Islamabad, a déclaré mardi le ministre de la Défense, A. K. Antony, devant la chambre basse du parlement. "L'attaque a été menée par vingt terroristes lourdement armés, accompagnés par des personnes vêtues de l'uniforme de l'armée pakistanaise", a ajouté le ministre.

 

Un porte-parole de l'armée pakistanaise a démenti cette attaque auprès de l'AFP mardi :  "Aucun membre des forces pakistanaises n'est entré en territoire indien ou n'a ouvert le feu par provocation. Les allégations indiennes sont sans fondement."

 

Un frein à la reprise des pourparlers de paix

 

La mort de ces soldats intervient alors que le nouveau Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif a fait de l'amélioration des relations entre les deux rivaux historiques l'une de ses priorités.

Il y a quelques jours, le Pakistan avait proposé la reprise des pourparlers de paix avec l'Inde, suspendus en janvier à la suite d'une précédente attaque dans laquelle un militaire indien avait été décapité. "Ce type d'événements n'aide pas les efforts de normalisation ou du moins d'amélioration des relations avec le Pakistan, et pose des questions sur la récente ouverture du gouvernement pakistanais", a écrit sur son compte Twitter Omar Abdullah, le responsable de l'État indien du Cachemire. L'attaque présumée "montre peut-être que les dirigeants pakistanais ne soutiennent pas complètement la tenue de négociations", a pour sa part avancé Lalit Mansingh, un ancien ministre des Affaires étrangères.

 

L'Inde et le Pakistan, deux puissances nucléaires fortement militarisées, se sont livré trois guerres depuis leur indépendance concomitante de l'empire britannique en 1947. Deux de ces conflits portaient sur le Cachemire, région divisée en deux mais revendiquée par chaque pays.

Avec dépêches

Première publication : 06/08/2013

  • PAKISTAN

    Les Taliban pakistanais revendiquent l'assassinat des touristes au Cachemire

    En savoir plus

  • CACHEMIRE

    Nouvel accrochage meurtrier entre l'Inde et le Pakistan

    En savoir plus

  • INDE - PAKISTAN

    La tension montre entre l'Inde et le Pakistan à propos du Cachemire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)