Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

#ActuElles

En finir avec les violences faites aux femmes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le président Ouattara exige des militaires un retour au calme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Macronomics" : les réformes d'Emmanuel Macron pour la France

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Chute du prix du pétrole : bonne ou mauvaise nouvelle ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Michel Hazanavicius, la vie après "The Artist"

En savoir plus

Asie - pacifique

Nucléaire iranien : le président Rohani se dit prêt à des négociations "sérieuses"

© AFP | Hassan Rohani

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/08/2013

À l’occasion de sa première conférence de presse en tant que président, Hassan Rohani a assuré que l'Iran était prêt à entamer des négociations "sérieuses et substantielles" sur la question sensible du nucléaire.

Élu dès le premier tour, le 14 juin, puis officiellement investi le 3 août, le nouveau président iranien Hassan Rohani a donné, mardi 6 août, sa première conférence de presse depuis son investiture. Tout en réitérant le fait que l'enrichissement d'uranium est le "droit indéniable" de l'Iran, le successeur de Mahmoud Ahmadinejad a déclaré que son pays était prêt à entamer des négociations "sérieuses et substantielles" sur la question nucléaire. Les interlocuteurs de la République islamique, a ajouté ce religieux modéré, doivent comprendre qu'une solution n'est possible "que par la négociation, et non par la menace".

Bien que "déterminé" à régler le conflit sur le nucléaire iranien, Hassan Rohani, ce chantre de la "modération" mais aussi véritable homme du sérail, s'est montré ferme dans sa volonté de défendre les intérêts de son pays. "Le programme nucléaire est une question nationale. Le gouvernement insiste sur les droits nucléaires conformes aux règles internationales. Nous ne céderons pas sur les droits de notre nation mais nous sommes partisans de dialogue et d'entente", a-t-il insisté.

Il a également précisé que ces discussions avec les grandes puissances (États-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine et Allemagne) devaient se faire "sans perte de temps". Le chef de l’État s’est dit "certain que si l'autre partie est prête, les inquiétudes [des Occidentaux, NDLR] seront levées rapidement". Reste que sa marge de manœuvre demeure limitée dans un pays où le pouvoir appartient en réalité au Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei.

Moscou se dit "tout à fait d’accord" avec Téhéran

À Paris, le chef de la diplomatie française a reçu mardi l'ambassadeur d'Iran en France, Ali Ahani.

La France "attend désormais de l'Iran des actes concrets en réponse aux préoccupations internationales sur la finalité de son programme nucléaire, son engagement en Syrie et la situation des droits de l'Homme", a déclaré Laurent Fabius au diplomate, selon le porte-parole adjoint du ministère français des Affaires étrangères.

À l'isssue de la conférence du président iranien, Washington a assuré de sa "bonne volonté" si l'Iran se montrait "sérieux".

L'UE, pour sa part, a formé l'espoir qu'un nouveau cycle de pourparlers se tienne "dès que cela sera réalisable".

La Russie a, quant à elle, apporté un soutien inconditionnel au président de la République islamique. Son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a affirmé, depuis Rome où il est en déplacement, être "tout à fait d'accord" avec le président iranien sur le fait que le litige devait être réglé par la négociation et non par des ultimatums", rapporte l'agence de presse Interfax. Le ministre a également souligné qu'il était "essentiel de soutenir l'approche constructive du dirigeant iranien".

Quelques heures avant les déclarations d’Hassan Rohani, Moscou avait déjà estimé qu'une reprise des discussions avec Téhéran ne pouvait plus tarder. "Un nouveau cycle [de négociation, NDLR] doit, étant données les circonstances, se tenir avant la mi-septembre. On ne peut le différer plus longtemps", a déclaré à Interfax le vice-ministre des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov. Le président russe, Vladimir Poutine, devrait justement faire la connaissance de son homologue iranien au Kirghizistan en septembre.

Avec dépêches

Première publication : 06/08/2013

  • IRAN

    Le président iranien Hassan Rohani prône le dialogue avec les Occidentaux

    En savoir plus

  • IRAN

    Le nouveau président iranien Hassan Rohani officiellement investi

    En savoir plus

  • IRAN

    Polémique autour des propos déformés du président iranien sur Israël

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)