Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Asie - pacifique

Reportage : au Pakistan, les bourreaux reprennent du service

© FRANCE 24 | Sabir Masih, bourreau à la prison centrale de Lahore

Vidéo par Taha SADDIQUI , Julien FOUCHET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/08/2013

Après cinq années de moratoire sur l’exécution des peines capitales au Pakistan, le nouveau gouvernement a décrété la reprise des pendaisons. Quelque 8 000 prisonniers pakistanais croupissent dans les couloirs de la mort. Reportage à Lahore.

Cinq ans durant, au Pakistan, aucun condamné à mort ne fut conduit à l’échafaud. En 2008, le précédent gouvernement dominé par le Parti du peuple (PPP) avait adopté un décret présidentiel suspendant les exécutions de prisonniers. Mais en juin dernier, dans la foulée de la victoire de la Ligue musulmane aux législatives, le nouveau Premier ministre Nawaz Sharif a annoncé la levée du moratoire.

Après cinq années d’inactivité, les bourreaux s’apprêtent donc à reprendre du service. Sabir Masih travaille à la prison central de Lahore, mais c’est dans un parc du centre-ville qu’il accepte de nous rencontrer. "On pend les prisonniers sur un terrain à ciel ouvert comme celui-ci", témoigne-t-il pour la première fois devant une équipe de télévision.

"Lorsque j’ouvre la trappe, je ne pense à rien"

Sabir est bourreau. Un métier qu’il a appris, dit-il, très jeune auprès de son père, bourreau lui-aussi. Le jeune homme a plus de 200 pendaisons derrière lui. "Lorsque le prisonnier est amené à l’échafaud, je lui attache les jambes, je lui mets la corde autour du cou puis une cagoule sur la tête. Je lui dis que s’il a une dernière prière à faire qu’il ne la dise pas à haute voix mais dans son cœur, raconte-t-il froidement. Lorsque j’ouvre la trappe, je ne pense à rien, c’est juste mon travail. Je n’ai rien contre cette personne que je pends. Je n’ai pas de haine, c’est juste un travail."

En septembre, Sabir reprendra ses activités pour un salaire de 100 euros mensuel. Quelque 8 000 prisonniers pakistanais attendent dans les couloirs de la mort. "Je serai occupé tous les jours. Je peux pendre trois à quatre condamnés par jour, je suis déjà allé jusque six", assure-t-il.

Pour l’avocate Sarah Belal, la reprise des pendaisons dans un pays dont "la justice est corrompue et expéditive", s’apparente à un "bain de sang". "Au Pakistan, chaque année, 300 condamnations à mort sont prononcées, rappelle-t-elle. Au moment de l’indépendance du pays en 1947, seuls deux crimes étaient punis de la peine de mort. Désormais, il y en a 27, des crimes aussi bénins que la cybercriminalité ou celui aux contours aussi vagues que le blasphème. Et à cause de cela, le nombre des sentences capitales est en forte hausse au Pakistan."

Sarah Belal travaille bénévolement pour la défense du cas de Zulfiqar Ali, un condamné emblématique qui croupit depuis 15 ans dans les couloirs de la mort pour un double meurtre. À l’époque du procès, "il y a eu d’énormes négligences de la part de l’avocat commis d’office. Il n’a pas permis à Zulfiqar de livrer sa propre version des faits, celle de la légitime défense. Du coup, la cour l’a condamné à la peine capitale", déplore l’avocate.

"On a donné l’ordre de m’exécuter 22 fois"

Grâce à un téléphone mobile que ses co-détenus sont parvenus à cacher à l’intérieur de la prison, Zulfiqar parvient à entrer en contact avec l’extérieur, et surtout son frère avec qui il communique régulièrement. "On est à sept, dix, dans des petites cellules de 9m2… On a donné l’ordre de m’exécuter 22 fois, nous raconte Zulfiqar au téléphone. Deux ou trois fois, l’ordre d’annulation est parvenu seulement 24 heures avant ma pendaison. Le précédent gouvernement a suspendu les exécutions pendant cinq ans, mais nous, ici, étions sans cesse sous pression car nous ne savions pas combien de temps cela durerait. Avec la levée du moratoire, je ne peux vous expliquer dans quel état de détresse nous nous trouvons aujourd’hui."

La première pendaison depuis les cinq ans d’interruption est prévue à la fin de ce mois d’août. Cent autres exécutions suivront avant la fin de l’année. En septembre, Zulfiqar Ali aura épuisé tous les recours pour échapper à la peine capitale.

Première publication : 06/08/2013

  • PEINE DE MORT

    Les exécutions ont repris dans plusieurs pays d'Asie en 2012

    En savoir plus

  • CHINE

    La télévision chinoise exhibe quatre condamnés à mort avant leur exécution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)