Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • La Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

Asie - pacifique

Cinq militaires indiens tués près de la frontière pakistanaise, Islamabad dément toute implication

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/08/2013

L'Inde accuse l'armée pakistanaise d'avoir participé à une attaque qui causé la mort de soldats indiens lundi soir, près de la frontière entre les deux pays, dans la région du Cachemire. Islamabad dément toute implication.

Cinq soldats indiens ont été tués par l'armée pakistanaise près de la frontière disputée avec le Pakistan, dans la région du Cachemire, ont indiqué mardi 6 août les autorités indiennes, une attaque démentie par Islamabad.

 

"Les troupes pakistanaises ont tout simplement attaqué les soldats indiens, violant le cessez-le-feu et tuant cinq de nos soldats" lundi soir, a déclaré à l'AFP un responsable de l'armée indienne au Cachemire, sous couvert d'anonymat. Selon une autre autre source militaire au Cachemire, un seul soldat, sur la patrouille de six hommes, a survécu à cette attaque qui s'est produite, selon l'Inde, à 200 km au sud de Srinagar, près de la Ligne de contrôle, frontière séparant les deux pays au Cachemire, dans les montagnes de l'Himalaya.

 

Démenti pakistanais

 

Par la voie diplomatique, New Delhi a "protesté vigoureusement" auprès d'Islamabad, a déclaré mardi le ministre de la Défense, A. K. Antony, devant la chambre basse du parlement. "L'attaque a été menée par vingt terroristes lourdement armés, accompagnés par des personnes vêtues de l'uniforme de l'armée pakistanaise", a ajouté le ministre.

 

Un porte-parole de l'armée pakistanaise a démenti cette attaque auprès de l'AFP mardi :  "Aucun membre des forces pakistanaises n'est entré en territoire indien ou n'a ouvert le feu par provocation. Les allégations indiennes sont sans fondement."

 

Un frein à la reprise des pourparlers de paix

 

La mort de ces soldats intervient alors que le nouveau Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif a fait de l'amélioration des relations entre les deux rivaux historiques l'une de ses priorités.

Il y a quelques jours, le Pakistan avait proposé la reprise des pourparlers de paix avec l'Inde, suspendus en janvier à la suite d'une précédente attaque dans laquelle un militaire indien avait été décapité. "Ce type d'événements n'aide pas les efforts de normalisation ou du moins d'amélioration des relations avec le Pakistan, et pose des questions sur la récente ouverture du gouvernement pakistanais", a écrit sur son compte Twitter Omar Abdullah, le responsable de l'État indien du Cachemire. L'attaque présumée "montre peut-être que les dirigeants pakistanais ne soutiennent pas complètement la tenue de négociations", a pour sa part avancé Lalit Mansingh, un ancien ministre des Affaires étrangères.

 

L'Inde et le Pakistan, deux puissances nucléaires fortement militarisées, se sont livré trois guerres depuis leur indépendance concomitante de l'empire britannique en 1947. Deux de ces conflits portaient sur le Cachemire, région divisée en deux mais revendiquée par chaque pays.

Avec dépêches

Première publication : 06/08/2013

  • PAKISTAN

    Les Taliban pakistanais revendiquent l'assassinat des touristes au Cachemire

    En savoir plus

  • CACHEMIRE

    Nouvel accrochage meurtrier entre l'Inde et le Pakistan

    En savoir plus

  • INDE - PAKISTAN

    La tension montre entre l'Inde et le Pakistan à propos du Cachemire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)