Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Reportage : au Pakistan, les bourreaux reprennent du service

© FRANCE 24 | Sabir Masih, bourreau à la prison centrale de Lahore

Vidéo par Taha SADDIQUI , Julien FOUCHET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/08/2013

Après cinq années de moratoire sur l’exécution des peines capitales au Pakistan, le nouveau gouvernement a décrété la reprise des pendaisons. Quelque 8 000 prisonniers pakistanais croupissent dans les couloirs de la mort. Reportage à Lahore.

Cinq ans durant, au Pakistan, aucun condamné à mort ne fut conduit à l’échafaud. En 2008, le précédent gouvernement dominé par le Parti du peuple (PPP) avait adopté un décret présidentiel suspendant les exécutions de prisonniers. Mais en juin dernier, dans la foulée de la victoire de la Ligue musulmane aux législatives, le nouveau Premier ministre Nawaz Sharif a annoncé la levée du moratoire.

Après cinq années d’inactivité, les bourreaux s’apprêtent donc à reprendre du service. Sabir Masih travaille à la prison central de Lahore, mais c’est dans un parc du centre-ville qu’il accepte de nous rencontrer. "On pend les prisonniers sur un terrain à ciel ouvert comme celui-ci", témoigne-t-il pour la première fois devant une équipe de télévision.

"Lorsque j’ouvre la trappe, je ne pense à rien"

Sabir est bourreau. Un métier qu’il a appris, dit-il, très jeune auprès de son père, bourreau lui-aussi. Le jeune homme a plus de 200 pendaisons derrière lui. "Lorsque le prisonnier est amené à l’échafaud, je lui attache les jambes, je lui mets la corde autour du cou puis une cagoule sur la tête. Je lui dis que s’il a une dernière prière à faire qu’il ne la dise pas à haute voix mais dans son cœur, raconte-t-il froidement. Lorsque j’ouvre la trappe, je ne pense à rien, c’est juste mon travail. Je n’ai rien contre cette personne que je pends. Je n’ai pas de haine, c’est juste un travail."

En septembre, Sabir reprendra ses activités pour un salaire de 100 euros mensuel. Quelque 8 000 prisonniers pakistanais attendent dans les couloirs de la mort. "Je serai occupé tous les jours. Je peux pendre trois à quatre condamnés par jour, je suis déjà allé jusque six", assure-t-il.

Pour l’avocate Sarah Belal, la reprise des pendaisons dans un pays dont "la justice est corrompue et expéditive", s’apparente à un "bain de sang". "Au Pakistan, chaque année, 300 condamnations à mort sont prononcées, rappelle-t-elle. Au moment de l’indépendance du pays en 1947, seuls deux crimes étaient punis de la peine de mort. Désormais, il y en a 27, des crimes aussi bénins que la cybercriminalité ou celui aux contours aussi vagues que le blasphème. Et à cause de cela, le nombre des sentences capitales est en forte hausse au Pakistan."

Sarah Belal travaille bénévolement pour la défense du cas de Zulfiqar Ali, un condamné emblématique qui croupit depuis 15 ans dans les couloirs de la mort pour un double meurtre. À l’époque du procès, "il y a eu d’énormes négligences de la part de l’avocat commis d’office. Il n’a pas permis à Zulfiqar de livrer sa propre version des faits, celle de la légitime défense. Du coup, la cour l’a condamné à la peine capitale", déplore l’avocate.

"On a donné l’ordre de m’exécuter 22 fois"

Grâce à un téléphone mobile que ses co-détenus sont parvenus à cacher à l’intérieur de la prison, Zulfiqar parvient à entrer en contact avec l’extérieur, et surtout son frère avec qui il communique régulièrement. "On est à sept, dix, dans des petites cellules de 9m2… On a donné l’ordre de m’exécuter 22 fois, nous raconte Zulfiqar au téléphone. Deux ou trois fois, l’ordre d’annulation est parvenu seulement 24 heures avant ma pendaison. Le précédent gouvernement a suspendu les exécutions pendant cinq ans, mais nous, ici, étions sans cesse sous pression car nous ne savions pas combien de temps cela durerait. Avec la levée du moratoire, je ne peux vous expliquer dans quel état de détresse nous nous trouvons aujourd’hui."

La première pendaison depuis les cinq ans d’interruption est prévue à la fin de ce mois d’août. Cent autres exécutions suivront avant la fin de l’année. En septembre, Zulfiqar Ali aura épuisé tous les recours pour échapper à la peine capitale.

Première publication : 06/08/2013

  • PEINE DE MORT

    Les exécutions ont repris dans plusieurs pays d'Asie en 2012

    En savoir plus

  • CHINE

    La télévision chinoise exhibe quatre condamnés à mort avant leur exécution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)